Un moyen de transport

P3160685.JPGUne galère est un navire propulsé ordinairement avec des rames. De façon imagée, les rameurs n’étant pas forcément consentants, la galère est devenue synonyme de situation désagréable.

Ma petite galère de ces derniers jours, je vous en ai parlé ici, c’était la mise en place d’une nouvelle motorisation pour mon portail, l’ancienne ayant rendu l’âme – si tant est qu’elle en eût une mais je ne vais pas rentrer dans ce débat théologique sensible.

L’avantage, à force de ramer, c’est qu’on avance. Grâce à mon inefficacité à installer tout ça, j’ai passé hier une après-midi printanière à la maison au lieu de rester au boulot. Bon, j’ai le luxe précieux de pouvoir prendre un break quand je veux, étant chef d’entreprise. Je n’en abuse pas mais c’est quand même très cool d’en avoir la liberté.

Bref, j’ai pris ma demi-journée, histoire d’en finir sans avoir de contrainte de temps, genre la nuit qui tombe trop vite après le retour du travail.

La bonne surprise, c’est qu’en moins d’une heure, c’était réglé et tout marchait. Le bonus gratuit, c’est qu’il faisait beau et chaud. Je n’avais plus qu’à en profiter avec Anti, très contente elle aussi de ce supplément imprévu de détente à deux. Ces quelques heures de pleine quiétude au soleil ont largement rattrapé notre dernier weekend, trop enseveli sous une avalanche de choses à faire pour être vraiment reposant.

P3160681b.JPG

Nous avons siroté tranquillement un café en bavardant et en regardant les chats jouer. Nous avons laissé passer le temps sans avoir à courir après. Nous avons eu un coup de fil de Zaza, heureuse comme tout de voir son troisième recueil quasiment prêt à être envoyé à l’imprimeur, et, au crépuscule, un autre d’eMmA, ravie de son voyage aux résonances multiples et de l’avancement de Replète la Sorcière – mais de cela, Anti en reparlera le moment venu.

Des petits plaisirs comme ceux-là, moi, ça me transporte. Ce qui est normal, après tout, quand je vois ce qui m’a permis de les vivre. Une galère, c’est bien un moyen de transport, non ?

Très belle journée à vous

P3160690b.JPG

7 Replies to “Un moyen de transport”

  1. Béatrice Post author

    Cette note du matin est encore un véritable petit plaisir !

    … Et je vous envie carrément pour la journée printanière…!! Ici, le printemps n’est pas encore là et il reste encore tout plein de tas de neige ici et là ! En attendant que la nature ne s’éveille chez nous, je lis vos notes ensoleillées…!

    Belle journée !

  2. Zaza Post author

    Waouuuuuuuuuuuu le portail bravo Anna la bricoleuse, a force de pugnacité tu y es parvenue. Donc tu as mérité ensuite ce petit moment de détente.
    Anti je t’ai envoyé un email hier pour rectifier un truc, j’espère que tu l’as reçu lol

  3. anti Post author

    « Anti je t’ai envoyé un email hier pour rectifier un truc, j’espère que tu l’as reçu lol »

    Oui madame, reçu, corrigé, intégré tout. Contrairement à ce que raconte l’une de nous, l’autre n’a pas vraiment passé son temps à glander et d’ailleurs je me suis effondrée à 22h et là, ben je file en rendez-vous et après j’enchaîne et pis ché tout !

    Oui, je sais Anna, je n’sais pas raconter des histoires 😉 N’empêche, c’est pas par hasard que j’ai choisi d’être éditrice et pas écrivain 😉 Pas folle l’arbitre !

    anti

  4. Sylvia Post author

    Moi, je voudrais être un chat et habiter chez les Galore.
    Trop mimi Kundun avec sa papatte sur Santiago.

  5. ramses Post author

    « Un soir, l’âme du portail chantait dans les bouteilles » (Charles Baudelaire revisited)… La citation exacte (l’âme du vin) m’avait valu un 20 en dissertation… Alors que je n’avais fait que recopier un fond de cendrier paternel (Valentine, tu te souviens de ce cendrier ?)… La vie est souvent une question d’opportunisme…

    Anna, tu l’as sûrement remarqué… Il y a des jours où, malgré tous les efforts, rien ne va… Et le lendemain, tout se règle comme par enchantement… Pour autant qu’on n’ait pas perdu le fil en route…

    Moralité : Rien ne sert de remettre à demain ce qu’on peut faire… le surlendemain (ce n’est pas un éloge de la paresse…)

    Sylvia, si j’étais Paco Rabanne, j’aimerais me réincarner en chat chez les Galore… Mi-Mirou, mi-Paloma, tant qu’a faire…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.