Atelier taureau scène de crime

Le 7 septembre, No Corrida a organisé un happening à Arles sur le chemin des aficionados se rendant à une corrida. La mise en scène était basée sur des silhouettes de taureau au sol tracées à la craie blanche comme pour les scènes de crime. Dans les silhouettes se trouvaient des humains jouant les morts avec des fausses banderilles. Le gabarit qui a permis de tracer le dessin du taureau mort a été réalisé par Stéphanie courant août, à partir d’une idée originale de nos partenaires d’AnimaNaturalis en Espagne, qui l’avaient déployée lors des corridas de Pampelune avec un grand nombre de manifestants :

Il ne nous était pas possible de reprendre le dispositif d’AnimaNaturalis tel quel. En effet, Aïda Gascon, présidente de l’organisation, que j’ai contactée il y a quelques mois pour l’informer de notre souhait de reprendre son idée, m’a dit qu’à Pampelune, ils avaient utilisé des silhouettes en papier épais posées sur le sol. Or, à Arles, il y a très souvent du mistral, ce qui rendait cette option inapplicable. D’où l’idée de créer un pochoir de 2 mètres sur 1 m 20. A partir de la photo ci-dessus, Stéphanie a extrait l’une des silhouettes et l’a imprimée. Puis, elle l’a quadrillée afin de pouvoir redessiner le tracé trente fois plus grand sur une grande feuille de papier (en fait, une nappe à jeter qu’on trouve pour quelques euros en grande surface)..

La silhouette a été renforcée avec du ruban adhésif pour faciliter la découpe.

Nous avons ensuite vérifié que la taille était correcte.

Puis la forme en bleu a été découpée, après ajout de morceaux de papier là où la silhouette débordait.

Dans un premier temps, ce tracé a été reporté sur un tissu semi-rigide de type toile cirée, nous pensions que cela conviendrait et que ce serait très pratique à emporter dans un véhicule quelconque en le pliant ou le roulant.

Malheureusement, la rigidité semblait vraiment insuffisante pour pouvoir s’en servir comme pochoir. Nous avons donc choisi de réaliser le gabarit final en contreplaqué de 5 mm d’épaisseur, découpé en quatre plaques pour pouvoir les transporter facilement dans n’importe quelle voiture.

J’ai réalisé la découpe avec une scie sauteuse. Les panneaux étaient numérotés de 1 à 4 pour faciliter leur mise en place rapide sur le lieu de l’action.

Pour le tracé lui-même, nous avons hésité entre une peinture à l’eau et des bombes de craie lavable à l’eau. Il fallait en effet pouvoir tout nettoyer une fois l’action terminée. Nous avons finalement choisi les bombes de craie, très pratiques à utiliser et, de plus, écologiques (elles sont habituellement destinées à faire des marquages en pleine nature pour repérer des circuits d’excursion, la craie s’effaçant ensuite quand il pleut). On trouve ces bombes facilement sur les sites de vente en ligne.

Et voici le résultat :

Pour accentuer le message, nous avons utilisé un bandeau « scène de crime » (qui n’était disponible qu’en anglais au moment où nous l’avons commandé, mais la signification était évidente pour tout le monde).

Une vidéo a été tournée à cette occasion, elle est disponible sur Youtube. J’en ai tourné les images, réalisé le montage et ajouté l’accompagnement musical avec l’une de mes compositions récentes. Vous pouvez aussi la voir ci-dessous :

Nos amis espagnols nous ont félicité pour cette réalisation. Nous utiliserons probablement le même dispositif à nouveau d’ici quelques mois, avec des variantes dans la mise en scène.

3 Replies to “Atelier taureau scène de crime”

  1. DM

    Sacré travail, bien pensé et de plus réutilisable. La vidéo accompagnée de sa musique est trés prenante.
    Félicitations

  2. Dominique Arizmendi

    Bravo à la belle Stéphanie : du beau travail, très saisissant ; un afioc a même dit devant moi « bravo pour la scénographie » ; on s’en resservira, c’est sûr ; au pied d’arènes, ce serait le top…
    Domi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *