Une pub plutôt raide de Greenpeace

Peut-on parler avec humour de certains risques que nous font courir notre environnement saturé de produits chimiques divers ? Cette pub, tournée par Greenpeace en 2006 et rediffusée ce matin sur France 2, en est un exemple plutôt raide. Quoique… raide, peut-être pas tant que ça, en fait…

5 Replies to “Une pub plutôt raide de Greenpeace”

  1. anti Post author

    Elle est excellente cette pub ! Malgré tout, je pense que les effets internes ne font pas mouche comme argument. J’explique : quand on te dit, te montre, te rabâche que « Fumer tue », tu t’en fous. En revanche, si on disait (et c’est ce que je fais sans hésitation aucune avec mes enfants, du pur mensonge) Fumer donne des boutons et fait grossir à long terme, ça percute. C’est con hein, mais on ne veut pas croire ce qu’on ne voit pas. Sacré St Thomas !

    anti

  2. emma Post author

    Raide ? Oui en effet, mais c’est vrai que Greenpeace a tendu la perche…
    Plus sérieusement, elle est quand même vraiment drôle cette pub.
    Emma

  3. ramses Post author

    Personnellement, je trouve cette pub de très mauvais goût… Elle illustre le concept actuel, du petit malin qui écrase tout le monde pour arriver le premier… Et elle caricature les handicapés. Elle semble rejeter sur les individus les nuisances dont ils sont victimes, alors que c’est avant tout l’affaire des Etats. Pourquoi pas demain « Tuons les vieux, ils ruinent la Sécu » ?

  4. Anna Galore Post author

    Autrement dit, elle fait rire et choque en même temps, ce qui est le but recherché. Et elle exprime clairement que les individus sont ici les victimes de ce qu’ils subissent sans le savoir et non les responsables. A eux de faire pression sur leurs Etats, c’est ce qu’on appelle du lobbying, le but même de Greenpeace et d’autres ONG du même genre.

    Quant au concept du petit malin qui écrase tout le monde pour arriver le premier, c’est une réalité biologique dans le cas des spermatozoïdes : seul le plus rapide gagne. Et il ne vote pour personne d’autre que lui-même. Ca ne veut pas dire qu’on va en faire un système politique ou social. Ce n’est qu’une cellule sans cerveau, après tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.