Les Roms et les non-Roms

Les Roms… Beaucoup de gens les détestent et disent d’eux : ce sont des voleurs, ils exploitent les enfants, ils prostituent des femmes, ils maltraitent les animaux, ils sont illettrés et plein d’autres choses encore. Et il est vrai que certains Roms sont comme ça. Mais, en cela, ils n’ont rien de différent de certains non-Roms.

Ces problèmes se rencontrent dans toutes les populations du monde. Ils sont, avant tout, les conséquences directes auxquelles mène souvent une pauvreté extrême, mais heureusement pas sur tout le monde : il faut rappeler que l’inverse (honnêtes, amoureux de leurs familles, respectueux des femmes, cultivés, etc.) existe aussi, tant chez les non-Roms que chez les Roms.

Faisons un petit tableau pour y voir plus clair.

Chez les Roms, il y a des…

 Chez les non-Roms, il y a des…

Voleurs, maquereaux, prostituées, exploiteurs d’enfants, méchants avec les animaux, sans domicile fixe, illettrés, sales

 Voleurs, maquereaux, prostituées, exploiteurs  d’enfants, méchants avec les animaux, sans  domicile fixe, illettrés, sales

Gens honnêtes, travailleurs, respectueux, dévoués à leur famille, bons avec les animaux, sédentaires, cultivés, propres

 Gens honnêtes, travailleurs, respectueux,  dévoués à leur famille, bons avec les animaux,  sédentaires, cultivés, propres

Là, si vous n’aimez pas les Roms, vous allez ajouter :  » N’empêche, ils feraient mieux de rester chez eux, tous ces Roumains« . Ce qui est une double bêtise. Non seulement les Roumains ont le droit d’aller où ils veulent en Europe, mais surtout, ça n’a aucun rapport avec les Roms. Il s’agit d’une confusion volontairement entretenue par nos derniers ministres de l’Intérieur (de tous bords) et relayée par beaucoup trop de médias (de tous bords). Ce n’est pas parce que le mot « rom » ressemble au mot « roumain » que les Roms sont des Roumains.

« Roumain » est un mot d’origine latine qui est une simple déformation de « romain », la Roumanie ayant gardé dans son nom Romania ses origines liées à l’empire romain, dont cette partie du monde était une région il y a deux mille ans.

« Rom » est un mot d’origine hindoue (les Roms sont tous venus du nord de l’Inde dont ils sont partis il y a environ mille ans). Ce mot signifie « humain de la communauté » . Les Roms désignent les non-Roms sous le terme de « gadjo » qui veut dire « autrui ». Au fil des siècles et des migrations, les Roms ont été aussi nommés « Romanichel » qui veut dire « du peuple des humains », « manouche » qui vient de l’allemand « mensch » (les hommes), « tsigane » qui vient d’un mot grec désignant les forgerons, « gitan » qui est une déformation de « egyptano » parce qu’on croyait au Moyen-âge que les Roms venaient d’Egypte, et « bohémien » parce qu’on croyait au 15e siècle qu’ils venaient de Bohême. Rien à voir avec la Roumanie.

Il y a certes des Roms en Roumanie mais il y en a aussi dans pleins d’autres pays, de même qu’il y a plein de Roumains qui n’ont rien à voir avec les Roms. Donc, notez bien :

Chez les Roms, il y a des…

 Chez les non-Roms, il y a des…

Roumains

 Roumains

Non Roumains

 Non Roumains

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un peu énervés, vous allez alors me dire : « Hé, ho, on ne nous la fait pas, à nous. Il y a bien tout un tas de caractéristiques que nous, les non-Roms, avons et que les Roms n’ont pas».

C’est vrai, c’est vrai, et ce n’est pas du racisme que de l’admettre.  Quelques exemples ?

Chez les Roms, il y a des…

 Chez les non-Roms, il y a des…
 Milliardaires
 Tueurs en série
 Terroristes
 Chefs d’État
 Tyrans
 Despotes
 Génocideurs
 Politiciens obsédés par le pouvoir
 Meneurs de coups d’État
 Spéculateurs boursiers
 Déclencheurs de crises internationales
 Soldats
 Mercenaires
 Chefs d’armées
 Criminels de guerre
 Décideurs de plans sociaux
 Responsables de marées noires
 Producteurs d’OGM et de pesticides
 Utilisateurs de bombes nucléaires
 Concepteurs d’armes de destruction massive
 Inculpés au Tribunal international de La Haye
 Industriels de l’armement
 Pollueurs de masse
 Destructeurs de la planète

Voilà, maintenant, c’est prouvé objectivement : les Roms sont différents des non-Roms. Il y a plein de choses que les uns ont et que les autres n’ont pas.

Mais je ne sais pas si les non-Roms peuvent vraiment se vanter de ce qu’ils ont de plus que les Roms.

Très belle journée à vous

Photos prises aux Saintes-Maries-de-la-Mer (la 3e par Anti, les autres par moi).

5 Replies to “Les Roms et les non-Roms”

  1. Terrevive

    Voilà une mise au point magistralement faite.

    J’ai noté qu’une fois la confusion installée entre les termes ; il est difficile de remettre le sens des mots en place.

    Il y aurait une caractéristique Rom à mettre en évidence ; c’est le sens de la famille et l’expression du chant, de la musique et de la danse à tous les moments de la journée depuis leur berceau jusqu’à leur dernière demeure. Ce qui est une extraordinaire expression de la Vie.

  2. valentine

    Dans cette période plus que désagréable de « bouc émissaire », il est bon de prendre la juste mesure des choses.

    Une étude universitaire montre qu’entre 50 et 60 personnes mendient à Lausanne. La plupart viennent de Roumanie, mais il y a aussi des Hongrois et des Slovaques. Tous ne sont pas Roms. Ils mendient en famille et ne sont pas organisés en mafias, contrairement ce que l’on peut dire de ça et là.

    Le 9 février, les suisses devront voter pour ou contre l’initiative présentée par le parti U.D.C. (parti très à droite) visant à limiter l’immigration en Suisse. Cette initiative est déjà en soi nulle étant donné la libre circulation des personnes. Ou alors la Suisse devra renoncer aux bilatérales et dénoncer les accords de Schengen! D’ici là que l’on finisse comme le village d’Astérix…..

  3. Naldori Elio

    Merci pour ce post qui confirme mes idées sur la question. La délinquance est là où manque le travail et l’Italie, aussi, est en train d’aller vers le rejet de cette population. Bonne semaine.

  4. Anna Galore Post author

    Historie de mettre les choses en perspective, sur 65 millions d’habitants, il y a en tout moins de 20 000 Roms qui vivent en France (dont un tiers d’enfants), la plupart depuis plusieurs générations. Ce chiffre est stable depuis des décennies, il n’y a aucune « invasion » en cours.

    En 2012, il y a eu en gros 1 million et demi de faits de délinquance enregistrés par les forces de l’ordre, dont 1% causés par des Roumains (et non par des Roms). Ce qui veut dire que 99% des délits causés en France le sont par des non-Roms et des non-Roumains.

    En Italie, il y a environ 100 000 Roms qui sont largement plus intégrés qu’en France grâce à un vaste programme de logements sociaux lancé depuis le début des années 2000 (alors qu’en France 75% des Roms ont une existence misérable confinée dans des bidonvilles ou des terrains vagues, sans aucune aide de l’Etat).

    Les Roms sont donc avant tout des boucs émissaires, comme l’ont été avant eux bien d’autres populations désignées comme des coupables ataviques de façon honteusement exagérée et injuste.

    Du racisme, tout simplement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *