A l’abri

Je vous en parlais hier dans le fil Bonjour, je vais le redire ici en y ajoutant quelques précisions et quelques photos. Avant-hier soir, nous avons connu un nouvel épisode de la misère sans fin que vivent les chats au contact d’humains sans cœur.

Une dame psychologiquement instable a déménagé en laissant derrière elle une jeune maman chatte et ses deux nouveaux-nés. Heureusement, sa voisine était Sarah, grande amie de Gwlad et aussi notre copine, et elle habite à deux minutes de chez nous. C’est elle qui a appelé Anti pour la mettre au courant, affolée. Elle venait de recueillir les deux bébés, abandonnés devant chez elle. La dame lui a dit qu’elle n’avait qu’à les nourrir de temps en temps et quand la maman chatte s’est enfuie, la dame a ajouté « Ah ben là, ils vont crever, c’est sûr » et, totalement indifférente, elle s’est barrée.

Anti lui a dit d’apporter aussitôt les bébés. Ils semblent avoir deux semaines environ. Anti a commencé à préparer un biberon de lait maternisé pour chats. Mais à peine rentrée chez elle, Sarah a rappelé pour dire que la maman était repassée. Du coup, Anti est partie là-bas avec un piège, après avoir installé au fond les deux bébés soigneusement emmitouflés dans une serviette pour servir d’appât irrésistible.

Quelques minutes plus tard, elle était de retour, avec la maman et ses bébés. La petite famille vient de passer sa première nuit dans la grande cage située dans notre chambre. Il va falloir les garder enfermés pendant quelques temps avant de pouvoir les laisser circuler dans la maison. D’une part, il ne faudrait pas que la maman s’enfuit et d’autre part, nos propres chats doivent s’habituer à leur présence. Anti va graduellement gérer ça.

On ne dirait pas qu’on avait des envies de meurtre à l’encontre de l’infâme imbécile qui a abandonné ces chats sans hésiter, mais presque. On lui aurait bien filé des baffes ou abandonnée en plein désert pour qu’elle réalise ce que ça veut dire de se retrouver sans rien, et de façon aussi brutale qu’incompréhensible. Bref… Comme disait un ami lama, c’est elle qui est le plus à plaindre parce qu’elle va être forcée de vivre avec elle-même jusqu’à la fin de ses jours.

Nous sommes très heureux que ces adorables minous soient tirés d’affaire, quelle que soit la solution qui sera mise en place pour leur avenir. Ils vont désormais très bien. Un immense merci à Sarah qui a parfaitement réagi sans tarder.

Très belle journée à vous

 

One Reply to “A l’abri”

  1. Zaza

    Punaise il y a des coups qui se perdent , elle n’a honte de rien cette bonne femme , ça me fout hors de moi quand je lis ça !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *