Faut pas pousser

P8250022.JPG

J’ai repris le boulot hier matin. Ca s’est passé plutôt cool. Faut dire, ça faisait quasiment un mois que j’étais en vacances, alors j’étais vraiment très zen. Ca ne m’était pas arrivé de m’arrêter aussi longtemps depuis au moins quatre ans. Ces dernières années, avec la création de ma boîte, je prenais plutôt une semaine de ci de là. Alors, un mois de break, ça a été vraiment géant comme sensation. D’autant que j’ai consacré tout mon temps à en profiter bien à fond avec Anti. Je n’ai que très rarement été sur le net et je n’ai pas écrit une seule ligne – pas même pour boucler la postface et les dernières corrections des Neuf sœurs, c’est dire. Je vais m’y mettre d’ici la fin de la semaine mais tranquillou. Rien ne presse.

Bon, je ne cache pas que, quelque part dans un recoin de ma tête, j’ai déjà conçu l’une des nouvelles de mon prochain recueil et que j’ai pensé aux grandes lignes d’une deuxième. On n’arrête pas un cerveau, même si on le met au repos. Mais, pour autant, je ne sens pas de frustration à n’avoir encore rien écrit. Tout viendra en son temps. Faut pas pousser.

pise2.jpg

A ce sujet-là – ne pas pousser – je vous ai fait pour ce matin un petit pot-pourri de photos, prises à Pise il y a quelques jours, de tous ces touristes qui trouvent teeeeeeellement drôle de faire semblant d’empêcher la tour de tomber avec leurs petits bras musclés. Mention spéciale au petit monsieur japonais (ci-dessous, à droite) qui fait, à lui tout seul, à la fois la prise de vue follement originale et la pose qui déchire rien qu’avec son index habilement positionné au premier plan. Trop fort.

pise1.jpg

pise3.jpgpise4.jpg

Remarquez, à Pise, même le décor se prend au jeu.

< -- comme par exemple ce poteau de signalisation ou ce conifère effilé qui a décidé de pousser avec la même pente -->

Du mimétisme, sans doute…

Allez, je vous laisse, c’est l’heure de partir au boulot. En douceur. Juste histoire de relancer les engrenages qui font que tout va revenir à son rythme de croisière. Tiens, une croisière, pourquoi pas… Caboter d’île en île au cœur des Caraïbes… ou des Maldives….

Image9.jpg

Euh, pardon, j’oubliais, c’est la rentrée. Les vacances, c’est fini pour le moment.

Faut pas pousser.

Très belle journée à vous

Première photo prise à Burano, dernière à Toulon, les autres à Pise.

11 Replies to “Faut pas pousser”

  1. anti Post author

    Trop bien la série de photos avé le texte ! Celle du panneau est vraiment excellente !

    Hâte de te lire à nouveau mademoiselle Anna !

    anti

  2. ramses Post author

    La légende dit qu’à Burano, les femmes de pêcheurs ont peint les façades de leurs maisons de couleurs différentes, afin que leurs maris les retrouvent plus facilement à l’aube, de retour de leur nuit de pêche.

    La mouette et la lune… Un message d’espoir.

  3. anti Post author

    Très jolie légende Ramses qui, je ne sais pas trop pourquoi, m’a rappelé une chanson du groupe espagnol « Mecano » : Nature Morte.

    Avant le soleil

    Ana et Miguel

    Déjà s’enflamment.

    Elle sur lui, tels quels,

    Homme, femme, pêle-mêle

    Font s’embraser les draps

    Et l’océan qui est fou d’Ana

    Détourne le regard

    Car la jalousie n’épargne,

    Ni le sel, ni les algues, ni même les vagues ..

    Avec le soleil,

    Déjà Miguel

    Est sur sa barque,

    -Embrasse moi Amour

    Et attend mon retour

    Tranquille sur la plage

    L’océan murmure dans son langage.

    Misérable pécheur !

    Tu peux lu faire tes adieux, jamais plus je ne partagerai son cœur !

    Et pleurer, et pleurer, pleurer Miguel,

    Et attendre, et attendre, et attendre fidèle

    Sur le rivage qu’il revienne vers elle…

    On dit au village

    Que cette roche

    Blanche, c’est Ana

    Recouverte de sel et de corail,

    Elle l’attend sur la plage

    – Ne l’attends plus triste fille de pierre,

    Miguel ne viendra pas,

    L’océan le tient prisonnier,

    Pour pouvoir seul te prendre dans ses bras

    El pleurer, et pleurer, et pleurer Miguel,

    Et attendre, et attendre, et attendre fidèle,

    Sur le rivage qu’il revienne vers elle…

    Il y a même des gens qui racontent

    Que quand gronde la tempête,

    C’est Miguel luttant a mort,

    Qui fait bondir les vagues jusqu’au ciel…

    El pleurer, et pleurer, et pleurer Miguel,

    El pleurer, et pleurer, et pleurer Miguel,

    Et pleurer, et pleurer, sur la mer

    http://www.dailymotion.com/video/x2864b_mecano-nature-morte-ana-et-miguel-f_music

    anti

  4. anti Post author

    Oui, je ne me souvenais consciemment que de l’histoire de la statue de sel, ce n’est qu’en ré-écoutant que j’ai tilté sur les prénoms.

    J’ai repensé aussi à cette autre belle chanson – qui relate une légende aussi – du même groupe : http://www.dailymotion.com/video/xqyn2_mecano-hijo-de-la-luna_music

    Hijo de la luna

    Idiot qui n’comprend pas,
    La légende qui comm’ça,
    Dit qu’une gitane, implora la lune,
    Jusqu’au lever du jour

    Pleurant elle demandait, un gitan qui voudrait,
    L’épousser par amour.

    Tu auras ton homme, femme brune,
    Du ciel répondit la, pleine lune,
    Mais il faut me donner, ton enfant le premier,
    Dès qu’il te sera né

    Cell’qui pour un homme, son enfant immole,
    Bien peu l’aurait aimée.

    REFRAIN:

    Lun’tu veux être mè—re,
    Tu ne trouves pas l’amour qui exauce ta prière,
    Dis-moi lune d’argen—t,
    Toi qui n’as pas de bras, comment bercer l’enfant?
    Ah…, Ah…,Hijo de la luna

    D’un gitan cannelle, naquit l’enfant,
    Blanc comme l’hermine, il était blanc,
    Ses prunelles grises, pas couleur olive,
    Fils albinos de la lune

    Maudit sois-tu bâtard, t’es le fils d’un gadjo,
    T’es le fils d’un blafard.

    REFRAIN

    Le gitan se croyant, déshonoré,
    Couteau en main sa femme, alla trouver,
    L’enfant n’est pas moi, tu m’as trompé je vois,
    A mort il la blessa

    Et l’enfant dans les bras, la colline il monta,
    Là-haut il l’abandonna

    REFRAIN

    Et les soirs où l’enfant, joue et sourit,
    De joie aussi la lune s’arrondit,
    Et lorsque l’enfant pleure, elle décroît pour lui faire,
    Un berceau de lumière
    Et lorsque l’enfant pleure, elle décroît pour lui faire,
    Un berceau de lumière

    En français : http://www.youtube.com/watch?v=qHtz9YWjXxY

    anti

  5. Kleman Post author

    Très rigolotes les photos des touristes de Pise !!
    J’aime bien observer les moeurs de ces gens étranges dont je fais parfois partie… ça fait froid dans le dos !

  6. Kleman Post author

    Oui j’ai hâte de voir ça
    Déjà les photos de Cuba sont splendides !
    Certaines ont fait Blonk directement 😀
    je détaillerais mes avis plus tard 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.