Le prédateur suprême

Depuis « Les dents de la mer », les médias raffolent d’histoires de requins qui mangent des hommes. Comme cela arrive très rarement (et c’est heureux), ces mêmes médias en font à chaque occasion des tonnes pour tenter de faire frémir leur lectorat. On l’a vu ces derniers mois autour des fameuses attaques de requins à La Réunion dont sont victimes d’imbéciles surfeurs. Car il faut vraiment être idiot pour s’entêter à aller faire du surf dans des zones parfaitement identifiées comme étant des terrains de chasse naturels des requins (qui sont chez eux, rappelons-le) alors qu’il existe plein d’autres endroits sans danger pour les humains.

En lisant aujourd’hui mon numéro de Charlie Hebdo tout juste paru, j’ai parcouru avec intérêt le petit article consacré au sujet par Antonio Fischetti – toujours excellent. Il remet les choses en perspective comme tout journaliste devrait le faire. Pour ce faire, il se contente de donner quelques chiffres, ceux du nombre d’humains tués par différentes espèces animales tous les ans dans le monde.

Nombre d’humains tués par des requins : 13
Nombre d’humains tués par des méduses : 100
Nombre d’humains tués par des lions : 200
Nombre d’humains tués par des abeilles : 400
Nombre d’humains tués par des éléphants : 600
Nombre d’humains tués par des chiens enragés : 55 000
Nombre d’humains tués par des serpents : 100 000
Nombre d’humains tués par des moustiques : 600 000 (paludisme)

Si on devait, comme le réclament certains surfeurs véhéments, tuer les requins parce qu’ils tuent des hommes, alors il faudrait aussi éradiquer toutes ces autres espèces qui sont autrement plus dangereuses, et cela sans parler des oiseaux qui transmettent la grippe aviaire. Autrement dit, il faudrait mettre fin à la biodiversité. Quand je vous dis que ces surfeurs sont des imbéciles…

Je me permets d’ajouter à cette petite liste le palmarès du plus effroyable, du plus meurtrier, du plus cruel de tous les prédateurs de la planète. Il laisse très loin derrière lui tous les autres : il tue chaque année environ 60 milliards d’animaux, parmi lesquels 100 millions de requins.

Ce prédateur suprême, c’est l’être humain.

homme requin b

Illustration : source web.

One Reply to “Le prédateur suprême”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.