Manifestation de Mont-de-Marsan : le CRAC Europe attaque la préfecture des Landes en référé

La grande manifestation unitaire anticorrida organisée par le CRAC Europe et une vingtaine de partenaires à Mont-de-Marsan le 23 juillet a fait l’objet d’une déclaration en bonne et due forme. Le 11 juillet 2016, Roger Lahana, vice-président du CRAC Europe, a rencontré à la préfecture de Mont-de-Marsan le directeur de cabinet du Préfet, le directeur départemental de la sécurité publique des Landes et le commandant dirigeant les policiers qui seront présents le jour de la manifestation afin de valider le parcours et les horaires déclarés.

Au cours de cette réunion, le Préfet des Landes a fait savoir qu’il souhaitait restreindre cette manifestation à la fois sur les horaires mais également en raccourcissant significativement le parcours, du fait que l’un des boulevards prévus est un axe rouge réservée aux services de sécurité et de la difficulté de sécuriser des festivités qui attirent des centaines de milliers de fêtards fortement alcoolisés (selon les dires des responsables de la police), de surcroît en plein état d’urgence.

Le 18 juillet 2016, le CRAC Europe proposait un parcours alternatif non raccourci tout en tenant compte des arguments du Préfet concernant l’axe rouge et des impératifs de sécurité légitimes en plein état d’urgence. Ce dernier a tout rejeté en bloc dans un courrier du même jour, se bornant à reprendre ses exigences. Malgré plusieurs échanges avec différents responsables, aucun accord n’a pu intervenir.

Or, le courrier de la préfecture porte une atteinte grave et illégale à la liberté fondamentale de manifestation. Sur le fond, on ne voit pas en quoi l’état d’urgence, y compris dans le contexte du terrible attentat de Nice, serait opposable à la tenue de cette manifestation alors qu’au même moment et dans la même ville, environ 600 000 personnes vont festoyer pendant plusieurs jours avec une totale liberté de mouvement. Sur la forme, ce courrier présente plusieurs autres irrégularités juridiques.

C’est pourquoi le CRAC Europe a saisi en urgence le Juge des référés pour en contester les exigences, et ainsi maintenir l’un ou l’autre des parcours proposés.

Les manifestants anti-corrida sont aussi des citoyens responsables, parfaitement conscients du contexte national, mais également de leurs droits fondamentaux. Dès lors que la préfecture autorise la tenue de fêtes qui rassemblent cinq cents à mille fois plus de monde que la manifestation prévue, rien ne peut justifier que cette dernière soit la seule à subir les contraintes d’un état d’urgence qui, dans ce cas précis, ressemble surtout à un prétexte fallacieux et liberticide sous pression d’aficionados qui ne supportent pas qu’on conteste une pratique largement rejetée par les Français, définie comme un délit dans notre Code pénal, même s’il profite d’une exemption de poursuites dans les Landes. Nous ne laisserons pas nos droits être bafoués.

Pour le CRAC Europe et ses partenaires,

Roger Lahana
Vice-président du CRAC Europe

Animal (Portugal), Animal Cross (France), Animalisti Italiani (Italie), Animaux en Péril (Belgique), CAS International (Pays-Bas), le CCE2A (France), le CRAC Europe pour la protection de l’enfance (France), laConvention Vie et Nature (France), Euskal Herria Bayonne Anti Corrida (France), la Fédération des Luttes pour l’Abolition de la Corrida (France), la Fondation Brigitte Bardot (France), L214 (France), la plateforme La Tortura No Es Cultura (Espagne), Mexico Unidor Por el Respecto a los Animales (Mexique), One Voice(France), le Réseau International Antitauromachie qui rassemble une centaine d’organisations réparties dans une quinzaine de pays (Allemagne, Belgique, Colombie, France, Equateur, Grande-Bretagne, Irlande, Mexique, Pays-Bas, Pérou, Portugal, Suisse, USA, Venezuela), Respectons (France), la SNDA (France), la SPA Paris (France) et 30 Millions d’amis (France).

Point de rendez-vous samedi 23 juillet à Mont-de-Marsan : parking de Dagas (avenue de Dagas), à partir de 15 h.

A lire :
Le prix du sang à Mont-de-Marsan : 400 000 euros d’achats de taureaux
Renaud et Rama Yade à Mont-de-Marsan le 23 juillet 2016
Le soutien de Christine Berrou et Raphaël Mezrahi

Evénement Facebook : https://www.facebook.com/events/590494561118391/
Covoiturage et hébergement : https://www.facebook.com/events/564998796990489/
Hashtag Twitter : #MontDeMarsan

6 Replies to “Manifestation de Mont-de-Marsan : le CRAC Europe attaque la préfecture des Landes en référé”

  1. valentine

    BRAVO!!!!!!
    Inquiétante tout de même la mauvaise foi des autorités. C’est à géométrie variable, comme ça les arrange.

  2. Anti

    Bravo au CRAC, au CA et toute l’équipe qui accomplit un travail de fou toute l’année et particulièrement pour l’organisation de cette manifestation. Je suis fière de vous et de Roger qui ne laisse rien passer aux autorités, depuis des semaines que ce bras de fer est engagé.

  3. GONZALEZ ROSY

    Quand les autorités se prennent pour la monarchie absolue et se foutent démocratiquement de la gueule des opposants à leur dictature :
    – restrictions du temps de manifester et parcours de la manifestation ridiculement restreint. Des personnes au grand cœur ont fait des centaines de kms pour une marche de 1km !
    Résultats :
    – parqués aux abords bucoliques de l’entrée de la ville pour discours et happening : vus et appréciés par les militants anti barbarie eux mêmes et quelques rares curieux blanc/bleus.
    Si ce n’était grâce aux porte voix et fumigènes les Montois pourraient dire : mais on n’a vu personne !
    sauf les forces de l’ordre « aux petits soins avec nous » ….
    Mais nous étions urbainement admis pour boire un verre de l’amitié avec les pratiquants de la barbarie….
    Le seul très grand « homme » dans cette affaire : LE CRAC EUROPE !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *