Le cas Viard sur canapé

Jean-Paul Richier est une figure très connue et très appréciée du milieu anticorrida français. Psychiatre et patricien hospitalier, on lui doit d’avoir organisé le collectif PROTEC (PROTégeons les Enfants des Corridas), qui regroupe à ce jour une centaine de psychiatres et de psychologues demandant que les moins de 16 ans n’aient plus accès aux corridas.

protec

Sur le site du Protec, il est précisé : « Les premiers à devoir être protégés des corridas sont bien sûr les taureaux. Mais les corridas étant des spectacles violents (des « sévices graves ou actes de cruauté envers les animaux » selon le code pénal français), au souci de protection des animaux s’ajoute le souci de la protection de la jeunesse. » Un double objectif qui nous parle puisqu’il est identique à celui du CRAC Europe pour la protection de l’enfance. Il est d’ailleurs fréquent que le CRAC relaie sur son site officiel et/ou sur sa page Facebook les articles de Jean-Paul.

Car il écrit à chaque fois de vrais petits bijoux. Ses arguments toujours extrêmement précis et factuels sont accompagnés par une verve et un humour réjouissants. Je fais donc partie depuis des années des nombreuses personnes qui se régalent de suivre ses interventions et je sais qu’il suit également notre blog régulièrement – il y est intervenu à plusieurs reprises.

infancia-sin-violencia2b

L’un de ses sujets favoris est André Viard. Il est vrai que, pour un psychiatre, ses éditauriaux (comme aime à l’épeler Jean-Paul) sont une mine inépuisable de cas cliniques avancés. Au passage, je précise que le magnifique jeu de mots « Le cas Viard » est de Jean-Paul.

Si vous n’avez pas lu « L’aficion, ça ose tout, c’est même à ça qu’on la reconnait« , allez le faire tout de suite, c’est un chef d’oeuvre. Il s’agit d’une réplique à l’infâme série de billets écrits par Viard autour du prétendu « syndrome de l’étoile jaune » dont souffriraient ces pauvres aficionados, auquel nous avons également réagi sur notre blog.

Je vous recommande également un autre article de Jean-Paul, publié il y a deux jours : « Le lobbyiste de la corrida André Viard est un menteur« . Un extrait : « Le caudillo de l’afición met un tel point d’honneur à offrir verbalement son postérieur pour se le faire verbalement botter, qu’il m’est déjà arrivé de me laisser aller à cet exercice. Je sais, c’est mal, mais on a parfois besoin de se détendre après le travail.« 

Bonne lecture !

2 Replies to “Le cas Viard sur canapé”

  1. Alberich

    Ce qui est amusant, c’est le contraste entre l’image officielle d’André Viard et la réalité.
    André Viard, tel qu’il aime se montrer, est fier, hâbleur, roulant des mécaniques, menaçant à tout-va de procès en diffamation quiconque oserait lever le petit doigt sur lui.
    Or, justement, ce même André Viard est moqué, raillé, ridiculisé, littéralement étrillé dans les articles sans pitié de Jean-Paul Richier.
    On se dit que la riposte va être terrible, qu’André Viard va sortir l’artillerie lourde… et bien non, André Viard s’écrase piteusement, il ne trouve quasiment rien à redire, il se fait plus petit qu’un microbe.
    Les afiocs sont décidément bien défendus. André Viard soutient la corrida comme la corde soutient le pendu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.