Les voitures Zéro Emission sont pour demain

zoe eolienne.jpg

Une fois n’est pas coutume, je vais faire de la pub pour un constructeur automobile.

Renault a annoncé récemment son objectif de remplacer progressivement la totalité des véhicules traditionnels par des véhicules électriques. Oui, vous avez bien lu : il s’agit de la disparition annoncée des véhicules à essence, diesel et autres dérivés du pétrole. Une ambition qu’on ne peut que louer.

La première vague de ces nouveaux véhicules sera nommée ZOE, pour « ZérO Emission » de gaz à effet de serre. Quatre modèles différents seront commercialisés entre 2011 et 2012.

zoe gamme.jpgIl ne s’agira pas de modèles haut de gamme mais bien de véhicules visant le plus grand nombre. Ils auront un prix d’achat de l’ordre de celui d’un diesel actuel et un très faible coût d’usage. Les voitures coûteront en réalité plus cher (du moins au début) mais bénéficieront d’une prime à l’achat de 5000 €, ce qui les ramènera dans des fourchettes de prix raisonnables.

zoe business model.jpgLes autonomies annoncées sont de l’ordre de 160 km, avec une vitesse maximale de 130 à 140 km/h. Pour recharger la batterie, d’une durée de vie de 6 ans, trois moyens seront possibles :

– dans des stations services, par simple échange standard entre la batterie vide et une pleine (un système de reconnaissance automatique de la voiture permettra de facturer automatiquement le seul surcoût correspondant au « plein »)

– sur des bornes spécialisées installées à proximité des lieux d’habitation, des commerces et des bureaux, le plein durant 20 à 30 mn

– chez soi, sur une prise de courant standard, le plein durant 6 à 8 heures (donc, par exemple, pendant la nuit).

moto électrique.jpgOn peut imaginer que ces performances s’amélioreront significativement au fil des ans, quand les dizaines de milliers d’ingénieurs employés par les industries concernés n’auront plus que cela pour seul objectif.

D’ailleurs, pour ceux qui pensent que rouler électrique signifie se traîner, je vous conseille d’aller voir ce petit article.

Il parle d’une moto 100% électrique qui vient d’atteindre 267 km/h et d’autres véhicules à énergie propre qui font encore mieux, comme cette Chevrolet propulsée à 383 km/h par un moteur à hydrogène, une énergie qui ne dégage que de l’eau.

Mais revenons aux voitures électriques. Les infrastructures (stations équipées, bornes spécialisées, etc.) vont être installées en partenariat avec une vingtaine d’autres entreprises réparties sur 15 pays, qui ont signé des accords en ce sens avec Renault. Le déploiement se fera dans un premier temps au niveau européen.

zoe partenaires.jpg

D’autres grands constructeurs sont également sur le point de lancer des gammes ou des modèles de véhicules électriques, par exemple Chrysler aux USA dès 2010.

Il s’agit d’un superbe exemple où, une fois encore, l’écologie rejoint l’économie. En effet, les motivations de ces constructeurs ne sont pas uniquement écologiques mais aussi tout bêtement pragmatiques. D’ici 2050, la totalité des puits de pétrole actuellement connus auront craché leur dernière goutte et seront définitivement taris. Les industriels qui dépendent du pétrole doivent donc agir pour trouver des solutions de remplacement le plus longtemps possible avant cette date.

En première ligne, le secteur automobile, bien sûr. Les constructeurs qui s’y prendront trop tard, que ce soit par attitude de déni ou par incompétence, disparaîtront. Ceux qui sont sur le point de sortir des véhicules 100% électriques dès l’année prochaine vont prendre une avance certaine, qui leur permettra de dominer à terme leurs concurrents moins visionnaires. Et le plus beau, c’est que c’est nous tous, leurs clients, qui y gagneront.

zoe gamme 2.jpg

Un virage majeur est en train d’être pris. Il y a peu de doute que, dans les années à venir, les véhicules actuels passeront rapidement au stade de dinosaures et s’éteindront enfin définitivement pour le plus grand bien de notre qualité de vie.

Reste encore un bémol : une voiture électrique n’émet, c’est vrai, aucune émission de gaz à effet de serre mais sa source d’énergie est hautement dangereuse pour l’environnement. En effet, en France et ailleurs, l’électricité est pour le moment produite majoritairement grâce à l’énergie nucléaire. On ne pourra vraiment parler d’énergie propre que lorsque cela aussi aura disparu. L’illustration (utilisée par Renault) qui ouvre cette note indique donc plus un but à atteindre qu’une réalité d’aujourd’hui.

A l’heure actuelle, les énergies renouvelables représentent environ 8% de l’énergie totale consommée sur Terre. Un pourcentage dont on peut espérer qu’il sera amélioré dans les prochaines décennies si on en juge par les très belles réalisations qui fleurissent déjà dans certains pays comme le Danemark (l’île de Samsø est auto-suffisante en électricité renouvelable), la Suède (Hammarby Sjostad) ou l’Angleterre (Bedzed).

Très belle journée à vous

Sources : Renault Zéro Emission, Agoravox, Technologies propres
Les illustrations et les encarts proviennent du site de Renault ZE, à l’exception de la photo de la moto qui est de ZZ/Lightning Motorcycles.

7 Replies to “Les voitures Zéro Emission sont pour demain”

  1. Netsah Galore Post author

    Je vois plus l’avenir de la voiture propre dans le moteur hydrogène que l’électrique… Je m’imagine mal attendre 20 minutes en ville que ma voiture se charge xD sinon le changement de batterie comme si on changeait les piles de sa télécommande faut voir le prix… Parce que si c’est tous les 160km c’est quand-même assez fréquent. Bon biensûr il reste la méthode de recharger à la maison en même temps que son portable, mais là encore il faut voir combien ça prend en électricité.. une batterie de voiture c’est pas rien. En tout cas belle initiative.. même si c’est la cinquième ou sixième fois en 10 ans de Renault..

