Goupil connexion – Hôpital de la faune sauvage

Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà Goupil Connexion, hôpital de la faune sauvage créé par le Dr Marie-Pierre Puech, dont nous parlons régulièrement ici depuis plusieurs années.

L’été dernier, j’ai eu le plaisir et l’honneur d’effectuer une semaine de bénévolat sur place et je me suis ré-ga-lée. Comme je ne pouvais y rester que quelques jours, j’ai choisi de faire des journées entières (normalement, il y a une équipe du matin et une autre de l’après-midi) histoire de donner un vrai bon coup de main et de me former aussi, par la même occasion. En gros, ça faisait des journées qui commençaient à 8 h du matin et finissaient bien souvent après 20 h voire 22 h, selon les arrivées d’animaux nécessitant des soins urgents, et cela représentait 8 à 11 km de marche par jour, juste sur le site du centre de soins.

Le gros des animaux à cette époque de l’année reste les oiseaux : jeunes, plombés, malades, percutés par des voitures, blessés par des lignes à haute tension, etc. Donc, on gave, on gave, on gave. Le pli pris, ça se passe assez bien, mais on a à peine fini de tous les nourrir qu’il est déjà l’heure de leur donner un deuxième repas. Et c’est reparti !

Ensuite, il y a encore pas mal de hérissons, et 2020, avec le confinement et les jardiniers du dimanche, en a vu encore plus que d’habitude arriver blessés par des débrousailleuses… Là, il faut nettoyer les cages, peser tout ce p’tit monde, vérifier la nourriture, idem pour les écureuils à biberonner. Et puis, il y a les box et les volières extérieures avec les plus gros oiseaux et autres animaux de la faune sauvage, notamment ceux qui sont prêts à reprendre leur liberté.

Dix ans d’expérience auprès des chats des rues en particulier et dans la protection animale en général m’ont bien aidée à gérer les animaux, sans oublier le caractère bouillonnant de Marie-Pierre (qui, je l’avoue, me fait assez penser à moi ou à Laure dans le côté parfois, disons euh, caractère fort avec coeur gros comme ça lol, mais comment être/faire autrement quand on doit penser à tout, assumer tellement de choses et venir en aide à tellement d’êtres vivants en urgence tout en naviguant perpétuellement entre la vie sauvée et la mort qui arrive trop souvent malgré nos efforts ?) Ca m’a fait bien rire, aussi, souvent.

Pendant cette semaine, j’ai aussi eu la chance d’assister à deux opérations avec Marie-Pierre : un pigeon et un épervier (à 7 h du matin, avant que la clinique véto n’ouvre ses portes, ben oui, pas le choix).

Et puis, comme Anna vous l’a raconté déjà, il y a eu la participation au relâché d’oiseaux et de hérissons à la Bambouseraie d’Anduze, très beau moment, mais aussi une sacrée préparation, comme vous pouvez le voir en deuxième partie de ce chouette sujet réalisé fin août dernier par Simon Lesage pour Le Monde :

Lire l’article complet du Monde ici et un autre super intéressant là

Enfin, en plus du bonheur d’aider et de venir en aide aux animaux, cette semaine aura été pour moi l’occasion de faire de belles rencontres humaines avec les autres bénévoles de l’association, et une chose est sûre, j’y retournerai.

Pour finir, je relaie cet appel aux dons pour un projet très intéressant :

Cet automne, l’association Goupil Connexion lance une campagne de financement participatif afin de lancer une étude sur la plombémie des oiseaux de l’hôpital.

Chères adhérentes, chers adhérents,

Nous avons besoin de vous !

Goupil lance cet automne une campagne de financement participatif citoyen afin de mener une étude sur le taux de plomb dans les oiseaux de l’hôpital et l’origine de ce plomb. Nous faisons donc appel à vous avant d’ouvrir la campagne au grand public.

Le premier élan d’une campagne de financement participatif est crucial pour la réussite de celle-ci auprès du grand public. Peu importe le montant que vous pouvez donner, chaque don de votre part permettra de montrer aux donateurs qui ne connaissent pas l’association que la campagne est dynamique et augmentera donc la somme finale réunie.

Vous pouvez trouver plus de détails sur l’étude ainsi qu’un formulaire sur notre page Hello Asso : https://www.helloasso.com/associations/goupil-connexion/collectes/du-plomb-dans-nos-oiseaux-1.

Un grand merci pour votre soutien auprès de l’association ! 

De l’énergie, du savoir-faire, une volonté de transmission hors pair et surtout, un mot qui revient souvent dans sa bouche : « bienveillance », un autre « lien »  à tisser ou retisser avec le vivant : BRAVO et MERCI !

Tous nos articles sur le blog consacrés à Goupil Connexion
Le site de l’association
La page Facebook officielle

Anti

Photos : Roger Lahana 1, 2, 3, 5, Marie-Pierre Puech – Goupil Connexion 4 et 6, Stéphanie Lahana 7.

2 Replies to “Goupil connexion – Hôpital de la faune sauvage”

  1. Anna Galore

    Que c’est bien d’avoir trouvé le temps d’écrire ce magnifique article ! C’est un régal de le lire et d’y retrouver tout ce qui constitue le quotidien des bénévoles de Goupil sous la houlette experte et si précieuse de Marie-Pierre.

    Bienveillance, oui, c’est le mot qui exprime tout. Bienveillance pour ces créatures vulnérables dont pas grand monde ne se soucie et qui vont trouver chez Goupil les meilleurs soins possible pour avoir une chance de s’en sortir, sans personne pour payer ce que tout cela coûte à part les donateurs qu’on ne remerciera jamais assez et, tout aussi important, les bénévoles qui donnent tout leur temps, leur énergie, leur amour, leur compétence pour venir en aide à la si merveilleuse faune sauvage qui nous entoure et si souvent pâtit de nos comportements. Heureusement qu’il y a Goupil pour faire un peu remonter les humains dans les statistiques de tout ce qu’ils créent comme désordre et comme dégâts par leurs activités tellement ignorantes de la biosphère où nous vivons tous en interdépendance, humains et animaux non humains.

    Merci Stéphanie, merci les bénévoles, immense merci Marie-Pierre et vive Goupil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *