Paroles de l’ange

Elodie Delange

Elodie a 19 ans. Elle est toute jeune encore et pourtant elle possède la maturité commune aux personnes honnêtes et sincères. Je reproduis ici – avec son autorisation – un message touchant qu’elle vient de publier ailleurs.

« À vrai dire, je n’ai rien à prouver, à personne si ce n’est à moi-même. Du haut de mes 19 ans je suis consciente de n’avoir encore rien vu de la vie ; je ne prétends pas la comprendre, encore moins la maîtriser. Tout ce que j’ai vu, c’est ce sourire d’un SDF à qui on offre un repas ; c’est cet homme qui a tout perdu et qui pleure dans mes bras pour un gâteau au chocolat ; c’est cet homme de 70 ans les mains gercées à en saigner par le froid qui me dit que pour me remercier il aimerait me serrer la main, mais qu’il a peur de me « salir » ; c’est ce monsieur qui vit dans la rue, mais qui est content de me montrer qu’il a appris des pas de salsa, car pour une fois quelqu’un est prêt à l’écouter ; c’est tous ces gens, hommes, femmes, enfants et leurs animaux qui viennent aux distributions de repas en ne sachant plus comment nous remercier ; ceux qui refusent même qu’on leur « donne », car ils ont honte de leur situation.

J’ai vu ces enfants en Afrique grandir dans la misère en étant toujours heureux et en sachant profiter de chaque instant ; je les ai vus être surpris d’avoir droit à trois repas par jour ; je les ai vus rire, danser, chanter, avoir envie d’apprendre. Ce que j’ai vu, c’est ce regard d’un animal qu’on sort de l’enfer ; c’est la peur dans ses yeux quand on fait un geste brusque ; c’est la confiance qu’il réapprend à accorder à l’homme. Ce que j’ai vu aussi, c’est les horreurs dont sont capables les hommes ; ce sont les animaux tués à la chaîne dans les abattoirs, ce sont ces poules déplumées, le bec coupé, enfermées à vie dans leurs cages ; ce sont ces oies qu’on gave à rendre malades pour pouvoir déguster leur foie pendant 5 minutes ; ce sont ces vaches laitières qui meuglent des heures quand on leur enlève leurs petits ; ces flics qui courent après des SDF, car ils sont à un endroit où ils ne doivent pas être ; ces hommes qui crachent sur d’autres sous prétexte qu’ils ne sont pas nés au même endroit. 

À bon entendeur.»

Image1

Très belle journée à tous,

anti

One Reply to “Paroles de l’ange”

  1. Anna Galore

    Merci pour ces mots qui montrent qu’il y a encore et toujours des êtres vraiment humains.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.