  2. Anna Galore Post author

    L’idée est de mettre des bornes en ville par exemple sur les parkings. La voiture se recharge pendant que tu fais tes courses. J’ai fait une petite évaluation de mes propres habitudes de voiture dans la semaine. Je dois faire environ 40 km par jour (les allers-retours boulot et collège). Si je mets ma voiture en recharge chez moi un jour sur 3 ou 4, ça ne me semble pas une réelle contrainte. Pour l’échange en station-service, l’idée est que le coût facturé soit plus bas que celui d’un plein.

    Concernant le coût d’une recharge à la maison, le site de Renault précise qu’il faut une prise 220V / 10A pendant 6 à 8 heures. Le prix du kilowatt en heure creuse est de 0,073 euro par heure, ce qui fait un plein à moins de 1,30 euro si je ne me trompe pas (2200 watts pendant 8 h = 17,6 kWh).

    Renault a déjà lancé des véhicules électriques dans le passé mais il s’agissait de coups isolés. Dans le cas présent, le constructeur annonce sur son site que le but est de remplacer à terme tous les véhicules traditionnels et il sort 4 modèles, de la petite citadine à la familiale.

  3. valentine Post author

    Une chose m’inquiète dans ces véhicules électriques: la France ne va-t-elle pas trouver le prétexte pour renforcer encore le nucléaire? Avec ses 58 réacteurs et 1’100 sites renfermant des déchets nucléaires, la France détient le record du pays le plus nucléarisé au monde par rapport au nombre d’habitant.

    A voir:

    http://www.greenpeace.org/france/campagnes/nucleaire

    nucleaire-nonmerci.net/francenucleaire.html

  4. Anna Galore Post author

    C’est effectivement la question que je soulève dans la dernière partie de ma note (et qui a été la première réaction d’Anti lorsque je lui ai dit hier soir de quoi j’allais parler). Ces véhicules ne produiront aucune émission de substances polluantes mais dépendront d’une source d’énergie qui, elle, est dangereuse pour l’environnement.

    Cela dit, il ne me semble pas que le sens de l’évolution et la prise de conscience généralisée de l’importance des aspects écologiques aillent, au niveau mondial, dans le sens d’une nucléarisation plus forte, bien au contraire.

    Renault et les autres constructeurs qui suivront la même logique industrielle devraient d’ailleurs être en première ligne pour faire du lobbying en faveur des énergies propres puisque c’est sur cet argument que se base (et se basera) leur communication et leur succès commercial. Ce qui sera, en soi, une petite révolution : l’industrie automobile passera ainsi du « camp » des pollueurs à celui des écologistes.

  5. Netsah Galore Post author

    Ok c’est ce que je voulais savoir pour les prix. C’est en effet assez intéressant un plein à 1,30 euro tous les 4 ou 5 jours environs.
    Pour le nucléaire je pense comme toi, qu’on ne va pas vers une nucléarisation mondiale plus forte. Il suffit de regarder l’exemple Espagnol dont on parlait sur ce blog y a quelques jours.

  6. ramses Post author

    Le virage pris par l’industrie automobile en faveur de la voiture électrique est réjouissant et aboutit maintenant à des projets concrets, sur lesquels les bureaux d’étude planchent depuis de nombreuses années. C’est vrai pour Renault et Peugeot, mais aussi des constructeurs américains et japonais. Les pétroliers se préparent de leur côté à reconvertir les stations-services existantes en « stations automatiques d’échange de batteries ». Un robot procèdera, en quelques minutes, à l’échange standard de la batterie « vide » par une batterie « pleine ». Ainsi seront résolus les problèmes liés à l’autonomie, qui semblaient devoir cantonner les voitures électriques au milieu urbain. Outre la disparition de la pollution en ville, la voiture électrique a l’avantage d’être entièrement silencieuse.

    L’autre aspect, celui de la consommation électrique, est moins réjouissant… Un parc de 20 millions de voitures électriques en France nécessitera une puissance supplémentaire d’environ 200.000 MW, soit près du tiers de la puissance actuelle… Il est illusoire de penser que des éoliennes ou des panneaux solaires pourraient fournir une telle puissance instantanée. L' »exemple espagnol » est particulièrement mal choisi, comme je l’ai souligné dans la note sur les éoliennes… Je rappelle ici que l’Espagne est à l’heure actuelle le plus gros acheteur européen de « droits d’émission de CO2″ d’Europe orientale, afin de respecter le Protocole de Kyoto. En 2007, les émissions de l’Espagne ont augmenté de 50% depuis 1990, bien que le protocole de Kyoto ne permet qu’une augmentation de 15% pour les pays de l’UE. »

    http://translate.google.fr/translate?hl=fr&langpair=en|fr&u=http://www.treehugger.com/files/2009/01/spain-buys-carbon-credits-from-eastern-europe.php&prev=/translate_s%3Fhl%3Dfr%26q%3Dbilan%2Bcarbone%2Bespagne%26tq%3Dcarbon%2Bspain%26sl%3Dfr%26tl%3Den

    En l’état actuel de la technologie, il faut donc s’attendre à une augmentation sensible de l’énergie d’origine nucléaire…

  7. anti Post author

    « L’autre aspect, celui de la consommation électrique, est moins réjouissant… »

    C’est clair. Surtout quand on sait que ces cons là sont capables de te pondre des centrales sur des failles ! Je m’en suis rendue compte en faisant les révisions sur les séismes avec Dorian et de fait :

    http://resosol.org/Gazette/2003/203_204_11.html

    Cela étant, la première photo indique bien la voie à suivre !

    anti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.