Et au 1er étage, un bout de Tibet

J’adore ce genre de situation. On se promène quelque part, on passe une frontière invisible et hop, on se retrouve dans un autre monde. Comme lorsqu’on arrive dans un quartier chinois en pleine ville occidentale juste en traversant une rue. Hier, on était à Montpellier pour un examen médical et cela a été l’occasion pour moi de découvrir le centre bön que Lama Samten occupe à quelques pas (littéralement) de la gare. Grande avenue, façades d’immeubles alignées et puis, une porte cochère banale, un vieil escalier en pierre, l’entrée d’un appartement comme tous les autres. On passe le palier et là, on se téléporte instantanément au Tibet.

Un grand autel richement orné de tormas, bols de riz, bougies, tangkas, katas, bols chantants et autres instruments de musique rituelle… Des lung-ta qui traversent la pièce… Des tapis partout, avec des coussins de méditation posés de ci de là… Une chaire pour le lama lorsqu’il enseigne ou conduit des pratiques…

J’avais jeûné depuis le matin à cause de mon examen, Anti m’a acheté une pizza que j’ai dévoré à 17h. Lama Samten nous a servi du thé et des gateaux pendant que nous avons regardé les dizaines de photos incroyables prises pendant sa jeunesse au monastère de Menri ou dans sa famille au Tibet. Il nous a donné un petit cours pour utiliser un damaru et Anti a été bien meilleure que moi pour le faire.

En ressortant, le choc était le même : en deux pas, nous étions à nouveau dans la cohue du soir à Montpellier. Mais nous sommes repartis avec un peu de Tibet : Lama est venu passer la soirée et la nuit chez nous.

Très belle journée à vous

One Reply to “Et au 1er étage, un bout de Tibet”

  1. Anti

    Un très joli texte tout en douceur pour parler de ce bel après-midi passé au centre. Nous avons été reçus comme des rois ! Merci Lama 🙂 Ce lieu est un véritable havre de paix et j’aime m’y ressourcer régulièrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *