Toi-Nous de Claude Colson (Monilet)

Notre ami Monilet vient de sortir récemment son nouveau livre, Toi-Nous, sous son nom de plume, Claude Colson. Il m’a fait parvenir hier sa présentation afin que je l’ajoute aux Petits livres entre amis. Je la fais également figurer ci-dessous pour la rendre plus visible, Monilet étant un fidèle habitué de notre blog depuis sa naissance et quelqu’un dont nous apprécions tous les interventions régulières et la présence parmi nous.

Claude Colson (Monilet)

toinouscols couv simple.jpgToi-Nous

Un récit.

Une rencontre sur internet.

Une histoire d’amour. Une passion aux débuts fulgurants malgré les multiples obstacles.

Puis, chez elle, l’affadissement brutal. Inexpliqué, incompréhensible pour lui, voire pour elle.

Des caractères de feu. La volonté commune d’y croire encore qui les fait « repartir » 22 fois après 22 ruptures.

L’impossible, l’ambiguïté, le vouloir, l’irrémédiable : vous trouverez toutes ces étapes de la passion amoureuse dans ce court opus que Claude Colson nous livre en alternant, une fois encore – mais encore différemment – récit, poèmes en vers libres et journal intime.

La violence des sentiments, la force des mots.

Précisions sur le contenu et extraits

La structure apparemment chaotique, avec ses trois genres d’écriture, rend compte d’une histoire d’amour qui ne l’est pas moins, mais cette fois réellement.

Échaudé par quelques passions antérieures, Yves, qui mène une vie stabilisée, rencontre Mariane sur le net. Six mois de lutte contre lui-même et il finit par céder. Mal lui en prend…..

N’est pas Ulysse qui veut, pour savoir résister aux Sirènes.

…Le jour prévu pour leur rencontre arriva enfin .Yves partit très tôt, en voiture, et fut sur place plus d’une heure avant l’arrivée du train de Mariane. Il lui téléphona régulièrement le long du trajet, puis l’attendit, très calme. Bien des questions se pressaient dans sa tête : se plairaient-ils encore une fois face à face ? Soudain, dix minutes avant l’arrivée du train, une sorte de panique l’envahit…

NOIRE

Noire ton image devant mes yeux
Noir le regard qui me sourit
Noir le cheveu, vif comme feu
Noire la vêture comme parure

17,90 € TTC (-35% auprès de l’auteur ou via l’éditeur) – 91 pages
ISBN n° 978-2-87459-440-3

Pour commander l’ouvrage : Chloe des Lys ou auprès de l’auteur monilet@wanadoo.fr

16 Replies to “Toi-Nous de Claude Colson (Monilet)”

  1. monilet Post author

    Comme je ne me « sens » pas de faire la couverture moi-même, je confie cela aux deux graphistes de l’éditeur : Florence Delhaye et sa fille.

    22 fois, oui, j’ai toujours été en ceratines choses un peu excessif … 🙂

    Hmmmm, puisque le « matériel » existe je précise que 17,9 euro est le prix public avant réduction.

  2. anti Post author

    Quelle bonne idée Anna !

    La citation qui ouvre ce recueil est magnifique :  » Bien que je sois maintenant athée,… jamais je n’aurais pu si bien comprendre et aimer les femmes si l’Eglise ne m’avais appris à connaître la félicité et le respect du sacré ». Stephen Vizinczey.

    J’aime beaucoup la couverture sobre et à l’image du sacré aussi, tant le « T » me rappelle le panneau de la Vierge à l’enfant au sort funeste (on peut le voir ici : http://www.annagaloreleblog.com/archive/2009/09/01/la-chapelle-du-rosaire-de-vence.html).

    Quant à l’histoire, certes, elle est d’amour ici, mais elle me rappelle la trahison très laide qui a permis de donner naissance à ce blog très beau.

    Bravo encore Monilet.

    anti

  3. sapotille Post author

    La trahison très laide qui a permis de donner naissance à ce blog très beau.

    Ce fut fulgurant.. en effet!

    à nous deux, donc, « Toi-nous »!

  4. monilet Post author

    Ce livre raconte aussi, d’une certaine façon, l’histoire d’un amour trahi.

    (je n’ai eu connaissance que de bribes de la trahison dont vous venez de parler).

  5. ramses Post author

    22 fois, ça me paraît effectivement quelque peu excessif !

    Joli graphisme du T et du N…

    Monilet, je t’ai envoyé un mail pour passer commande ! Ca va me rappeler des souvenirs !

  6. monilet Post author

    Rams, tu vas bénéficier de mon très très court stock, j’envoie aujourd’hui même.
    Sinon je dois commander à l’éditeur et l’attente est de 15j à un mois.
    Merci de ton soutien : un écrivANT non lu, ça ne signifie rien.

  7. monilet Post author

    Allez, je vous livre un commentaire fait sur FB il y a10/15j par Carine-laure Desguin, à propos de l’annonce de la sortie de ce livre.
    Je l’avais trouvé bien tourné, jugez : (de mémoire, à peu près)

    « Dans les textes de Claude nous retrouvons tous les larmes de nos propres histoires d’amour »
    Pardonnez-moi, mais quand on aime les mots…

  8. ramses Post author

    Je viens de terminer « Toi-nous ».

    Histoire d’une passion, émaillée de 22 ruptures… Mais ces deux-là n’étaient-ils pas faits pour s’aimer et se déchirer alternativement ?

    J’ai bien aimé cette phrase :

    « Le passage de la passion nous laisse tous deux meurtris, dépressifs, avec au coeur un immense regret, celui d’avoir touché du doigt nos rêves, tout en étant empêchés de les réaliser. »

    Et aussi : « ce qu’on aime dans l’amour, c’est l’amour que l’autre vous porte »…

    Aucun amour ne ressemble à un autre… Mais l’extrême passion peut être dévastatrice…

  9. sapotille Post author

    J’ai fini ma première lecture de Toi-Nous il y a déjà un bon moment..;-)(une demie-journée après l’avoir reçu pour être précise).

    Merci Moni pour la très bienveillante dédicace…

    J’ai vraiment aimé le panachage de styles (roman poésie journal ) c’est une excellente idée. Vraiment. Beaucoup de plaisir à lire et relire les poèmes, un réel intérêt pour la description, l’analyse « serrée » des « faits » mais… j’en aurais voulu quatre cents pages minimum, pour que la puissance vienne sublimer la profondeur et que de la chair des mots perdure à l’accablement des sens… ouais !!! Moni !!! Allez hop ! Je suis une de tes fans, alors… j’ai bien le droit de délirer, non ? et d’en demander toujours plus….

    Bravo en tout cas et surtout CONTINUE.

  10. monilet Post author

    Un certain sens de l’épure et surtout une paresse certaine ne m’ont jamais jusqu’ici permis de dépasser les 115 pages de prose pure dans un livre (ce qui est le plus dense). je vais essayer de m’améliorer avec la retraite approchant…

    Merci à vous deux.

  11. Anna Galore Post author

    Un commentaire intéressant de Noann Lyne sur « Toi-Nous ». Il date de février 2010.

    « Depuis le temps que j’en entends parler sur la toile, j’avais envie de savoir ce que racontait la plume de Claude Colson. J’ai donc commandé sur chapitre son dernier opus, Toi-Nous, qui me fut livré en un peu plus d’une semaine.

    J’ai lu en 48 minutes et 34 secondes ce petit livre très original (j’avoue avoir passé certains paragraphes – pour y revenir après). Claude Colson se sert de tout ce que l’écriture peut offrir, depuis la poésie jusqu’à la prose en passant par tous les états intermédiaires. Il en résulte un patchwork de textes sur le thème : une rencontre sur internet qui se concrétise, balbutie, capote et périclite.

    Le grand atout de ce recueil est sa fraicheur et sa simplicité. Il est agréable à lire, et la petite intrigue qui se joue en filigrane permet de lier le tout, et de mettre en exergue les poèmes. La diversité des styles est elle aussi plaisante. Les personnages sont peu décrits, ce qui laisse au lecteur le soin de les imaginer à sa guise. A contrario, ces qualités ont aussi un pendant : certains lecteurs aimeraient des personnages plus denses et plus complexes, une intrigue plus poussée. C’est un choix d’écriture, une sorte de survol en planeur d’une histoire, loin des épopées à la Cartland ou Elisabeth Georges. Mais pour celui qui sait (encore) s’émouvoir des choses de la vie authentiques, ce livre est rafraichissant. Je dois avouer que les poèmes n’ont pas tous suscité en moi de vive émotion, mais je ne suis pas très sensible à la poésie.

    On a parfois l’impression que l’auteur a trébuché avant de poster son manuscrit à la poste, puis a vite rangé le fatras de papier – le bureau de poste allait fermer – et qu’après, une fée bienveillante l’a tapoté de sa baguette magique. J’ai aimé ce livre dans ses qualités et contre-qualités. »

  12. monilet Post author

    Reçu ce jour l’avis de Georges-André, précieux aussi car non servile :

     » Comme tes autres livres ,Toi-Nous m’a plu par l’authenticité de la souffrance affective que l’on y devine. Mais, pour être franc, je crois avoir préféré Saisons d’une passion ; peut-être parce que je l’ai lu avant. Ici, si j’ai toujours apprécié le jeu entre les niveaux de narration – le récit et le journal -, il m’a semble que le troisième niveau, la poésie, fonctionnait moins bien ; les textes poétiques m’ont paru un peu redondants par rapport au déroulement de l’histoire, n’y apportant rien de nouveau, et surtout trop narratifs : il aurait fallu, je crois, qu’ils constituent une sorte de caisse de résonance à l’intrigue mais sur un autre registre. Tout cela bien entendu reste très subjectif et dépend peut-être de mauvaises conditions de lecture, l’esprit préoccupé par d’autres soucis… En tout cas je me réjouis de te voir continuer à écrire, …c’est bien là l’essentiel… »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.