Schérazade brûlée

Elle porte un prénom synonyme de rêves pour le monde entier grâce aux « Contes des mille et une nuits » : Chahrazad, que nous écrivons habituellement Shérazade.

Pour elle, la vie aurait pu être merveilleuse mais elle a basculé dans un cauchemar sans fin, le jour où un prétendant qui ne supportait pas d’être éconduit a décidé de la brûler vive en l’aspergeant de cinq litres d’essence. C’était le 13 novembre 2005 et elle avait 18 ans.

Mushtaq Amer Butt, son agresseur, a d’abord fui au Pakistan, puis s’est constitué prisonnier un an plus tard. Il est jugé à partir d’aujourd’hui par le tribunal de Bobigny, en Seine-Saint-Denis.

Chahrazad va le revoir pour la première fois depuis son agression. Depuis trois ans, elle souffre tous les jours, malgré plusieurs opérations de chirurgie réparatrice. Son corps et la partie gauche de son visage sont atrophiés à jamais par les brûlures.

Rien ne lui rendra son visage d’avant. Aucun jugement ne la soignera.

« Tout ce qu’elle espère, c’est qu’il soit reconnu coupable, peu lui importe la peine », a dit son avocate. « Elle essaie de ne pas être dans la haine mais ne lui pardonne pas. C’est toute sa vie qui est gâchée. »

Son seul souhait est que le procès serve d’exemple, pour éviter de nouvelles victimes d’un machisme hors d’âge, qui ne s’embarrasse pas des pires horreurs pour affirmer sa prétendue virilité.

Comme le rappelle Al Bayane, un quotidien marocain en ligne, l’agression ignoble de Chahrazad n’est malheureusement pas un cas unique en France. Elle s’est ajoutée aux meurtres en 2002 à Vitry-sur-Seine de Sohane, 17 ans, brûlée vive par son petit ami jaloux et de Datou, 19 ans, égorgée par son ex-compagnon.

6 Replies to “Schérazade brûlée”

  1. voiedoree Post author

    il y a eu un défilé cette semaine à St Denis à la suite d’un enième meutre d’une femme par son concubin. Ici c’est très fréquent.

    Je dis ça au moment ou je lis qu’hier il y a une femme qui a tué son mari d’un coup de couteau car il était sorti en boite….

    Globalement ce sont quand même les femmes qui subissent, il n’y a pas unbe semaine sans au moins un cas, elles ne meurent pas toutes mais l’agression est là.

  2. ramses Post author

    J’espère que c’est plus que mille et une nuit que ce malfaisant passera en prison.

    Qu’est-ce qui peut passer par la tête d’un tel individu, au moment de commettre un tel acte barbare ?

    C’est cette réponse que Shérazade attend, et nous aussi…

  3. anti Post author

    Globalement femmes, enfants, personnes agées, bref les plus faibles subissent, faibles dans un certain sens s’entend si on considère comme moi que la violence est la pire des faiblesses.

    Je souhaite que justice soit rendue pour cette jeune femme et pour les autres, que l’éducation se fasse avant le crime.

    anti

  4. Anna Galore Post author

    Ce matin, j’ai vu un petit reportage là-dessus. Chahrazad se disait soulagée que son agresseur soit puni, non pas pour elle mais pour la cause des femmes.

    Quand le journaliste lui a demandé si elle avait des projets d’avenir, elle a dit: « Quel avenir ? »

  5. anti Post author

    Bonne nouvelle.

    Quant à l’avenir de la jeune femme, il adviendra quoiqu’elle en pense aujourd’hui et je le lui prédis bon.

    anti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.