La vigne vierge

Il y a quelques années, j’ai planté un pied de vigne vierge près de l’un des murs de la façade. Puis, je l’ai complètement oublié. Il ne se passait rien de visible, ça a fini par me sortir de la tête.

DSC08006p

Jusqu’à ces dernières semaines… La conjonction de températures chaudes qui n’en finissent pas de déborder sur l’automne et de pluies abondantes pendant quelques jours a produit une explosion spectaculaire de croissance – plusieurs mètres en quelques mois. Il faut dire aussi qu’elle est largement plus facile à remarquer depuis que ses feuilles ont commencé à virer au rouge vif, superbe.

DSC08010p

Nous la trouvons magnifique et, pour le moment, nous la laissons courir partout où elle en a envie. Nous verrons bien si nous la retaillons plus tard. Il parait que les feuilles vont tomber dès le premier coup de froid. Elles reviendront d’autant plus au printemps. Je ne sais pas de quelle variété il s’agit, si l’un de vous a une idée, merci de nous le dire.

Très belle journée à vous

DSC08008p

7 Replies to “La vigne vierge”

  1. Alberich

    Sur la dernière photo, on voit bien les 5 lobes, évoqués dans le nom de la plante : « parthenocissus quinquefolia ». Effectivement, il en existe quelques variétés (l’espèce type, l’Engelmanii, la Muralis, l’Henryana), je ne saurais dire laquelle, mais les lecteurs du forum aujardin, rubrique « Identification d’une plante », sont susceptibles de pouvoir renseigner :

    http://www.aujardin.org/identification-f49.html

    (il faut poster une photo en bonne résolution).

    Il y a aussi gardenweb (en anglais)

    http://forums2.gardenweb.com/forums/namegal/

    La vigne vierge est facile, se débrouille bien à l’ombre, se multiplie facilement, résiste très bien au froid (qualité inutile à Nîmes), par contre, elle n’est vraiment belle qu’une partie brève de l’année (quelques moments à l’automne). D’autres plantes grimpantes peuvent offrir de belles floraisons (mais ont généralement besoin de soleil, à quelques exceptions près) ou un feuillage persistant apprécié en hiver.

  2. valentine

    Oh les belles guirlandes de Noël!
    Je suis comme toi, j’adore la vigne vierge à l’automne. Elle peut même donner des grappes avec des petits raisins noirs. Par chez nous, les vieux murs en sont couverts.
    C’est bien, vous avez raison, laissez-la courir en liberté 🙂

  3. Terrevive

    Je lis :  » résiste très bien au froid (qualité inutile à Nîmes) ». Eh bien si, il faut y faire attention. Une année, les plantes grimpantes de mon balcon ont gelé, les compteurs de la rue ont gelé également et certains ont explosé ; l’eau se transformant en glace en sortant.

  4. Alberich

    Pour savoir si une plante peut supporter les températures hivernales d’une région, on regarde quelle est sa zone de rusticité. La zone de rusticité correspond à la température la plus basse que l’on peut avoir en hiver ; voici le tableau des zones USDA :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Zone_de_rusticit%C3%A9

    Si l’on habite en altitude, ou dans une région au nord, ou dans une région de climat continental, le choix des végétaux que l’on peut planter se réduit.

    Le parthenocissus quiquefolia est capable de tenir en zone 3b, c-a-d notoirement bas pour une plante de jardin. Sa grande rusticité en fait donc un choix intéressant pour des régions où l’on a des possibilités restreintes du fait de la rigueur du climat. A Nîmes, ville à la fois au sud et proche de la mer, connue pour ses palmiers, il n’y a pas beaucoup de restrictions de choix de végétaux pour cause de froid hivernal ; si l’on se base sur cette carte, on est en zone 9B

    http://www.aujardin.org/climat-france-rusticite-usda-t146878.html

    ce qui est presque le record en France métropolitaine. Le soucis sera donc plutôt la sècheresse estivale. Si l’on peut arroser, on a la chance d’avoir un large choix de végétaux, seulement dépassé par la Côte d’Azur et la Corse où l’on peut faire de beaux jardins de plantes tropicales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.