31 mai 2017 – Sortie officielle de « Corrida – Tu veux un dessin ? »

Couv 300 DPI 2000

J’ai choisi cette date symbolique du 31 mai qui marque le début de la feria de Nîmes pendant laquelle des dizaines de toros vont succomber aux sévices graves et autres actes de cruauté qu’ils vont subir lors des corridas (cf. art. 521-1 du code pénal) pour la sortie officielle du livre de Stéphanie Perez et David Joly : « Corrida – Tu veux un dessin ? » avec la contribution de Guillaume Meurice.

Pour toutes les personnes qui ont déjà réservé leur exemplaire (non dédicacé), les premières expéditions devraient avoir lieu en fin de semaine.

Pour les personnes qui ont souhaité une dédicace, il faudra compter quelques jours de plus.

Un grand merci à toutes les personnes qui œuvrent pour que l’on voie un jour cesser la violence des arènes.

TVUD 3 VP Nice

Plus d’information ici.

« Corrida – Tu veux un dessin ? », ouvrage illustré de Stéphanie Perez et David Joly, avec la contribution de Guillaume Meurice, nous rappelle que, en 2017, l’acte de torture dépénalisé (et très souvent subventionné) existe encore en France.

Combien de temps ce pays, dit civilisé, va-t-il continuer d’accueillir cette sauvagerie sanguinaire qui, au motif de quelques paillettes collées sur le costume d’un bourreau, s’autoproclame culturelle ?

L’abolition de la corrida sera à coup sûr un petit pas pour les bovins, un grand pas pour l’humanité.

Stef, dessinatrice, peintre, sculpteur, artiste auteur, et David Joly, vice-président de la Convention Vie et Nature, trésorier de No Corrida, vous proposent de découvrir ou redécouvrir les différentes facettes de cette honteuse et sadique imposture.

Très belle journée à toutes et à tous,

Anti

2 Replies to “31 mai 2017 – Sortie officielle de « Corrida – Tu veux un dessin ? »”

  1. Anti Post author

    Comme en écho, je viens de recevoir ce magnifique texte de Matthieu Ricard :

    « Pour une liberté d’expression fondée sur des motivations altruistes

    La liberté est un besoin naturel que manifestent tous les êtres vivants. Lorsqu’on prive de liberté les hommes comme les animaux, ils sont malheureux et vont jusqu’à souffrir de troubles psychologiques graves. Les humains ont, eux, revendiqué la liberté comme un droit. Cette liberté ne peut toutefois être conçue qu’en relation avec la notion de responsabilité. »

    http://www.matthieuricard.org/blog/posts/contre-la-tyrannie-des-pensees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *