Graines d'avenir, de Vincennes à Lhassa

DSCN5404b.jpg

Ce weekend, la communauté tibétaine exilée en France était rassemblée sur les rives du lac Daumesnil à Vincennes. Nous avons partagé quelques heures avec eux et avec quelques-uns de ceux qui, en France, les soutiennent et les aident au quotidien.

Il faut citer en premier Véronique Jannot, engagée avec passion aux côtés de l’association Graines d’Avenir. Le nom de cette association est celui que le Dalaï Lama utilise pour parler des enfants. Ce sont eux, les graines d’avenir. Véronique Jannot nous en a parlé avec un amour et un bonheur infinis, tout d’abord sur la scène dressée en plein air et un peu plus tard autour de la projection de « Dakini, le féminin de la sagesse », son film magnifique sur quelques femmes d’exception, tibétaines ou occidentales, qui se dévouent pour répandre la compassion autour d’elles, soit par le simple exemple de leur vie, soit par des actions plus impliquées dans le quotidien.

DSCN5391b.jpg

Graines d’Avenir fédère le parrainage de plus de 300 enfants tibétains afin qu’ils aient une vie meilleure, comme le fait Après School en Inde, dont nous avons souvent parlé ici. L’un de ses enfants considère Véronique Jannot comme sa maman et elle, comme sa fille. Elle espère pouvoir l’adopter officiellement dès que possible.

Elle a eu des mots très beaux et très justes sur les bonnes et les mauvaises raisons de s’engager dans l’humanitaire, la plus mauvaise étant d’y aller pour fuir des problèmes personnels, parce que ces problèmes, tôt ou tard, finissent par rattraper celui qui tente de les fuir. La meilleure de toutes les raisons, c’est l’envie, le besoin de donner toute son énergie pour aider ceux qui en ont besoin. La compassion, l’amour, encore et toujours.

DSCN5359b.jpg

Voilà pour l’essentiel. Maintenant, quelques images de cette journée qui vont rester dans nos mémoires, simplement pour leur beauté ou leur côté insolite ou drôle. Il y a eu ces Tibétains qui jouent aux cartes, assis en rond sous un arbre pour se protéger de la pluie en début d’après-midi.

DSCN5377b.jpg

Il y a eu la grande pagode, superbe endroit abritant une imposante statue de Bouddha, avec à ses pieds un groupe de visiteurs suivant un cours de yoga.

Il y a eu les deux yacks et le chameau, sur lesquels on pouvait monter pour une petite promenade sur la pelouse. Malheureusement, les adultes n’y avaient pas droit, sinon Anti et moi on aurait certainement chevauché les deux yacks !

DSCN5422b.jpg

Et il y a eu ce concert génial de pop et de rap tibétain, dont j’ai déjà parlé hier. Peut-être que ces deux chanteurs sont le plus beau des symboles de ces journées, parce que tous ces Tibétains qui formaient l’essentiel du public, nés forcément en exil vu l’âge moyen très jeune de la plupart d’entre eux, tous étaient en joie, emplis d’énergie et d’une confiance inébranlable dans leur avenir, eux les graines d’avenir de leur peuple : le retour à Lhassa, tôt ou tard, que tous espèrent voir arriver du vivant du combattant infatigable qui n’a jamais cessé de mener leur lutte, le Dalaï Lama.

Très belle journée à vous

DSCN5385b.jpg

4 Replies to “Graines d'avenir, de Vincennes à Lhassa”

  1. terrevive Post author

    Très beau ce que fait Véronique Jannot ! Ça fait plaisir de voir cette femme parler du féminin de la sagesse car d’après ce que j’ai lu ou vu (sauf si je me trompe), ce sont surtout les hommes dans le bouddhisme qui transmettent l’enseignement.(Dans les autres traditions aussi d’ailleurs).

    D’après ce que je comprends, elle aurait comme en Inde (pouvoir de la shakti), celui de favoriser la mise en pratique de la mission de l’homme et seraient gardiennes humblement de tout une connaissance.

  2. anti Post author

    J’avais vu un reportage sur Véronique Jannot il n’y a pas très longtemps et j’avais été fascinée par la vie de cette femme, son courage, son rayonnement alors qu’elle n’a pas été épargnée par la vie.

    « L’un de ses enfants considère Véronique Jannot comme sa maman et elle, comme sa fille. »

    C’est même plus fort que cela. Véronique Jannot racontait qu’elle ne pourrait jamais être mère car elle a eu très jeune un cancer de l’utérus. Cette jeune fille a perdu sa mère. « Grâce à cette association, je suis une maman, alors que je ne peux pas avoir d’enfant et cette jeune fille peut m’appeler « maman » alors qu’elle n’a plus sa mère. » C’était particulièrement émouvant quand Véronique Jannot racontait de vive voix.

    Ce week-end aura été une succession de beaux moments forts.

    anti, heureuse, tout simplement.

  3. valentine Post author

    Qui aurait pensé que notre petite héroïne de Belle et Sébastien puis de Pause-café deviendrait un jour une femme si accomplie au parcours exemplaire. De son parcours douloureux, elle a fait un chemin de lumière qui rayonne tout autour d’elle. Je suis fan, totalement 🙂

    Merci Anna pour ce joli partage d’un rassemblement riche en espoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.