Youpi, l'argent coule à flots

passe-passe.jpgAujourd’hui, petit cours d’économie sur les emprunts. Vous allez voir, c’est très simple.

Notre président vient d’annoncer qu’il allait se faire prêter 35 milliards d’euros par les « marchés ». Les marchés, ce ne sont pas les petits producteurs qui vendent leurs fruits et légumes. Ce sont des investisseurs professionnels, qui vont très bien merci (la crise ? quelle crise ?)

Avec ça, il va pouvoir financer des tas de choses hyper utiles : 11 milliards pour la formation et l’enseignement, 8 milliards pour la recherche, 6,5 milliards pour l’industrie, 4,5 milliards pour le très haut débit et le numérique, 5 milliards pour le développement durable. Ben s’ils sont si utiles que ça, tous ces domaines (et ils le sont), pourquoi ça ne faisait pas partie du budget normal ? Oh, j’oubliais, le budget normal, ça fait longtemps qu’il l’a cramé dans des cadeaux fiscaux à ses potes qui ont des grosses fortunes. Comment ça, certains sont les mêmes que ceux à qui il va emprunter ses 35 milliards ? Ah oui, tiens ! Et en plus, c’est nous qui allons devoir rembourser. Trop fort, le p’tit Nicolas !

Passons maintenant aux agriculteurs. Ils ont perdu 35% de leurs revenus par rapport à l’an dernier, qui était déjà en recul de 20% par rapport à l’année d’avant. En fait, ils sont plus bas que ce qu’ils gagnaient il y a 20 ans. C’est juste une moyenne, bien sûr. Certains ont perdu moins, d’autres ont perdu beaucoup plus. Quelques-uns, rares, ont même gagné.

Les producteurs de lait, par exemple, ont perdu 54% (oui plus de la moitié) de ce qu’ils gagnaient l’an dernier. Pareil pour les arboriculteurs et les producteurs de céréales, à peu près -50% chacun aussi. Ce qui remonte la moyenne, ce sont les producteurs de vin de table (+39%) alors que ceux de vins d’appellation baissent de 8% (ben oui, quand c’est la crise, on boit plus de gros rouge qui tache pour oublier et beaucoup moins de grands crus pour fêter quoi que ce soit).

Bon, notre omniprésident leur a annoncé une aide « sans précédent ». De l’argent, il en a plein : il suffit de l’emprunter ! On n’en est pas à ça près. N’oublions pas que notre pays a déjà une dette de 104 milliards, sans compter le grand emprunt. Alors, voilà, il leur offre 1,6 milliards… dont 1 milliard sous forme de prêts, ce qui veut dire que les agriculteurs le rembourseront. En plus de leurs autres dettes, petits emprunts, moyens emprunts et, bien sûr, grand emprunt.

Bon, je résume. Quand on emprunte à l’Etat, on doit le lui rembourser. Quand c’est l’Etat qui emprunte, on doit le lui rembourser. Vous voyez, c’est pas compliqué, les emprunts.

J’ai gardé le plus beau pour la fin. Sarko vient aussi d’annoncer la tenue en janvier à Paris d’une conférence destinée à « sortir de la spirale des déficits et de l’endettement ». Si ça c’est pas du grand art…

Très belle journée à vous

Illustration : http://cpolitic.wordpress.com/

8 Replies to “Youpi, l'argent coule à flots”

  1. Netsah Galore Post author

    Pour ceux qui n’ont pas vu le petit journal sur Canal+, la deuxième partie, hier soir :

    http://www.lepost.fr/video/2009/12/14/1840768_le-petit-journal-decortique-le-discours-de-sarkozy-sur-le-grand-emprunt_0_3161866.html

    Comment veux-tu qu’on prenne ce gars au sérieux ? xD

    Perles de Nicolas Sarkozy, 14/12/2009 :
    « je dois la vérité de dire… »

    « Apati moment où je m’étais engagé… »

    « La taxe professionnelle qui n’existe nulle part partout en Europe »

    Netsah, je dois la vérité de dire que je vais prendre mon ptit déj apati moment où j’ai faim – même si je ne trouve nulle part partout mes céréales -.

  2. valentine Post author

    Dans les comptes, il faut ajouter l’engagement de la France pris à Coppenhague concernant l’aide aux pays pauvres: 420 millions d’euros par an sur trois ans, soit un total de 1,26 milliards d’euros au total.

    Il y aurait pas un courageux qui voudrait lui péter deux dents à lui aussi…

  3. Grosnounours Post author

    Je ne soutiens pas du tout cet homme, et je le considère, entre autre, et c’est là son moindre défaut, comme un dangereux eugèniste.
    Mais « Il y aurait pas un courageux qui voudrait lui péter deux dents à lui aussi… », là je dis non. Il est malheureusement élu et légitime, un acte comme celui-ci serait en outre contre-productif. Combattre ses idées, oui, lui mettre le maximum de bâtons dans les roues, oui, le faire battre aux élections, oui, le traîner si necessaire en justice dès que l’on pourra, oui. Le reste non.
    Bon, en même temps, notre « Sakoléon le petit » pourrait aussi s’inspirer de son prédècesseur « Napoléon le petit », et procèder après emprunt à une consolidation de la dette.

    Grosnounours

  4. Anna Galore Post author

    Je pense que Valentine plaisantait… Je suis d’accord avec toi, il faut le battre là où ça lui fait vraiment mal, c’est à dire à son égo, et lui péter ses seules dents qui comptent, celles qui rayent le plancher et déchirent les vies des plus exposés.

  5. valentine Post author

    Mais tu penfes, bien fûr que ze plaisantait : ) …ouarf ouarf

    … »et lui péter ses seules dents qui comptent, celles qui rayent le plancher… » Mdrrrr Anna!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.