L'île dans le ciel

Ma journée d’hier était lourde, très lourde. Je parle de mon boulot, bien sûr, pas de ma vraie vie qui, elle, plane plus haut que jamais. Aussi, pour contrebalancer les choses et repartir flotter dans le ciel, je vous propose pour commencer la journée une promenade tirée d’un article du blog La boîte à images, hébergé par le Monde.fr, Le mystère des îles flottantes.

Spécial dédicace à Netsah, Nico et tous les fans de Miyazaki.

castle_in_the_air.jpgTout commence par un conte de fée, raconté par George Escher, le fils du célèbre artiste. Qui sait, il inspirera peut-être un nouveau collage à notre amie eMmA ? Le voici :

« C’est l’histoire d’un jeune prince dont la petite sœur a été enlevée par un magicien noir pour se venger de quelque chose de mal que les parents avaient fait. La sœur disparait et le prince part à sa recherche.

Il apprend le langage des insecte, des poissons, des mammifères. Il voyage et finalement, il découvre le château dans lequel le magicien a emprisonné sa sœur, derrière une fenêtre très haut. En fait, c’est une île et pour l’atteindre, il parle à une tortue qui nage jusque là en le portant.

Au moment où il arrive sur l’île, le magicien voit le prince et fait s’envoler le château dans les airs. Quand mon père a découvert ce conte, il a été très fortement inspiré et il a réalisé cette œuvre.

Bien sûr, ensuite, le prince arrive à pénétrer dans le château et à délivrer sa sœur. »

L’œuvre que réalise Maurits Cornelis Escher est intitulée The castle in the air (le château dans l’air).

chateau dans le ciel.jpg

Si vous connaissez les dessins animés
de Miyazaki,
cela vous rappelle
forcément
quelque chose.

Mais ce n’est pas tout.

Miyazaki a une culture graphique particulièrement étendue. Les arcades et la forme de la tour semblent directement tirées du tableau La tour de Babel, de Bruegel.

bruegel miyazaki.jpg

pyrenees magritte.jpgDe plus, tout cela n’est pas sans rappeler
Le château des Pyrénées de Magritte,
dont Miyazaki est un grand fan.

Ainsi, son personnage de Porco Rosso vient peut-être de La bonne fortune, autre tableau de Magritte.

porco rosso.jpg

gulliver.pngchateau 2.jpgUn petite dernière pour la route ?

Une île volante avec un personnage en bas à droite, cela ne viendrait-il pas d’une illustration tirée des Voyages de Gulliver, plus précisément de la troisième partie intitulée Voyage à Laputa ?

Aucun hasard à cela, Miyazaki ayant déclaré s’être inspiré librement de ce livre pour écrire Le château dans le ciel. Il voulait d’ailleurs nommer son film Laputa, le château dans le ciel.

Mais les distributeurs américains lui ont fait remarquer que « Laputa » allait être assimilé à « La puta » (la pute) et ont donc fait accepter à Miyazaki de supprimer ce mot du titre (il est par contre conservé dans le titre japonais).

L’idée d’îles flottantes a inspiré un très grand nombre d’autres artistes et illustrateurs. Je vous laisse les découvrir dans l’article original d’où j’ai tiré les principaux éléments de cette note.

Très belle journée à vous

7 Replies to “L'île dans le ciel”

  1. anti Post author

    Vivement ce soir que j’ai le temps de la lire !

    antiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

  2. Sapofan Post author

    Miyazaki un des plus grands réenchanteurs de ce pauvre monde trop violenté.. Quand l’imagination, qui se nourrit de ce qui existe, honore ainsi notre devenir, elle devient magie et sagesse!!!
    Sapofan

  3. Netsah Galore Post author

    Super article ^^ Dans le Monde ils ont juste oublié une île flottante très fameuse chez les fans de mangas, surement plus que celle de Miyazaki : la ville de Zalem (et sa jumelle dans l’espace Jeru, reliée par la tour de Babel) qui plane au dessus d’un bidon-ville dans lequel cyborgs et mercenaires s’affrontent et s’entretuent pour la revente illégale d’organes, de drogues et d’armes. Zalem qui est dans ce manga, Gunnm (Battle Angel Alita), le seul refuge sûr de l’humanité dans le futur, le seul endroit riche et civilisé, et donc le seul endroit où les gens se suicident…

    Sinon en ce qui concerne Miyazaki, il s’est en effet inspiré à chaque fois de contes et légendes européennes adaptées dans un univers japonais, mais aussi pour certains de ses personnages, d’œuvres d’art qui l’ont marquées. Parcontre je pense qu’ils se trompent pour la comparaison sur le personnage de Chihiro… Il vient plus surement d’estampes japonaises comme tous les autres personnages de ce film, du fantôme, au dragon, en passant par la sorcière à la grosse tête ou les boules de suif.

    En ce qui concerne le nom Laputa, je trouve ça bête… Je ne savais pas que c’était la faute des américains.. Un peuple qui n’est pas gêné par le fait qu’un mec sur vingt s’appelle Dick (= bite). Changer le nom qui vient directement de l’histoire de Gulliver que des millions d’enfants ont lu sans être choqués je suis sûr, ni même leurs parents. En plus si on fait la traduction phonétique du titre en japonais ça fait « Lapiouta » (ラピュタ) et pas « lapouta » (ラプタ) qui serait donc phonétiquement semblable à « la puta » en hispanique. Donc c’est n’importe quoi dans tous les cas.
    Personnellement moi je continuerai à dire Laputa de Miyazaki comme j’ai toujours fait ^^

    Netsah

  4. valentine Post author

    Ouahou! ma journée commence bien…Très fan aussi du monde de Miyazaki. Génial le rapprochement du personnage de Porco Rosso avec le tableau « La bonne fortune » de Magritte. Et magnifique découverte dans Le Monde des oeuvres de Gérard Trignac. Quel univers. Un autre univers également, celui de Patrick Woodroffe qui, lui aussi, est inspiré par les îles flottantes. Je l’ai découvert lors d’une expo au Château de Gruyère intitulée « La tour du Prisonnier ».

    http://www.patrickwoodroffe-world.com

  5. anti Post author

    Fantastique ces rapprochements !

    En lisant, un peu exténuée de ma longue journée… une pensée, un livre me revient à l’esprit « Essais sur l ‘expérience libératrice » de Roger Godel. Un remarquable chapitre sur l’Homme et la Haute Montagne qui s’intitule « Le Numineux et le Profane ». Chapitre XIII.

    Il cite Claire-Eliane Engel « la montagne tend un miroir à qui veut la gravir. Tant mieux s’il y voit son visage. Il est digne de son cadre et peut monter avec confiance. Mais il peut voir des traits défigurés qui lui révèlent un moi secret qu’il a toujours voulu se dissimuler et dont la présence le hante et le torture. On ne se trompe pas soi-même en montagne. On trompe encore moins son compagnon d’épreuve, e le visage du miroir quel qu’il soit, ne saurait rester secret ».

    (…)

    « Si l’on suit, durant son acheminement d’étape en étape jusqu’au but, le gravisseur des cîmes, une certaine homologie apparaît entre les phases de l’ascension et les approches de l’expérience libératrice. »

    —————————————–

    Après avoir recueilli l’enseignement de la sagesse millénaire indienne auprès de Ramana Maharshi et Krishna Menon, Roger Godel a rassemblé dans ses Essais sur l’expérience libératrice (parus en 1952) les conclusions d’une recherche générale sur l’éveil.

    Son approche de l’éveil se veut d’abord radicalement et volontairement scientifique. L’expérience transcendante est aux yeux de Godel une terra incognita que les scientifiques, et en particulier les psychologues, doivent prendre comme objet d’études faute de quoi ils s’exposent à ne jamais atteindre la vérité ultime.

    Mais Roger Godel ne fait pas œuvre d’intellectuel en cherchant à décrire l’éveil ; il ne regarde pas l’éveil comme un objet lointain et inconnu ; il écrit, au contraire, en puisant dans sa propre expérience spirituelle.

    Godel n’est pas seulement un philosophe en quête de sagesse, mais un sage, un homme accompli. Il montre dans ses Essais que les mystiques d’Orient comme d’Occident conduisent toutes à une même expérience spirituelle et qu’il est temps pour l’homme de s’éveiller à sa propre dimension intérieure de divinité.

    J’avais adoré ce livre. J’en avais pris 2 cahiers de notes… Autant dire, quasiment recopié tout le livre 😉

    anti, chèvre à queue de poisson.

  6. Netsah Galore Post author

    o.o voilà un nouvel exemple de ce que je disais hier.. Tout est déjà dit, donc tu parles d’un tout autre sujet mais pas si loin finalement dans tes idées. Je chercherai ce livre ça a l’air intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.