Le lama est dans le pré

PA030318.JPGQuand Konchog Rinpotché a terminé la dernière méditation hier après-midi, il était à peine 15h. Il savait que beaucoup d’entre nous venaient de loin et avaient un long trajet à faire pour rentrer. Mais tout ce qu’il nous avait fait passer pendant ces deux jours était tellement fort, tellement intense qu’aucun de nous n’a bougé quand il a dit que c’était fini. Nous sommes tous restés assis sur nos coussins. Nous lui avons dit que nous ne voulions pas partir déjà. Il s’est mis à rire et a répété que c’était terminé. On a fini par se lever et rassembler nos affaires. On a encore traîné une bonne demi-heure chez Sapotille, à bavarder, à se dire au revoir. Et puis, on a repris la route.

Il faut croire que le destin ou Dieu ou l’Architecte de l’Univers et de Ses Environs à moins que ce ne soit, tout simplement, le hasard est un grand humoriste quand il s’y met. Vous allez voir.

Voilà donc qu’on roule sur la A77 vers le sud. Il se passe un truc curieux. Des motards viennent en sens inverse.

PA030327b.JPG

Des tas de motards. Plusieurs milliers, en fait, un flot ininterrompu de mecs et de nanas qui foncent vers le nord.

En arrivant sur Nevers, on comprend soudain d’où ils viennent : des panneaux annoncent qu’on approche de Magny-Cours, le célèbre circuit moto. En fait, renseignement pris au retour, c’était pendant tout le weekend la manche française du Championnat du Monde Superbike. Les motards étaient tous en train de repartir chez eux, eux aussi.

Le problème, c’est qu’à la sortie du lieu où s’est tenue la compétition, l’autoroute a cédé la place à la nationale 7 et qu’un méga bouchon s’est formé. Anti me dit de prendre la première route qu’on trouve sur notre droite. C’est un chemin, goudronné certes, mais minuscule. On se met à naviguer à vue en pleine campagne, en s’orientant grâce au soleil jusqu’à ce qu’Anti repère où on se trouve sur notre cahier de cartes et nous trace une route plus ou moins zigzagante en direction de l’A71.

Alors que nous approchons du sympathique village de Bessais-le-Fromental (comme dans l’expression « Mais p’tin d’ta race, t’as vu l’heure ? Tu vas enfin baisser le fromental, oui ou non ? »), une vision totalement surréaliste accroche mon regard sur la droite. Là, dans un champ, devinez qui prend le frais au crépuscule en broutant paisiblement ?

PA030331b.JPG

Des lamas.

PA030330.JPGPas en tenue safran, hein. Les autres, avec un pelage épais et un air de se la péter grave même quand ils mâchouillent une touffe d’herbe comme vous et moi.

Bon, bien sûr, je pile net, malgré les motos qui nous collent aux basques (et aux Bretonnes aussi, il y en a deux dans la voiture).

Je me gare dans le premier chemin venu, qui se trouve être la rue de l’Œuf mais on n’en est pas à ça près, les habitants de la région ont plein d’imagination pour les noms de lieux.

PA030332b.JPG

On revient en courant, Anti et moi, jusqu’aux lamas pour les prendre en photo. L’un d’entre eux est particulièrement mégalo, à se la jouer superstar, il prend des poses et tout. Avec eux se trouvent deux petites chèvres un peu blasées par le voisinage mais qui font semblant de rien, ce qui est tout à leur honneur.

PA030347b.JPG

Voilà, c’était la digne conclusion d’un weekend riche en émotions. Et en lamas, donc.

Très belle journée à vous

9 Replies to “Le lama est dans le pré”

  1. sapotille Post author

    mdr!
    Quel beau week end!
    L’essentiel est invisible pour les yeux 😉 comme l’a dit le Petit Prince..

  2. anti Post author

     » Il faut croire que le destin ou Dieu ou l’Architecte de l’Univers et de Ses Environs à moins que ce ne soit, tout simplement, le hasard est un grand humoriste quand il s’y met.  »

    C’est pas faux. N’empêche, faut quand même le vouloir d’arriver pile poil à l’heure exacte de la sortie du circuit, pas avant, pas après, non, juste bien dans le flot 😉 Et les lamas ! Quelle marrade ! Pour la petite histoire, sur la dernière photo, Gwladys et moi sommes pliées de rire en photographiant Anna car il y a une magnifique rangée de bœufs derrière elle en train de nous prendre en photo aussi.

    « les habitants de la région ont plein d’imagination pour les noms de lieux. »

    Ah ça ! C’est rien de le dire !!! Y’a des noms à se pendre (genre « Mornay ») et d’autres beaucoup plus sympas comme sur la photo d’Anna ; on a même croisé « Marpa » 😉

    En tout cas, que ce soit par Lyon avec bouchons ou par Clermont avec bouchons, y’a pas à tortiller, faut 9 heures en voiture pour parcourir la distance jusqu’à Sapotille 😉 Ah oui ! Parce que là, on ne vous a pas raconté comment à l’aller on a dû faire le tour de France en passant limite par la Suisse pour arriver chez elle ;-)))

    anti, long est le chemin

  3. Anna Galore Post author

    On a traversé un lieu-dit « Les gogos » et un autre, « Le bout du monde ». Et quelques autres faisant des calembours approximatifs qui nous ont vraiment fait trop rire mais là, je ne me rappelle plus…

  4. anti Post author

    « Quel beau week end ! L’essentiel est invisible pour les yeux 😉 comme l’a dit le Petit Prince… »

    Un merveilleux week-end oui et un énorme merci à tous et en particulier à Lama Konchog Rinpotché et toi avec des énormes bravos en plus pour notre Sapotille qui a tout organisé d’une main de maîtresse, tout en douceur et en finesse.

    anti

  5. anti Post author

    Coucou Débla. Tu vois, toujours sur la route chez les Galore 😉

    Au plaisir de te croiser qui sait, au prochain pèlerinage d’octobre des Saintes Maries, nous y serons avec Kathy.

    anti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.