Présence du chamanisme, nouveau courrier du 18 au 30 janvier

dscf0981c.jpg
La Maguelone le 1er janvier 2012

La treizaine Roseau du 18 au 30 janvier 2012

Ce vendredi 27 janvier au « Temps du corps », 10, rue de l’échiquier Paris (Xe) à 19 h 30, soirée composée d’une conférence consacrée à : « l’expérience du temps dans les pratiques chamaniques » suivie d’un cercle de tambours et d’un cercle de parole. C’est une initiation pour les personnes désireuses de découvrir les principes de base de ce que l’on appelle « voyage chamanique ».

Dans le courrier précédent on trouvera les dates des prochaines loges, de la Quête de vision de juillet, des ateliers et conférences du vendredi.

Les ateliers du lundi soir 19 h 15 à mon bureau reprendront le lundi à partir du 6 février. On y traitera surtout de l’art de transformer ses attitudes en s’adaptant aux particularités de 2012. Et on commencera à découvrir les bienfaits d’un schéma simple et efficace :

1) Où en suis-je ?, 2) Vers quoi dois-je aller ? 3) Par quoi dois-je passer pour y aller ?

dscf0978p.jpg
La Maguelone le 1er janvier 2012

La treizaine Roseau du 18 au 30 janvier 2012

Roue de médecine aidant à la lecture de la treizaine :

courrier.jpg

La treizaine est l’enseignement pour nous permettre de bien vivre l’énergie de la saison qui a lieu de toutes les façons. Le Roseau, dans le calendrier des saisons du Mexique ancien représente le printemps, c’est-à-dire l’Est de cette saison (18 février au 7 mars). Il est l’émergence de l’émergence, une forme d’attente en ses premiers temps.

Cette treizaine arrive en fin d’année 12 Roseau empreinte de quête d’élégance, de dignité, de qualité d’expression gestuelle, langagière, de pensée. Le Roseau demande à être accueilli avec respect, sa force nous tempère. Il permet à la sève de monter dans le corps creux afin que l’épanouissement surgisse en temps voulu.

tableaujgf.jpg

Il aide grandement à l’« opération tri » entreprise par le Vent (saison en cours 12 au 31 janvier, lire l’article à ce sujet dans le courrier précédent).

À nous d’empiler, de classer par paire, de trier. Cette colonne devient solide : la tige creuse du Roseau ne demande qu’à se remplir. Elle est le gage d’un meilleur centrage. L’ossature prend alors du volume et de la densité. Elle tient ! Elle résiste aux « coups de Vent »… mais permet aux semences portées par le Vent de prendre forme.

Il est fortement conseillé de ne pas être dans la précipitation. Prudence donc, on est dans le « à venir » et pas encore dans « le faire ». Pas d’éclats de voix. Le Roseau nous conseille de faire en finesse, de respecter autrui (et soi !), d’apporter de la noblesse à nos actes et nos paroles.

Il est donc indispensable de garder son calme. Souvenons-nous que le Roseau est l’Est de l’Est, le printemps du printemps, le début du début, l’inconnu de l’inconnu. L’Est étant l’endroit où on regarde ceux qui ne sont pas comme nous, où on se demande avec qui s’allier.

Si le Vent nous entraîne dans sa tourmente, au lieu de dire « on verra bien », reprenons notre alignement en nous aidant de la droiture du Roseau. Le printemps arrive, on le sent de plus en plus présent, on ouvre les yeux sur les autres, on les découvre.

Aucune animosité, c’est pour nous une leçon à recevoir, une leçon qui va nous enrichir et permettra de la faire fructifier si on l’intègre.

Quand un choix s’impose, tournons-nous vers la nouveauté, vers ce qui naît à la vie.

Le Roseau a peut-être les pieds dans l’eau (parfois dans la vase…) mais il ne nous oblige pas à stagner. Sous l’effet du Vent, il se courbe, il ondule, il est la vie même. À nous de suivre ces ondulations permettant à l’énergie de circuler à l’intérieur et l’extérieur de nous. Quelle belle sensation de se sentir les pieds bien ancrés et le corps ondulant, prêt à capter ce que le ciel nous envoie.

dscf0976ji.jpg
La Maguelone le 1er janvier 2012

C’est une bonne treizaine pour corriger les mauvais penchants, idées ou habitudes. Ce sont ces efforts (par le geste, l’écriture, la parole…) qui permettent à l’homme l’accès à un certain paradis terrestre. Le Roseau demande d’oublier les peurs, d’avoir confiance en ce qui se prépare à éclore. Petit temps d’acceptation nécessaire, ne pas forcer le destin ! On bouge, on se sent près à présenter nos acquis et pourquoi pas à échanger ?

C’est le moment de relier les éléments, d’associer les événements, les choses, les personnes, avec maîtrise et fécondité. Avec ténacité, parfois violence, les idées prennent forme. On commence à entrer dans la matière, pas toujours en douceur, mais c’est le prix à payer pour activer la transformation et entamer un changement profond. Se plonger dans sa généalogie pour trier et éclaircir. Ce peut-être la généalogie de ses formations, de ses engagements.Un changement radical peut s’imposer, on ne résiste pas (penser à la souplesse du roseau devant le Vent…) On fait place nette pour le printemps à venir, on ouvre, on apporte la lumière, on tire vers la clarté, on lutte contre la confusion.

On attend avec calme le moment juste. Encore une fois, pas de précipitation. Le Roseau est dans l’attente, il est « savoir attendre » sans se dessécher !

Attention aux colères, car la saison du Foie s’installe. Le jeune Yang qui pousse risque de nous faire « bouillonner » la tête. Cette sève montante, le Roseau peut la canaliser et donner la souplesse nécessaire. (Foie et Vésicule biliaire, c’est aussi tout ce qui touche les tendons, donc la souplesse).

Restons dans l’attente… pas de précipitation. Avec noblesse, intelligence et souplesse, le Roseau nous fait pénétrer dans tout ce qui nous entoure et dédouble projets et actions.

dscf0977w.jpg
La Maguelone le 1er janvier 2012

anti

One Reply to “Présence du chamanisme, nouveau courrier du 18 au 30 janvier”

  1. Anna Galore

    Dingue ! Jean-Gabriel doit avoir une webcam dans mon bureau et a mis mon portable sur écoute !

    « 1) Où en suis-je ?, 2) Vers quoi dois-je aller ? 3) Par quoi dois-je passer pour y aller ?  »

    Pile poil.

    « l’endroit où on regarde ceux qui ne sont pas comme nous, où on se demande avec qui s’allier.

    Si le Vent nous entraîne dans sa tourmente, au lieu de dire « on verra bien », reprenons notre alignement en nous aidant de la droiture du Roseau. Le printemps arrive, on le sent de plus en plus présent, on ouvre les yeux sur les autres, on les découvre.

    Aucune animosité, c’est pour nous une leçon à recevoir, une leçon qui va nous enrichir et permettra de la faire fructifier si on l’intègre.

    Quand un choix s’impose, tournons-nous vers la nouveauté, vers ce qui naît à la vie. »

    Pile poil de chez pile poil !!!

    Extra-ordinaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.