Mais qu’est-ce qu’il fait ?!…

amarillo impression 620

Nous sommes aujourd’hui le 17 juin 2017 et toujours point d’Amarillo en vue. Enfin, ce n’est pas tout à fait exact. Pour être honnête, il a bien pointé le bout de son nez, mais… son nez n’était pas propre… alors, on l’a renvoyé se faire une beauté.

Mais qu’est-ce qu’elle raconte ?

C’est une longue histoire, que je vais tâcher de vous résumer en quelques mots. Stéphanie, David et moi (l’éditrice) avons travaillé d’arrache-pied pendant des mois pour réaliser ce livre plein de promesses. Nous avons mené la campagne Ulule avec succès, grâce à votre soutien. Afin de pouvoir sortir un livre magnifique, avec une belle couverture cartonnée, façon vraie BD, pour une fois, j’ai changé d’imprimeur, le mien étant beaucoup plus cher, ce qui remettait l’existence même du projet en cause. Nous voilà donc partis avec un imprimeur espagnol qui nous a menés de déconvenue en déconvenue pendant des semaines (je vous passe les détails, j’aurai l’occasion de vous en reparler dans un article dédié à mon expérience catastrophique avec Ulzama Imprimerie un peu plus tard) et nous avons atteint le fond du gouffre hier, en recevant – enfin – les livres. Ah ça, pour ça, la couverture est belle (elle a été réalisée par un sous-traitant), mais pour le reste, l’intérieur est une catastrophe qui ne répond pas du tout au bon à tirer qui avait été validé il y a un mois, le 18 mai dernier. Cet imprimeur aurait voulu saboter notre projet qu’il ne s’y serait pas pris autrement… le fait qu’il soit situé à 5 km de Pampelune, ville bien connue pour ses fêtes taurines, serait en lien avec nos déboires ? On peut se poser la question, même si nous n’aurons jamais la réponse.

Bref, je lui ai signalé hier que je refusais les livres, qui ne sont pas conformes au bon à tirer.

La suite

Dès que j’ai constaté l’ampleur des dégâts (traces de doigts, traces d’encre, impression de texte sur certaines images, couleur de la police d’origine modifiée), j’ai tout de suite repris le dossier avec mon imprimeur habituel qui certes, pratique des tarifs plus élevés, mais qui est probablement la meilleure (oui, « la », c’est une jeune et jolie femme) professionnelle qui existe sur le marché.

Comme elle est adorable et qu’elle me connaît depuis 10 ans maintenant que nous travaillons ensemble, elle a réagi sur le champ et me fera des facilités de règlement. Du coup, nous allons sortir 300 ex. au lieu des 200 ex. prévus !

À l’heure qu’il est, le devis est validé, elle a commandé le papier, j’ai reçu le bon de commande et envoyé les fichiers. La semaine prochaine je recevrai un bon à tirer. Ensuite, il faudra compter deux semaines pour que je reçoive les livres et que les premières expédions aient lieu. Total : 3 semaines.

Voilà. Là, il n’y a plus à croiser les doigts, les choses sont entre de bonnes mains.

Bien sûr, toute cette histoire nous a valu de grosses poussées de stress et d’angoisse de vous faire attendre ainsi, mais nous voulons plus que tout vous offrir le plus bel ouvrage qui soit.

Il se sera fait attendre, mais il sera parfait !

Avec nos plus sincères excuses pour ce retard, bien indépendant de notre volonté, et à bientôt pour de bonnes nouvelles !

Très bon week-end à toutes et à tous !

Anti

One Reply to “Mais qu’est-ce qu’il fait ?!…”

  1. Anna Galore

    C’est raconté avec humour (bravo) mais je peux vous dire qu’hier, on était vraiment furieux de voir ce ratage total, en plus des trois semaines de retard pour la livraison.

    Heureusement, Elodie (l’imprimeuse favorie de Stéphanie) a su nous rendre le sourire. Ma chérie allait beaucoup beaucoup mieux ensuite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *