Nous allons être partout

Chers amis de combat,

2014 va être une année phare de notre lutte. Les cinq membres de la nouvelle équipe dirigeante du CRAC Europe ont pour point commun d’être tous non seulement des militants aguerris mais des activistes de terrain et cela n’a rien d’un hasard. Notre stratégie pour cette année qui commence est de faire feu de tout bois pour contrer les barbares des arènes. Elle va s’articuler autour de plusieurs axes :

les actions et manifestations sur le terrain vont se démultiplier. Pour cela, il y aura bien entendu celles que nous organiserons nous-mêmes avec, pour les plus importantes, l’étroite collaboration de nos partenaires de la Fondation Brigitte Bardot et d’Animaux en péril, mais également celles proposées par des citoyens indépendants ou d’autres associations qui ont les mêmes buts que nous et dont nous relaierons systématiquement les initiatives sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter), notre site et les blogs amis. Nos avocats ont validé les conditions dans lesquelles notre participation aux mouvements citoyens sera effective. Vous en trouverez les détails ici.

les aspects juridiques constitueront une part importante de notre activité. Nous bénéficions désormais d’un pool de plusieurs dizaines d’avocats sensibles à la cause animale. Leurs domaines d’expertise couvrent aussi bien le droit pénal que le droit administratif. Plusieurs gros dossiers sont déjà entre leurs mains.

l’offensive sera également législative. Quatre projets de propositions de loi (PPL) sont actuellement déposés (trois à l’Assemblée, un au Sénat). Le CRAC Europe a commencé à recruter et former parmi ses adhérents ou sympathisants des chargés de mission qui iront à la rencontre des députés et sénateurs pour les inciter à soutenir l’un ou l’autre de ces PPL afin de tout faire pour qu’ils soient mis à l’ordre du jour de la présente législature, c’est-à-dire d’ici 2017, et surtout qu’ils soient enfin votés malgré le verrouillage systématique des dirigeants aficionados de groupes et de partis de tous bords pour les étouffer dans l’œuf depuis des années. Rejoignez-nous dans cette démarche !

En résumé, nous allons être partout, afin que plus aucun évènement torturomachique ne puisse se tenir sans que nous le rendions très désagréable pour le dernier carré des pervers qui s’y rendront en 2014. Au-delà de ces désagréments – toujours non-violents – qui leur gâcheront leur petit plaisir malsain, notre objectif premier reste bien entendu de faire annuler autant de séances de supplices que nous le pourrons.

La corrida s’approche chaque jour un peu plus du bord de l’abîme qui l’avalera à jamais, poussons-la dans le vide une fois pour toutes.

Roger Lahana
Vice-président du CRAC Europe

crac header

2 Replies to “Nous allons être partout”

  1. Terrevive

    Dans le magazine VIVRENIMES février/mars, il y a une page « Primavera des aficionados » où il est marqué que « Pour initier les plus novices et au-delà pour partager l’amour des toros, nos arènes savent ouvrir grand leurs portes. Les 8 et 9 mars, grâce à la primavera des Aficiionados, rendez-vous est pris en piste et dans les gradins. »

    « Novilladas en entrée libre
    Dimanche, on entre dans le vif du sujet. On s’installe aux gradins pour assister à deux novilladas sans picador : il s’agit de corridas avec mise à mort de jeunes toros (novillos) par des apprentis toreros (novilleros). Lesquels feront montre de courage et de dextérité pour transmettre leur passion au public’

    Franchement, ça me donne la nausée.

    Ils disent aussi : « un grand quizz animé mettra gentiment à l’épreuve les nouvelles connaissances acquises dans l’après-midi avec quelques lots à la clef. »

    le « mettra gentiment à l’épreuve » est complètement inapproprié quand on voit les intentions derrière et ce qui se passe ; les termes me font frémir de dégoût.

  2. Anna Galore Post author

    Parmi les gentilles questions, je vais leur en suggérer trois :

    1 – Savez-vous sous quel nom le grand public appelle-t-il un « novillo » ?
    Réponse : un veau âgé de moins de 3 ans. Un bébé, quoi.

    2 – Savez-vous pourquoi les novilladas se font sans picador ?
    Réponse : parce que si les veaux étaient transpercés par des piques de 2m60 comme les taureaux adultes, ils succomberaient aussitôt et les gentils adolescents décérébrés appelés novilleros ne pourraient pas les torturer pendant 20 minutes avant de les tuer, ce qui serait très frustrant pour eux et pour le public de pervers qui vient les applaudir (« pervers » est le mot utilisé par les gens normaux pour décrire un aficionado).

    3 – Savez-vous pourquoi l’entrée sera libre ?
    Réponse : parce que ça n’intéresse quasiment plus personne de payer pour voir un massacre écœurant où des gamins d’humains maladroits martyrisent des gamins de bovins terrifiés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.