Le divan d’Antioche et autres riflo-raflo

DSCN7416b.jpgHier, nous avons décidé de prendre un break dans nos boulots respectifs et d’aller nous aérer l’esprit et le corps en passant quelques heures à Aix-en-Provence. Nous avons quitté la maison vers 11 h et une heure plus tard, nous étions sur place. Nous avons laissé la voiture au même endroit que la fois précédente, dans le parking qui se trouve sous la place des Cardeurs.

Double avantage à se poser là : on est au cœur d’un quartier très sympa de boutiques et en plus, la place est bordée de petits restaurants plus sympas les uns que les autres. Nous avons choisi Le Divan d’Antioche, avec une pensée pour Tarik Yildiz qui est originaire d’un petit village proche de la célèbre ville biblique que les Turcs nomment Antakya. Elle est entrée dans la légende pour avoir hébergé, selon les Actes des Apôtres, une communauté de fidèles du Christ qui ont reçu pour la première fois de l’Histoire le nom de « chrétiens ».

DSCN7411b.jpg

Pour en revenir au restaurant, il sert bien entendu de la cuisine turque et également des spécialités libanaises. Nous avons choisi un menu qui propose à la fois des mezzes délicieuses, un plat chaud – des keftas d’agneau pour nous – et un dessert qui ne pouvait être rien d’autre que des baklawas, accompagnées d’un bon café. Le service est parfait, les serveurs sont attentionnés, toujours disponibles et souriants, prompts à réagir. Une grande bouteille d’eau fraîche est posée sur la table dès que l’on s’y assoit, une attention courtoise qu’on ne trouve que trop rarement dans la plupart des restaurants. Et à la fin le patron nous a offert du thé à la menthe à volonté. Nous comptons bien y retourner et si possible avec Tarik !

Nous avons ensuite déambulé dans les rues semi-piétonnes, principalement dans des boutiques asiatiques (dont Himalaya où nous avions acheté notre main de Bouddha) mais pas uniquement.

DSCN7422b.jpg

Nous avons aussi visité l’incroyable cathédrale Saint Sauveur qui se trouve face à la mairie et dont la construction s’est étalée du 4e siècle pour le baptistère – superbement mis en valeur par des colonnes et un puits de lumière – au 18e pour les parties les plus récentes. Différents styles se côtoient donc, du roman au baroque en passant par le gothique, et ils le font dans l’harmonie. Deux grandes-orgues monumentales se font face. Le portail principal cache un secret derrière ses modestes battants de bois : les vraies portes d’origine du début du 16e siècle en noyer sculpté, représentant les douze sibylles et les quatre apôtres. On peut les admirer en photo dans une pièce près de l’entrée.

Nous avons retrouvé la voiture après une balade tranquille au fil des ruelles, au nom ancien parfois très pittoresque. Le retour s’est fait face à un ciel couchant comme toujours magnifique.

Très belle journée à vous

DSCN7432b.jpg

Photo du ciel par Anti, les autres de moi

3 Replies to “Le divan d’Antioche et autres riflo-raflo”

  1. valentine Post author

    Tous ces lieux, à part le Divan d’Antioche, me parlent. Je me souviens que lorsque mes parents ont aménagé à Aix, ce nom de rue Riflo-Raflo avait beaucoup amusé mon père. J’ai très envie d’aller y faire un tour un de ces quatre!

  2. anti Post author

    Je me disais bien que tu avais vécu à Aix Valentine. Nous avons eu une pensée pour toi en cette belle journée. Il semble qu’Aix en Provence soit vraiment une ville agréable à vivre. On ira y faire un tour en ta compagnie avec grand plaisir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.