Un jour sur Terre

1261456911.jpg

Il y a quelques temps de cela, nous avons eu ce petit échange sur le fil Plus d’un quart de la faune mondiale a disparu en 35 ans

Je me souviens que quand Anti avait parlé du film « Un jour sur Terre » sur un autre forum, elle avait mentionné un questionnaire (sur le site web du film il me semble) et qui égrenait une liste effrayante d’animaux familiers sur le point de disparaître à jamais.

Alaistair Fogerhill est un très grand documentariste animalier. On lui doit aussi « La planète bleue », qui montre l’incroyable diversité de la vie sous-marine. Un film renversant puisqu’il a demandé 7 ans de tournage à travers le monde. Bravo à la BBC pour avoir financé une telle épopée en sachant lui donner le temps. Anna Galore

« La planète bleue » : superbe documentaire !!!!! magnifique et émouvant.

Sur le site du film « Un jour sur terre », il y a tout plein d’infos liées au film bien entendu et aussi plus largement sur la biodiversité, les initiatives à travers le monde pour tenter de la sauvegarder, le réchauffement climatique, … des dossiers pour les enseignants qui veulent se servir du film comme matériel pédagogique, … bref ce site est une mine ! Miss You

nous sommes tous concernés et nous avons un devoir sinon que deviendrons nous ! amitiés baladou

« Je me souviens que quand Anti avait parlé du film « Un jour sur Terre » sur un autre forum, elle avait mentionné un questionnaire (sur le site web du film il me semble) et qui égrenait une liste effrayante d’animaux familiers sur le point de disparaître à jamais »

Un « incollables » offert par un paquet de céréales qui m’a foutu dans une colère noire à la hauteur de ma tristesse et de mon sentiment d’impuissance, voire de lâcheté répondant aux enfants : « gagné ! Tu as raison, dans 12 ans plus d’ours polaires ! Dans x années plus de banquise, plus de… plus de… » L’horreur ! et pourtant la réalité ! La colère encore parce que je nous trouve bien lâches vous, moi qui sautons dans notre voiture dès que possible pour aller au boulot, à l’école, à la boulangerie quand on pourrait y aller à pied où à vélo. A l’échelle de plusieurs millions, ça ferait la différence. anti, marquée.

Un jour sur terre… J’ai donc enfin vu ce film documentaire de Alastair Fothergill, réalisateur et producteur britannique qui porte un regard magnifique et sans concession sur notre bonne mère nature; et je suis très heureuse de faire cette note justement le jour de la déclaration de Obama marquant la décision d’engager les Etats-Unis dans une vraie politique écologique.

852625213.2.jpg

Sur le site de Film de Culte, Yannick Vély parle de « 5 ans de recherches, préparation et tournage, 200 endroits différents, 21 pays, 40 équipes spécialisées, des milliers d’heures de tournage, 250 jours de prises de vues aériennes: le dossier de presse d’Un jour sur Terre donne le vertige et joue la carte de la sensibilité technologique. Du jamais-vu, donc, proclamé à chaque page. Pour la première fois, une équipe a été témoin de la sortie des ours polaires; pour la première fois, une équipe a été témoin de la chasse des ourses polaires; c’est la première chasse complète tournée depuis les airs avec la technologie Cineflex. « 

Les images et la douce voix de Anggun nous font faire le tour du monde en douceur malgré la situation et découvrir des endroits fabuleusement beaux comme dans cette bande annonce qui s’ouvre sur les images de Salto Angel, les plus hautes chutes d’eau du monde (Merci Dorian pour l’info) :

Le site du film est effectivement une mine d’informations diverses, y compris pour les enseignants qui disposent gratuitement de dossiers pédagogiques pour leurs élèves (Dossier enseignant du primaire, Dossier enseignant du collège) et d’un kit pédagogique vraiment bien à faire avec les enfants à télécharger aussi, toujours sur le site special enseignant : http://enseignant.unjoursurterre-lefilm.com/

153713823.jpg

Les Secrets de tournage découverts sur le site de Allociné.

Orchestration berlinoise
La musique de George Fenton, interprétée par le Berliner Philarmoniker a été enregistrée à la Philarmonie de Berlin. C’est la première fois qu’une musique de film était enregistrée au sein de la vénérable institution.

Le temps suspend son vol
La production une caméra HD (Haute Définition à 1 024 pixels sur 1 024), normalement utilisée pour filmer des crash-tests. Capable de filmer à raison de 2 000 images par seconde, elle peut ralentir une image jusqu’à 40 fois (soit une action de quatre secondes étirée jusqu’à cinq minutes). Très utile pour filmer la chasse du guépard ou du requin, elle ne dispense pas du talent les opérateur, qui doivent savoir où et quand se trouver pour ramener les bonnes images.

98287021.jpg

Du danger des baleineaux amicaux
Malgré leur placidité, les baleines ont également causé quelques soucis aux équipes chargées de les filmer. La mère de 14 mètres et son petit de 6 mètres se sont laissés facilement approcher, mais très joueur, le baleineau risquait plus facilement de renverser les embarquations en s’agitant. Cela ne se produisit pas, mais un battement de queue malencontreux blessa légèrement l’une des plongeurs chargés de les filmer. Sue Flood, femme et collaboratrice de Doug Allan, le directeur de la photographie fut douloureusement heurté à la cuisse et à la cheville. Cette dernière put néanmoins reprendre le travail quelques jours après.

Course aux éléphants
Partie dans le parc côtier de Skeleton, en Namibie, pour filmer les lions du désert, l’équipe s’est trouvée en présence d’une famille d’éléphants. La troupe se mit donc à les suivre, réduite à ne prendre que les cours des rivières asséchées, afin de ne pas imprimer le sol de traces qui seraient restée pendant 50 ans. Le plus gros mammifère terrestre peut en effet parcourir cinquante kilomètre en un jour et une nuit, et il n’aime guère le bruit des hélicoptères, souvent utilisés par les braconniers dans les années 1980. Pour pimenter le tout, une rivière dont le niveau a – exceptionnellement – augmenté en octobre et des tempêtes de sable dont les rafales secouaient les voitures et les grains s’infiltraient dans le matériel ont ajouté à la difficulté du tournage.

Himalaya : péril en l’hélico
Les images de l’Himalaya se sont avérée particulièrement périlleuses à obtenir à causes des conditions techniques délicates. Afin de réaliser des prises de vue à 8 500 mètres d’altitudes, la production a emprunté un hélicoptère à l’armée népalaise, ordinairement occupée à combattre les rebelles maoïstes de la région. L’équipe de tournage ne disposait donc que de 25 minutes afin de capturer le lever du soleil sur les plus hautes cimes du monde. Le givre accumulé sur la lentille de la caméra a d’abord contraint le caméraman à sortir sans harnet de l’appareil avant de la nettoyer. Un problème de masque à oxygène a ensuite contraint le pilote à redescendre brusquement à 3 000 mètres, sous peine de voir le mécanicien de l’hélicoptère s’asphyxier. La maneuvre à quelque peu surpris l’opérateur qui concentré sur ses images n’avait pas vu son camarade s’étouffer.

1131342212.jpg

De l’art de rester bien au chaud
Afin de tourner avec un matériel électronique à de très basse température, les équipes de tournage ont du s’adapter à leur environnement. Gérer l’autonomie des batteries, par exemple, devient problématique car le froid vide plus vite les réserves et affecte la perception des couleurs par le capteur. Il fallait donc envelopper la caméra dans une sorte de housse chauffante, voire l’ensevelir dans la neige pour la protéger du vent. Même les pieds mobiles des caméras devaient être graissée avec des lubrifiants spéciaux pour rester utiles. Le défi est tout aussi grand pour les opérateurs, qui doivent rester immobiles pendant plusieurs heures, chose généralement déconseillée par – 30°, quand les engelures guettent.

Collaboration gouvernementale
Pour ce tournage planétaire, l’aide de certains gouvernements s’est avérée précieuses pour rapporter des images. L’équipe de la BBC a été la première autorisée par le gouvernement norvégien à accéder à Kong Karls Land, en Norvège cette région d’îles à l’est du Spitzberg, où vivent les ours polaires, où personne n’était allé depuis 25 ans. Pour ne pas troubler les ours, l’équipe n’a pas été autorisée à utiliser de véhicules à chenilles et a dû se rendre à pied sur les lieux de tournage, situés à 240km de tout lieu habité. De même, les images en haute définition de l’Himalaya ont été rendu possible grâce à l’utilisation d’un avion de reconnaissance de l’armée népalaise.

Flexibilité cinématographique
Sur les cinq années qu’à pris le projet, 250 heures ont été dédiées aux prises de vues aériennes. Un grand nombre d’images normalement très difficile, voire impossible à saisir ont été capturée grâce à la technologie de l’héligimbal Cineflex. Il s’agit d’un système de gyroscope dédié aux prises de vues aériennes, géré par ordinateur et permettant de filmer avec une stabilité normalement impensable. La chasse aux caribous par une meute de loups est ainsi une première en son genre.

1449946583.jpg

La Terre vu de l’Enterprise
Les spectateurs francophone d’Un Jour sur terre profiteront de la voix de la chanteuse Anggun pour leur narrer le périple de la vie terrienne au quotidien. Les anglophones, eux, prendront une perspective plus « spatiale » puisque c’est Patrick Stewart, alias Jean-Luc Picard, capitaine du vaisseau Enterprise dans la série et les films Star Trek : Next Generation.

Plus long qu’on ne le dit
Saisir ce Jour sur terre a demandé des moyens considérables: un budget de 47 millions de dollars a permis de répartir 40 équipes de tournages sur 200 lieux différents dans 21 pays pendant cinq ans (dont deux ans de tournage). Un confort qu’Alastair Fothergill a su apprécier : « L’ampleur de Un Jour sur terre est absolument stupéfiante. Personne, dans l’histoire du cinéma, n’avait jamais disposé d’autant de temps, de ressources et de talents réunis pour faire un documentaire. Nous avons bénéficié d’une conjonction exceptionnelle de technologie, de budget, de moyens humains et matériels mais aussi de courage et de chance. »

1793746134.jpg

Plus qu’un catalogue d’images
Alastair Fothergill a voulu faire plus que montrer de belles images à ses contemporains: « Un jour sur Terre est fait pour s’échapper : grâce à ce film, je veux emmener les gens, leur faire découvrir les spectacles naturels époustouflants de notre planète, car peu auront la chance de voir tout cela de leurs propres yeux. Dans dix ans peut-être, dans vingt ans sûrement, on ne pourra plus saisir de telles images. Il y a donc dans ce film un message subtil mais puissant. Nous souhaitons encourager ceux qui verront Un Jour sur terre à faire quelque chose pour préserver notre si magnifique, mais si fragile planète. »

A lire un article extrêmement complet de Fred sur son blog circumpolair land, une terre en danger: L’humeur du jour.

Et pour finir en douceur, une chanson s’impose :

On s’ballade dans l’atmosphère sur une sphère
Une bille une boule un ballon qui tourne en rond
Passant des nuits si sombres à la lumière
Nous voilà ensemble
Unis vers l’uni
Unis vers l uni
Unis vers l uni
Unis vers l’uni, unis vers l’uni

Sur ce minuscule grain d’poussière
Sur cet atome cet électron
Sur cette particule élémentaire
Nous voilà ensemble
Unis vers l’uni
Unis vers l’uni
Unis vers l’uni
Unis vers l’uni, unis vers l’uni

Temporairement locataires sur la terre
Emergeant des fonds les plus profonds
Attentlon à ne pas manquer la nécessaire

Vérité de la transformation
Vérité de la transformation

On s’ballade dans l’atmosphère sur une sphère
Une belle voyageuse un vagabond
Cellule lancée à travers les airs
Nous voilà enhemble
Unis vers l’uni
Unis vers l’uni
Unis vers l’uni
Unis vers l’uni
Unis vers l’uni, unis vers l’uni, unis vers l’uni
Unis vers l’uni

anti, unie.

3 Replies to “Un jour sur Terre”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.