Les coulisses de la vidéo du raptor

La projection-débat anticorrida organisée à Cannes le 24 mai a été l’occasion de mieux connaître un certain nombre d’intervenants, parmi lesquels Jean-Michel Drechsler, qui a déjà travaillé au sein de unit image sur des trailers d’animations 3D de plusieurs jeux vendus dans le monde entier, tels que Call of Duty, Assassin’s Creed et The Division. C’est lui qui était le rélisateur de la vidéo du raptor, désormais connue dans le monde entier avec ses plus de dix millions de vues.

DSC03700p

Lors de sa prise de parole, il a révélé son engagement personnel contre la corrida en particulier et pour la protection animale en général.

Jean-Michel se sent, en effet, profondément concerné par ce que subissent les animaux non humains de la part des animaux humains, pour reprendre la façon dont il a désigné les uns et les autres. Il a exprimé un vibrant plaidoyer pour l’antispécisme, chaleureusement applaudi par le public.

DSCN1154p

Plus tard dans la soirée, il s’est joint à l’équipe organisatrice pour un dernier repas à Cannes, pendant lequel il nous a parlé des personnes qui ont travaillé sous sa direction à la réalisation de la vidéo, pendant environ un mois non stop.

Il y a eu en tout plusieurs animateurs, qui ont du donner vie à un dinosaure en image de synthèse, ou bien ont dû « effacer » le taureau des vraies images de corrida qui ont été utilisées pour la scène du raptor, dont les mouvements étaient directement synchronisés avec la triste réalité. Le souci du détail, pour que l’ensemble paraisse réel, allait très loin : à titre d’exemple, l’un des animateurs avait pour tâche de générer les projections des grains de sable de l’arène en concordance avec les mouvements de pattes du dinosaure.

Petite anecdote, ces animateurs avaient pour la plupart un point commun : ils sont végétariens ou vegans – ce qui est aussi le cas de Jean-Michel. Pour eux, le sujet n’était pas juste un exercice de style, il revêtait une importance personnelle, en accord avec leur éthique.

Et ce n’est pas tout. Alors qu’une première version de la vidéo avait pris forme, Jean-Michel a sollicité l’un de ses collègues très expérimenté en animation 3D pour améliorer la qualité des mouvements du raptor. Problème : ce collègue n’était pas disponible. Jusqu’à ce que Jean-Michel lui explique qu’il s’agissait de finaliser un clip anticorrida. Le spécialiste lui a répondu : « Une vidéo anticorrida ? Alors là, c’est oui ». Et il a trouvé du temps libre afin de s’investir à fond sur ce projet

Encore une fois, un immense merci à Jean-Michel Drechsler, à Unit Image et son  équipe talentueuse d’animateurs 3D, et à BETC pour en avoir assuré la diffusion mondiale avec brio.

Photos : 1 par moi, 2 par Cyril Vaucelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *