Message de Greenpeace à François Hollande

greenpeace.jpgInvité au JT de 20h de France 2 lundi 7 novembre, le candidat PS à l’élection présidentielle François Hollande s’est engagé à “préserver la construction d’un EPR” (réacteur nucléaire de troisième génération).

“Je suis pour une diminution de la part du nucléaire dans la production d’électricité. 75% de nucléaire, c’est trop élevé par rapport à ce que nous devons faire en matière de diversification des sources d’énergie mais je préserverai la construction d’un EPR, à la condition bien sûr que toutes les règles de sécurité soient respectées“, a déclaré François Hollande sur France 2, en réponse à une question sur l’avenir de l’EPR à Flamanville en cours de construction.

François Hollande avait démarré sa campagne avec un clip composé d’une série de chiffres exposant la situation de la France, et d’un slogan : “Nous avons un avenir à changer”. Greenpeace lui envoie en retour un message personnalisé :


F. Hollande et le nucléaire par Greenpeace France

La transition énergétique, c’est pour 2012.

Deux Français sur trois vivent dans un rayon de moins de 75 km autour d’un réacteur nucléaire.
Leçon n°1 de Fukushima : le nucléaire sûr n’existe pas.
Les centrales françaises, c’est plus de 750 incidents par an, 8000 tonnes de déchets nucléaires par an.

Depuis 20 ans, 60 à 90% des crédits de recherche vont au nucléaire contre seulement 1 à 2% aux renouvelables.
D’ici à 2020, plus de 600 000 emplois pourraient être créés en France dans les renouvelables.

Sortir du nucléaire coûterait 410 milliards d’euros d’ici à 2031, maintenir le nucléaire coûterait 470 milliards.

François Hollande refuse de s’engager sur la sortie du nucléaire.
Il veut réduire de 75% à 50% la part du nucléaire dans l’électricité d’ici à 2025.
Et après ?

8 sympathisants PS sur 10 souhaitent la sortie du nucléaire
comme 77% des Français
comme l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne, la Suisse…

François Hollande, changez l’avenir, sortez du nucléaire.

2 Replies to “Message de Greenpeace à François Hollande”

  1. Anna Galore Post author

    En effet !

    Il s’agit, de plus, d’une réponse détaillée à une déclaration récente de Henri Proglio (le patron d’Areva) qui a annoncé que la sortie du nucléaire coûterait 410 milliards (ce qui est vrai mais beaucoup moins cher que 470 milliards pour le maintenir, voir ci-dessus) et résulterait en la perte d’un million d’emplois (ce qui est carrément une invention que n’étaye aucune réalité économique).

    Voir sur Rue89 un article qui démontre les « erreurs » (pour ne pas dire les mensonges) commises par Proglio pour soi-disant étayer ses chiffres :

    http://www.rue89.com/rue89-planete/2011/11/09/sortie-du-nucleaire-proglio-pas-gene-par-les-fautes-methodologiques-226381

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *