L’hymne à la vie d’Holly

J’ai lu ce texte hier soir. Je l’ai trouvé magnifique et suis heureuse de le partager avec vous aujourd’hui.

L’hymne à la vie de Holly, emportée par le cancer à 27 ans

Le 4 janvier dernier, Holly Butcher, une Australienne de 27 ans, est décédée après une longue bataille contre une forme rare de cancer. Juste avant sa mort, elle a rédigé une lettre ouverte, poignante, publiée sur Facebook par sa famille. Un message avec des conseils pour savourer chaque instant de la vie.

« J’ai 27 ans aujourd’hui. Je ne veux pas partir. J’adore ma vie. » Holly Butcher, originaire de Grafton, en Australie, s’est battue jusqu’au bout contre un sarcome d’Erwing, une forme rare de cancer des os touchant principalement les enfants et les jeunes adultes.

« Petits conseils de vie de Holly

C’est une chose étrange de réaliser et d’accepter sa mortalité à 26 ans. C’est une de ces choses que vous ignorez. Les jours passent et vous imaginez qu’ils continueront de passer ainsi. Jusqu’à ce que l’inattendu arrive. Je me suis toujours imaginé devenir vieille, ridée et grise, certainement à cause d’une jolie famille (avec beaucoup d’enfants) que je projetais de construire avec l’amour de ma vie. Je désire tellement cela que j’en ai mal.

C’est ça le truc avec la vie. C’est fragile, précieux et imprévisible, et chaque jour est un cadeau, pas un droit offert.

J’ai 27 ans maintenant. Je ne veux pas partir. J’adore ma vie. Je suis heureuse… Je le dois à mes proches. Mais je ne contrôle plus rien.

Je n’ai pas écrit ce « message avant de mourir » pour que vous redoutiez la mort. J’aime le fait que nous soyons plutôt ignorants sur son caractère inévitable. Sauf quand je veux en parler et que c’est considéré comme un sujet « tabou » qui n’arrivera jamais à aucun d’entre nous. Cela a été un peu dur. Je veux juste que les gens arrêtent de s’inquiéter autant pour les petites angoisses insignifiantes de l’existence et essayent de se rappeler que nous subissons tous le même sort, donc essayez de profiter du temps que vous avez devant vous, en évitant les conneries.

J’ai couché beaucoup de mes pensées ci-dessous, car j’ai eu le temps de réfléchir à la vie ces derniers mois. Bien sûr, c’est au milieu de la nuit que la plupart de ces choses germaient dans ma tête!

Quand vous vous lamentez à propos de choses insignifiantes (comportement que j’ai beaucoup observé ces derniers mois), pensez à ceux qui se retrouvent confrontés à un vrai problème. Soyez reconnaissant de n’avoir que des petits problèmes et passez outre. C’est OK de reconnaître que quelque chose est chiant, mais essayez de ne pas vous focaliser là-dessus et de ne pas le faire ressentir aux autres.

Une fois que vous avez fait cela, sortez et prenez un grand bol d’air frais, regardez à quel point le ciel est bleu et les arbres verts. C’est tellement beau. Pensez à quel point vous êtes chanceux de pouvoir faire tout ça. Respirez.

Peut-être que vous vous êtes retrouvés dans les bouchons aujourd’hui, que vous avez mal dormi car vos magnifiques bébés vous ont gardés éveillés, ou que votre coiffeur vous a coupé les cheveux trop court. Peut-être que vos ongles sont abîmés, vos seins trop petits, que vous avez de la cellulite ou que votre ventre est flasque.

Libérez-vous de tout ça. Je vous jure que vous ne penserez plus à tout ça quand ce sera à votre tour de partir. C’est tellement insignifiant quand vous regardez la vie dans son ensemble. Je vois mon corps se dégrader sous mes yeux, je ne peux rien y faire alors que tout ce je souhaite, c’est de fêter un anniversaire et un Noël de plus avec ma famille, ou de passer juste un jour de plus avec mon compagnon ou mon chien. Juste un de plus.

J’ai entendu les gens se plaindre de leur travail, disant à quel point il était horrible ou trop physique. Soyez reconnaissant d’être physiquement capable de travailler. Cela peut sembler trivial… jusqu’à ce que votre corps ne soit plus en état de travailler.

J’ai essayé de mener une vie saine, en réalité, c’était ma première motivation. Appréciez votre bonne santé, votre corps en bon état, même s’il n’a pas les mensurations dont vous rêvez. Rendez-vous compte à quel point il est génial. Bougez et nourrissez-le avec de la nourriture saine. N’en soyez pas non plus obsédé.

Rappelez-vous qu’une bonne santé ne se limite pas qu’à votre corps. Travaillez pour trouver votre bonheur spirituel, mental et émotionnel. De cette manière, vous comprendrez que ce corps parfait représenté sur les réseaux sociaux est insignifiant et que ce n’est pas ça l’important. Toujours sur ce sujet, supprimez tous les comptes qui apparaissent dans votre fil d’actualité qui vous font vous sentir mal à propos de vous-même. Amis ou pas… Soyez impitoyable en ce qui concerne votre propre bien-être.

Soyez reconnaissant pour chaque journée où vous ne ressentez pas de douleur et même pour les jours où vous n’êtes pas bien à cause de quelque chose de bénin […] acceptez ce truc et soyez content que votre vie ne soit pas en danger ou qu’elle soit en train de vous échapper.

Plaignez-vous moins ! Et aidez-vous plus les uns les autres.

Donnez, donnez, donnez. C’est vrai que vous vous sentirez plus heureux de faire des choses pour les autres que de les faire pour vous-même. Je souhaiterais en avoir fait plus. Depuis que je suis malade, j’ai rencontré les gens les plus généreux et agréables qui soient. J’ai reçu du soutien et les mots les plus réfléchis et les plus forts qui soient de la part de ma famille, de mes amis ou d’inconnus. Plus que ce que je pourrais donner en retour. Je ne l’oublierai jamais et leur serai toujours reconnaissante.

C’est une chose étrange d’avoir de l’argent à dépenser… quand vous êtes en train de mourir. Ce n’est pas à ce moment-là que vous sortez et que vous achetez des choses matérielles comme vous le feriez d’habitude, une nouvelle robe par exemple. Cela vous fait sentir à quel point c’est idiot de dépenser autant d’argent pour de nouveaux vêtements et de nouvelles « choses » dans nos vies.

Achetez à votre ami quelque chose qui vaut le coup au lieu d’une robe, d’un produit de beauté ou d’un bijou pour ce mariage qui arrive.

1. Tout le monde s’en fiche si vous portez la même chose deux fois.

2. Ça fait du bien.

Emmenez-le déjeuner, ou mieux, cuisinez-lui un plat. Donnez/achetez-lui une plante, une bougie ou un massage et dites-lui que vous l’aimez quand vous le faites.

Valorisez le temps des autres. Ne les faites pas attendre si vous êtes quelqu’un qui a du mal avec la ponctualité. Soyez prêt plus tôt si vous êtes une de ces personnes et appréciez vos amis qui veulent passer du temps avec vous, sans les faire attendre. Vous gagnerez en respect aussi ! Amen, ma sœur.

Cette année, ma famille était d’accord pour qu’on ne se fasse pas de cadeaux entre nous [à Noël] et, bien sûr, le sapin avait l’air plutôt triste et vide (j’ai failli craquer au réveillon de Noël !), mais c’était vraiment bien, parce que personne n’avait plus de pression pour faire des achats et nous avons mis tous nos efforts dans l’écriture d’une carte pour chacun d’entre nous. De plus, imaginez ma famille m’offrir un cadeau, en sachant qu’ils devront aussi en finir avec cela… Bizarre ! Ça peut sembler bancal mais ces cartes signifient plus pour moi que n’importe quel achat impulsif. Sachez que c’était aussi plus facile de faire cela chez nous, car il n’y avait pas d’enfants. Bref, la morale de l’histoire : les cadeaux ne sont pas essentiels pour un véritable Noël. Passez à autre chose.

Utilisez votre argent pour faire de nouvelles expériences. Ou au moins ne manquez pas ces expériences parce que vous avez dépensé tout votre argent pour des choses matérielles.

Faites l’effort d’organiser cette journée à la plage que vous repoussez tout le temps. Trempez vos pieds dans l’eau et enfoncez vos orteils sous le sable. Mouillez votre visage avec de l’eau salée.

Allez à la rencontre de la nature.

Essayez de profiter pleinement de ces instants plutôt que de les voir à travers l’écran de votre téléphone. La vie n’est pas faite pour être vécue à travers un écran, pas plus qu’elle n’est faite pour prendre la photo parfaite. Profitez de ce putain de moment ! Arrêtez de tout photographier pour quelqu’un d’autre.

Une question rhétorique comme ça. Toutes ces heures que vous avez passées à vous coiffer ou vous maquiller tous les jours, pour sortir ou non, est-ce qu’elles ont vraiment valu le coup ? Je n’ai jamais compris ces femmes.

Réveillez-vous plus tôt parfois, et écoutez les oiseaux pendant que vous regardez les magnifiques couleurs du soleil apparaître quand il se lève.

Écoutez de la musique… Vraiment, écoutez. La musique est une thérapie. La meilleure.

Câlinez votre chien. Là où je serai, ça va me manquer.

Parlez à vos amis. Posez votre téléphone. Est-ce qu’ils vont bien ?

Voyagez si c’est votre désir, ne le faites pas si ce n’est pas le cas.

Travaillez pour vivre, ne vivez pas pour travailler.

Sérieusement, faites ce qui rend votre cœur heureux.

Mangez du gâteau. Zéro culpabilité.

Dites non aux choses que vous ne voulez pas vraiment faire.

Ne vous sentez pas obligé de faire ce que les autres considèrent comme faisant partie d’une vie épanouissante… Vous pouvez désirer une vie plus tranquille et c’est très bien.

Dites à vos proches que vous les aimez chaque fois que vous en avez l’occasion et aimez-les de toutes vos forces.

Aussi, rappelez-vous que si quelque chose vous rend malheureux, vous avez le pouvoir de le changer, dans le travail, en amour ou quoi que ce soit d’autre. Ayez le courage de changer. Vous ne savez pas combien de temps vous aller passer sur cette Terre, alors ne le gaspillez pas à être malheureux. Je sais que c’est ce que l’on dit tout le temps, mais ça ne peut pas être plus vrai.

Quoi qu’il en soit, c’est juste un conseil de vie de jeune femme. À prendre ou à laisser, je m’en fiche !

Oh et une dernière chose, si vous le pouvez, faites une bonne action pour l’humanité (et moi-même) et commencez à donner régulièrement votre sang. Cela vous fera vous sentir bien en même temps que vous sauverez des vies. J’ai l’impression que c’est quelque chose de tellement négligé alors que chaque don peut sauver trois vies ! Cela a un impact énorme et le processus est vraiment simple.

Le don de sang (plus de poches que je ne pourrais en compter) m’a aidée à rester en vie une année supplémentaire, un an que je serai toujours reconnaissante d’avoir pu passer sur Terre avec ma famille, mes amis et mon chien. Une année durant laquelle j’ai vécu quelques-uns des meilleurs moments de ma vie…

Jusqu’à ce que l’on se revoie.

Hol

Bisous »

Très belle journée à tous et à tous,

Anti

One Reply to “L’hymne à la vie d’Holly”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *