Notre vie avec les bipèdes géants

Nous, les chats, sommes le sommet de la création, tout le monde le sait. Il n’y a rien de prétentieux à dire cela puisque c’est une évidence incontestable.

DSCN7778b.jpg

Nous sommes tout en haut de la chaîne alimentaire. Nous passons nos journées entre dormir, manger et jouer. Nous vivons dans le confort d’immenses cavernes chauffées en hiver et rafraichies en été, protégés en permanence de la pluie tout en laissant passer la lumière du jour et où les lieux pour se délasser en toute sécurité sont multiples et douillets.

Nous sommes vénérés par d’étranges bipèdes géants qui nous servent régulièrement de la nourriture, ce qui nous évite de nous fatiguer à la pourchasser. De plus, ils nous caressent à chaque fois que nous voulons bien les laisser nous approcher, c’est bien sympathique.

D’où viennent ces drôles de créatures ? Nul n’en a la moindre idée, ils ne savent pas miauler. Et n’allez pas me dire que leurs jacassements sans queue ni tête pourraient être un langage. Soyons sérieux.

DSCN8792b.jpg

Bien qu’ils soient très laids – ils n’ont pas de vrai pelage et ils le recouvrent tous les jours de drôles de substituts colorés pour cacher leur peau livide – ils sont d’un dévouement total à notre bonheur. De toute évidence, ils nous considèrent comme des dieux.

A peine le soleil se lève-t-il que l’un ou l’une d’entre eux (difficile de savoir s’il s’agit de mâle ou de femelle avec ces peaux artificielles dont ils se recouvrent) commence à manifester sa dévotion à notre égard en nous câlinant de sa patte difforme (ils ont cinq doigts longilignes et pas de griffes, vous vous rendez compte ?) puis nous prie de le suivre jusqu’à l’endroit où il nous sert nos offrandes du matin en généreuse quantité, avec une habileté surprenante malgré leur manque patent de souplesse corporelle.

Pour leur montrer que nous apprécions leur indéfectible déférence, nous nous empressons ensuite de répandre la nourriture sur le sol, comme il sied à tout chat civilisé.

DSCN8801b.jpg

Ils ne lésinent sur rien : nous avons des croquettes, de la viande, du poisson et parfois même du fromage et du yaourt.

Pour nos siestes, nous avons le choix de nous allonger sur des coussins, des canapés, des lits, du carrelage bien frais ou même, soyons fous, sur leurs pattes arrière lorsqu’ils les étirent devant eux. Ils le font plusieurs fois par jour, comme hypnotisés par une bizarre surface verticale sur laquelle défilent à toute vitesse des images incompréhensibles accompagnées de sons non identifiables.

DSCN7688b.jpg

Lorsqu’ils se nourrissent, ils suivent un rituel étrange. Ils forment une sorte de cercle autour d’un très grand plateau en bois surélevé grâce à quatre colonnes d’une hauteur considérable. Si nous voulons monter dessus, il nous faut sacrément préparer notre détente.

Parfois, nous nous joignons à eux, par politesse. Mais cela est la plupart du temps sans intérêt, les bipèdes se nourrissant en grande partie de brouets insipides qui sont rigoureusement inadaptés à notre goût raffiné.

DSCF1238b.JPG

Quand la nuit vient, ils s’installent à l’horizontale sur d’immenses matelas et, après avoir retiré leurs peaux artificielles, ils se dissimulent soigneusement sous des pelisses colorées. Ils font probablement cela parce qu’ils ont peur du noir. Pour les rassurer, nous venons parfois nous allonger près d’eux ou sur eux, dans une attitude protectrice, en ronronnant pour les bercer et les apaiser jusqu’à ce qu’ils s’endorment.

C’est vrai quoi, ils sont si gentils avec nous, on peut bien leur rendre ce petit service. Ensuite, nous partons vaquer à nos occupations nocturnes jusqu’à l’aube.

DSCN8787b.jpg

Et c’est ainsi que nous vivons en leur compagnie, jour après jour.

Très belle journée à vous

Première photo prise par Chwip, avant-dernière par Anti, les autres par moi.
Merci à Sylvia pour avoir suggéré le sujet de cette note 🙂

4 Replies to “Notre vie avec les bipèdes géants”

  1. sylvana Post author

    Crô crô forte Anna ! Bien vu ! Merci une fois de plus Sylvia d’avoir suggéré ce sujet ! Mdrrrrr………..

    Voici deux points de vues différents de nos amis à quatre pattes :

    Le chien : « Nos maîtres sont adorables, ils nous câlinent, nous nourrissent, nous promènent, nous soignent en un mot, nous rendent la vie belle. Se sont des Dieux !!!

    Le chat :  » Nos maîtres sont adorables, ils nous câlinent, nous nourrissent, nous admirent, nous soignent, en un mot nous rendent la vie belle. Nous devons êtres des Dieux !!!!!!!!!!

    Hélas ! Ces pensées ne sont pas de moi, mais recueillies sur un calendrier « Chats Libres 2011 », auteur anonyme !

  2. Anna Galore Post author

    Oui et ce n’est pas une coïncidence, puisque c’est en repensant à cet aphorisme génial que j’ai écrit dans ma note : « De toute évidence, ils nous considèrent comme des dieux.  »

    🙂

  3. Sylvia R. Post author

    Trop bien ! Et qu’est ce qu’ils vont se dire les mimis demain midi quand ils vont voir le cousin Kéké arriver ? Hi hi hi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.