Un mémorial pour les Công Binh

En avril 2013, je vous parlais sur le blog d’un film intitulé « Công Binhla longue nuit indochinoise », de Lam Lê : « Nous sommes à la veille de la 2nd Guerre Mondiale, 20 000 jeunes hommes Vietnamiens sont recrutés de force dans l’Indochine française pour venir suppléer les ouvriers français partis sur le front allemand, dans les usines d’armement. Pris à tort pour des soldats, bloqués en France après la défaite de 1940, livrés à la merci des occupants Allemands et des patrons collabos, ces ouvriers civils appelés « Cong Binh » menaient une vie de parias sous l’Occupation. Ce sont ces hommes qui ont été les pionniers de la culture du riz en Camargue (évoqué dans cette note de blog  : Camargue, souviens-toi !). Considérés injustement comme des traîtres au Viet Nam, ils étaient pourtant tous derrière Ho Chi Minh pour l’Indépendance du pays en 1945. » (Disponible en DVD ici).

Dscf1032b

Aujourd’hui, 75 ans après, un mémorial national vient d’être inauguré en leur hommage. A l’initiative de l’association M.O.I. [Mémorial pour les Ouvriers Indochinois] qui regroupe de nombreuses familles de ces « Công Binh », il a été érigé à Salin-de-Giraud, sur la commune d’Arles, en Camargue, le 5 octobre dernier. Nous y étions. Ce fut une cérémonie émouvante, qui nous touche, car elle touche notre amie Sampang qui oeuvre beaucoup pour la reconnaissance de ces ouvriers, dont son papa faisait partie. Voici quelques photos de ce grand moment pour toutes celles et ceux qui souhaitent le revivre ou qui n’ont pas pu être présents ce jour-là.

Dscf1033b

Dscf1036b

Dscf1035b

Dscf1042b

Image13

Notre ami David Périé a interprété sa chanson « Loin du Vietnam »

David Perrier – Inauguration du mémorial en… par antillaise25

Image11

Dscf1038b

Dscf1068b

Image1

Dscf1073b

Dscf1075b

Dscf1077b

A lire pour en savoir plus :

– site internet officiel du film « Công Binhla longue nuit indochinoise », de Lam Lê ;

– Pierre Daum : Immigrés de force (Actes Sud 2009), livre-révélation sur les travailleurs indochinois de la Seconde Guerre mondiale, unanimement salué par la critique et Saïgon-Marseille aller simple : Un fils de mandarin dans les camps de travailleurs en France ;

La page Facebook du mémorial se trouve ici.

Très belle et lumineuse journée à toutes et à tous,

Anti

 

One Reply to “Un mémorial pour les Công Binh”

  1. Sampang

    Alors bien sûr… un grand Merci d Amour pour Toi Anti, pour Toi Anna…

    C est vrai que l Histoire de cette France si lointaine ( aujourd hui : Viet-Nam ) me touche de près. J ai cette chance incroyable que mon père, âgé de 96 printemps puisse encore m en parler, puisse encore répondre à mes questions.
    J ai aussi cette chance immense d avoir rencontré Joel Pham, enfant aussi de Cong Binh, qui a créé ce site si riche : travailleurs-indochinois.org avec un fabuleux mémorial où il a entrepris ce rêve fou de pouvoir y déposer le nom et le matricule des quelques 20 000 travailleurs indochinois requis pour l effort de guerre en 1939.
    Aujourd hui la tâche est sans commune mesure de les retrouver au Viet-Nam, eux ou leurs enfants, afin qu ils sachent qu en France on ne les oublie pas… Afin qu un jour le Viet-Nam les reconnaisse…
    Alors… hop hop hop, remplie d espoir on y croit ! on y va ! Et merci encore à vous deux d être allées là-bas pour témoigner ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *