Nés pour souffrir et mourir

Samedi dernier, Laure Breye, Présidente et bénévole numéro 1 de l’Association des Chats Libres de Nîmes Agglo a écrit et mis en ligne un article bouleversant sur le site de l’association. Ce texte, tellement proche de l’insuportable réalité de ce que nous vivons sur le terrain, fait le tour du web. Hier, il a été repris par la «  »Cause Animale Nord » et ce matin, sur leur page, près de 400 personnes « like » et plus de 420 personnes l’ont partagé.

Puissent les mots de Laure Breye toucher un maximum de personnes qui viendront concrètement nous prêter main forte pour agir.

A tous merci ! N’hésitez pas à partager vous aussi (merci de citer la source du texte : http://www.chatslibres.com/actualites/4667/)

Nés pour souffrir et mourir, un texte de Laure Breye, Présidente de l’association des Chats Libres de Nîmes Agglo.

minette-bebes-nepoursouffrirVoici Minette,  elle n’a pas de nom, juste celui-ci : Minette. Dans le quartier tout le monde la connaît.

C’est une pauvre bête, jetée à la rue car son ventre s’arrondissait. Elle a miaulé très fort, appelant à l’aide, puis elle a mis bas dans ce milieu hostile pour un chat errant : la ville.

Elle croyait encore que « l’homme » l’aiderait ou du moins la protégerait un minimum mais elle dû se contenter du creux du caniveau avec comme tapis quelques feuilles mortes et beaucoup d’immondices. Six chatons sont enfin là. Ils tètent  goulûment.

Minette devrait normalement rester avec eux deux à trois jours sans les quitter. Mais elle a déjà tellement maigri pendant la gestation, elle a faim et soif, il faut qu’elle trouve un semblant de nourriture. Elle hésite, laisser les petits là sans défense c’est pas sérieux. Mais où les mettre en sécurité  ? C’est décidé elle va chercher à manger et ensuite elle avisera. Elle s’étire hors du caniveau et rampe, le souffle court, la peur au ventre. Un bout de jambon vient d’atterrir près d’elle. Ira-t-elle le manger  ? La faim est très forte, mais il faut faire attention que ce ne soit pas un piège. La faim l’emporte. Avalé le jambon, il y a déjà plus rien.

jambon-nepoursouffrirElle fait rapidement le tour de la place et rejoint sa progéniture. Il faut leur trouver un endroit non pas en sécurité, ici à l’évidence c’est impossible, mais moins exposé peut-être. Où  ? Les caves sont bouchéesdepuis peu, les portes fermées, celles des cœurs aussi…

Attention une voiture cherche à se garer, vite elle attrape un à un ses chatons et les dépose dans un  trou de la chaussée prés d’un immeuble, juste le temps de les sortir de ce mauvais pas. Un hurlement de terreur juste pour elle, juste dans sa tête, un de ses chatons vient de mourir écrasé par le monstre d’acier.

Il est né…. pour mourir aussitôt.

Minette avec son précieux fardeau cherche un abri. Plus de haies ni de banc, tout est minimaliste ici. C’est la ville ou tout chat errant est censé vivre dans la nature…. du moins c’est ce que disent les hommes…

transoprt-nepoursouffrirUn petit trou sous un escalier à moitié détruit conduit à un genre de terrier. Ce trou a déjà dû abriter un pauvre hère de la gent féline. Ce sera son nid d’amour. Elle  pose ses chatons et s’affaire à les réconforter, à les restaurer et à se réconforter aussi par la même occasion. Qui n’a pas vu une mère chatte n’a pas vu tout ce qu’un animal est capable de déployer comme amour et intelligence, certains parleront d’instinct, pour mener à l’âge adulte une portée de chatons, le tout avec tendresse.

Il faut qu’elle parte  à nouveau pour se nourrir. Elle décide de faire le grand tour.

Pendant ce temps des enfants qui ont entendu les cris des touts petits arrivent à en dénicher un à l’aide d’un bâton qui leur sert à ramener l’animal vers eux. Chouette  ! Un nouveau jeu  ! Tiens attrape et voilà le chaton qui sert de balle. C’est rigolo. Ça gigote, ça crache mais ça ne part pas… trop petit, aveugle, le chaton est à leur merci. Allez on va derrière le bâtiment et  on va voir ce qu’il a dans le ventre. Mais ce n’est pas une façon de parler mais des actes de torture que vont pratiquer ces enfants. « Ils s’ennuient,  à cet âge  ce sont des pervers polymorphes » me dira-t-on, est-ce une façon de les excuser ou de nous excuser, nous, les adultes ? On pourrait tout simplement leur expliquer le respect de l’animal, le respect d’une vie.

mal-nepoursouffrirMinette a réussi à rencontrer un nourrisseur. Cette personne qui offre un peu de vie et de douceur se faufile entre les voitures avant que la ville se réveille et avant de partir au travail pour gagner sa croûte et celle de ses chats. Car « ses » chats sont une partie de sa vie, de sa famille. Ils sont là tous les jours à l’attendre et un genre de communication par gestes et  surtout par le regard s’est instauré entre eux. C’est fou ce que l’on peut communiquer par le regard avec les chats.

Le ventre plein la minette rejoint vite ses chatons. Mais…   il en manque un… son petit… son tout petit… Que peut-elle faire  ? Où aller  ?

Il est né juste pour souffrir et mourir.

Des jeunes s’approchent à nouveau. Minette défend ses chatons avec de grands coups de griffes et des simulacres d’attaque. Ouf ! Après plusieurs jets de pierres ils abandonnent. Minette, épuisée, blessée par une pierre a réussi à gagner la partie. Elle pourrait se réjouir d’avoir vaincu le diable mais elle est tellement fatiguée. La nuit tombe. Il est temps de se reposer. Mais pas trop, car il va falloir trouver encore une autre cache, c’est indispensable. Alors Minette recommence à transporter les petits qu’il lui reste. Le creux de cet arbre fera l’affaire. Ce n’est pas Versailles, c’est juste un creux qui n’abrite même pas de la pluie. Mais Minette s’affaiblit. Il faut qu’elle mange et beaucoup plus car ses petits la sèchent littéralement. Se nourrir, les nourrir, se reposer, les protéger, épuisant pour un si petit être. Plus ils mangent plus les chatons grossissent et plus ils grossissent plus elle maigrit. Minette est devenue un squelette ambulant, le poil rare et terne. Le nourrisseur lui dit  : « il faut que tu me fasses confiance, je vais t’aider » mais comment faire confiance à l’homme ? Hier un de ses chatons a été brûlé vif sous ses yeux et un autre a bizarrement disparu.

oeil-nepoursouffrir
Ils sont nés pour souffrir et mourir.

« J’ai peur tout le temps pour les deux qu’il me reste. Je ne peux plus les déplacer, je suis devenue trop faible. Il faut que j’accepte de l’aide » disent les yeux de Minette. Le nourrisseur se rapproche. « Mes chatons sont malades. Je ne suis plus que l’ombre d’un chat ». Je vais à sa rencontre et je miaule. Je  miaule fort mon désespoir, je miaule pour mes chatons disparus, je miaule car j’ai mal, la blessure causée par la pierre s’infecte et me fait mal, j’en peux plus de souffrir et de voir souffrir mes chatons, de les voir mourir.

Cette personne qui doit être un ange essaye de m’attraper. « Non, prends mes chatons ce sont eux les plus précieux, pour moi tu sais c’est trop tard….Je sens bien que je suis perdue. Toi, Ange, tu as tellement de chats et chatons à t’occuper. Aide les miens à vivre et  non pas à mourir. Je pars. Je te les confie. »

Et Minette part, elle ne  miaule plus.

Quelques jours plus tard le nourrisseur a trouvé la dépouille de la minette.

Il a écrasé une larme. Il n’a pas pu sauver les chatons, trop mal nourris, mangés vivant par les vers, étouffés par le coryza.

Aucune lueur d’espoir…

Ils étaient nés pour souffrir et mourir.

deux-nepoursouffrir
Ce texte est juste le reflet de ce que vivent les chats de la rue, les photos sont des chats que nous avons rencontrés, les misères subies par les chats du texte font partie de notre quotidien et surtout de leur quotidien.
souffrir-nepoursouffrir

Si vous aussi vous en avez assez de supporter toute cette misère : rejoignez-nous.

Si vous aussi vous pensez qu’on peut changer les choses avec un peu de bonne volonté : rejoignez-nous.

Ensemble nous seront plus fort et nous pourrons délivrer le petit peuple félin de toutes ces souffrances inutiles. Ce n’est pas utopique il suffit de s’y atteler.

Laure Breye – Chats libres de Nîmes Agglo.

Dernier article de presse paru le 11 novembre 2013 dans le Midi Libre, à lire ici.

Le site officiel de l’association

La page Facebook de l’association

Tous nos articles consacrés aux Chats Libres sur le blog

EXPO-VENTES au profit des Chats Libres samedi 23 novembre à Nîmes

* * * * * * *

MERCI DE NOUS AIDER A LES AIDER !

* * * * * * *

anti, membre d’honneur de l’association depuis 2011 et très heureuse et fière de l’être. BRAVO à vous !!!

5 Replies to “Nés pour souffrir et mourir”

  1. anti Post author

    « Vous et 515 autres personnes aimez ça. »

    « 614 partages »

    « plus de 2000 visites sur le site des Chats Libres de Nîmes Agglo ce weekend »

    Ce texte touche un grand nombre de personnes. Continuons à le diffuser afin de faire reculer la misère animale !

  2. Lion

    Il est très important de partager cette histoire pour sensibiliser les gens à la vie des animaux libres. C’est d’ailleurs tellement étrange de devoir rajouter ‘libre » à la suite du mot « animaux », car ils naissent libres déjà. Quelle tristesse la vie de ces animaux qui se battent tant pour leurs petits, et quelle horreur que des gosses qui s' »amusent » ainsi avec un chaton. Oui, c’est la faute aux parents de ne pas éduquer les gosses pour respecter les animaux. Des horreurs pareilles, ça ne devrait pas exister. Leurs gosses s’ennuient? Mais il ne faut pas leur apprendre la haine envers tout ce qui bouge. Il faut soutenir cette association et en créer bien d’autres, dans chaque ville. Minette, ta vie n’aura pas été vécu sans espoir. Grâce à toi, beaucoup d’humains, y compris leurs enfants, commencent à changer. Des chats seront sauvés, et les gosses apprendront la valeur du respect envers les autres, et les animaux surtout.

  3. Anna Galore

    Une histoire poignante, insupportable et pourtant honteusement fréquente… Espérons qu’elle fera prendre conscience de la misère animale à ceux qui ne la voient pas, juste là, sous leurs yeux.

  4. sophie des noisettes

    Pour aider ( un peu, si peu) quelques chats sans toit, je confirme l’ intense et insupportable misère de ces félins domestiqués depuis des milliers d’ années qui ont besoin d’ un vrai foyer pour vivre heureusement leur vie.
    « A la rue » , autant en ville qu’ en campagne, ils ne peuvent que survivre, souffrir et mourir dans des conditions trop souvent atroces.
    Ce témoignage doit sortir du réseau PA et j’ espère que de nombreuses personnes le feront circuler largement, dans tous milieux et surtout hors PA. Merci pour nos frères les chats

  5. anti Post author

    Ce témoignage doit sortir du réseau PA et j’ espère que de nombreuses personnes le feront circuler largement, dans tous milieux et surtout hors PA. Merci pour nos frères les chats.

    Entièrement d’accord avec toi Sophie des noisettes ! A diffuser +++, partout ! Il ne faut pas hésiter à l’imprimer et à le déposer dans une salle d’attente (chez le médecin, le coiffeur, etc.), à l’envoyer à nos proches qui n’ont pas internet, le laisser dans les transports en commun, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.