Pic et pic et colegram

Vous connaissez tous cette comptine :

Ams tram gram
Pic et pic et colegram
Bour et bour et ratatam,
Ams tram gram

Elle fait partie de ce que l’on nomme les formulettes d’élimination (mignon, non ?), comme par exemple « ce sera toi qui sortiras au bout de trois un deux trois« . Pourquoi j’en parle ? Juste par association d’idées, parce que hier, mes téléchargements ont connu un nouveau méga-pic qui a porté le total de mes lecteurs un peu au-dessus de 2 400 000 mais ce n’est pas de cela que je vais vous parler.

Avada_Kedavra.jpgCar, en effet, avec mon esprit d’escalier, à peine avais-je ce « pic et pic et colegram » dans la tête que je me suis dit : au fait, ça veut dire quoi « pic et pic et colegram » ? Et le reste de la comptine aussi, tant qu’on y est ? En effet, il y a toujours un sens caché derrière ces formules qui sonnent comme des onomatopées mais qui fleurent bon la magie des temps anciens.

Pensez par exemple au mystérieux « Abracadabra » qui provient en droite ligne de l’araméen, remis au goût du jour par Harry Potter avec le sortilège impardonnable « Avada kedavra ».

Plusieurs étymologies sont possibles, le mot « khedabra » signifiant « la mort » ou « la destruction », l’expression « abreg ad habra » voulant dire « envoie ta foudre jusqu’à la mort » (probablement la signification choisie par J.K. Rowling) et la phrase hébraïque « abra ka dabra » ayant le sens moins tragique – mais plus universel pour un sort – de « il a créé comme il a parlé ».

Pour revenir à la comptine, un petit coup d’œil sur le Trésor de la Langue Française ne m’a rien donné – « colegram » y est inconnu. C’est sur Wikipedia que j’ai eu la réponse.

« Ams tram gram » est presque évident : c’est une déformation phonétique de « Ein zwei drei », c’est à dire « un deux trois » en allemand – rien que de très classique pour débuter une comptine. La version qui a bercé notre enfance est une reproduction déformée d’une vieille comptine allemande qui, une fois traduite, dit à peu près ceci :

Un, deux, trois,
Vole, vole, hanneton,
Cours, cours, cavalier,
Un, deux, trois.

ysengrin.jpgTrès mignon, plein de légèreté… mais une autre origine a été proposée et elle est autrement plus fascinante. Il s’agirait d’une antique incantation chamanique utilisée dans les veillées funèbres chez les Francs. Grâce à elle, l’officiante était possédée par l’esprit du Loup.

Emstrang Gram
Bigà bigà ic calle Gram
Bure bure ic raede tan
Emstrang Gram
Mos Gram !

Seuls les plus âgés d’entre nous maîtrisant l’ancien Franc, je me permets de le traduire en français moderne pour les jeunes générations :

Toujours fort, Grain
Viens donc, viens, je t’appelle, Grain
Surviens car je le demande à ma baguette des sorts,
Toujours fort, Grain
À manger, Grain !

Grain, c’est le Loup Céleste dont le surnom poétique et mystérieux est le Grain de la Lune. On en retrouve la trace dans Ysengrin, le nom du loup dans le roman de Renart, qui est peut-être une allitération de « In sin grin », la première strophe de la version provençale de la comptine :

In sin Grin
Pique pique colegrin
Bourre bourre lacagrin
Mouscrin

D’autres variantes existent dans de multiples langues.

Amusant comme cette comptine que tous les enfants chantent joyeusement est en fait, sans qu’ils le sachent, une invocation à leur pire cauchemar, le Loup.

Loup y es-tu ? M’entends-tu ? Abracadabra !

Très belle journée à vous

Illustrations : Avada kedavra (1), Ysengrin (2)

4 Replies to “Pic et pic et colegram”

  1. Netsah Post author

    Pour la première, Abracadabra, je savais déjà.. j’avais même lu une troisième étymologie possible il me semble.. abra dak abra (le quatre anéantie les quatre – le quatre étant Dieu, et les quatre les éléments)
    Pour Ams Stram Gram je ne connaissais que Gram ou Grain en tant que grand fan de vieux contes et légendes.

    Et en ce qui concerne le loup qui fait peur aux enfants, ce qui m’a toujours fait marrer, car j’ai appris très tôt son sens toujours dans mes études parallèles des contes, c’est quand dans la plupart des contes français (même ceux exportés et modifiés par les allemands Grimm) le loup représente le sexe de l’homme, ou l’homme tout court..
    Ainsi le petit Chaperon Rouge (qui meurt dévorée vivante, seule au fond du bois, à la fin dans la version d’origine) s’adressait aux jeunes-filles pour qu’elles se méfient des violeurs rodant dans l’ombre, et des jeunes hommes avides de sexe qui se contentaient de détruire la virginité des jeunes demoiselles (une grande perte et une annonce d’un futur solitaire à l’époque) et de s’en aller conter fleurette à une autre.
    Idem pour la fameuse « queue-leu-leu » (queue ou cul- loup-loup) qui était une chanson libertine de la cour.. la queue leu leu était en fait, vous l’aurez compris, une autre manière de dire une partouse..

    Amusant qu’on apprenne ça aujourd’hui aux enfants non ?
    Surtout que le loup est loin d’être un obsédé sexuel, et un coureur de jupons.. c’est un animal très fidèle, souvent les couples formés jeunes restent les mêmes toute la vie des loups, avec une femelle alpha extrêmement respectée à la tête de la meute très fréquemment. De plus les enfants en ont peur, mais pourtant ce n’est pas un animal dangereux pour l’homme.. il est très craintif avec tout ce qui le dépasse en hauteur, et a une très bonne ouïe qui lui permet de se tenir à l’écart des hommes autant que possible.. en fait on ne compte que 6 attaques mortelles de loups sur un homme depuis le début du XXème siècle dans le monde..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.