L'oiseau du Karmapa

P9210344.JPGImage2.jpgAujourd’hui, je vais vous raconter une histoire vraie, dont je suis l’un des témoins directs et que certains d’entre vous ici connaissent déjà..

J’y ai fait allusion à plusieurs reprises lorsque j’ai parlé du Karmapa, entre autres lundi dernier à l’occasion de la venue des moines du Ladakh chez nous, soirée lors de laquelle j’ai ressorti la photo qui me reste de cet évènement extraordinaire.

En 1976, alors que je venais de fonder le premier Centre Tibétain Kagyupa de Toulouse avec trois amis (dont Patrick), nous sommes partis tous les quatre passer un mois à Copenhague pour y rencontrer, pour la première fois, le 16ème Karmapa. En marge des enseignements et des pratiques, j’ai eu l’occasion d’avoir plusieurs audiences privées avec lui, dont l’une en compagnie de Patrick, justement, et d’Ole Nydahl qui nous servait d’interprète.

Pendant l’entretien, alors que Karmapa nous parlait, il a ouvert une cage où se trouvaient deux petits oiseaux exotiques, en a pris un délicatement dans la main et l’a posé sur une table à côté de lui. Il lui a caressé doucement le dos, de la tête à la queue et nous a dit : « Cet oiseau est sur le point de mourir. Il ne lui reste que très peu de temps à vivre. »

Pendant quelques secondes, Karmapa a continué à le caresser. Lentement, l’oiseau s’est cambré, a relevé la tête vers le ciel et a soulevé une de ses pattes. Puis, il n’a plus bougé. Il venait de mourir.

Karmapa a ri avec insouciance et il a ajouté, en agitant sa main vers le plafond, que l’esprit de l’oiseau venait de partir directement vers les terres pures de Dewachen (l’équivalent du paradis, pour faire simple).

L’entretien est arrivé à son terme et nous sommes sortis.

Trois jours plus tard, j’ai eu l’occasion de revenir dans les appartements de Karmapa. L’oiseau était toujours là, intact, dans la même position, à l’endroit où Karmapa l’avait posé. Juste avant de quitter la pièce, je l’ai pris en photo.

Cette photo, la voici.

oiseau Karmapa.jpg

Très belle journée à vous

A lire, Karmapa et les oiseaux, deux anecdotes par Erwan

Vous pouvez retrouver tous les articles du blog consacrés au bouddhisme ou à Karmapa en cliquant sur les mots-clés respectifs qui figurent ci-dessous après la mention « Tags ».

6 Replies to “L'oiseau du Karmapa”

  1. anti Post author

    Quelle belle histoire qui m’avait fascinée et qui me fascine toujours, chaque fois que tu la racontes.

    Voici un site où quelqu’un qui a bien connu le 16ème Karmapa parle de ce qu’il faisait avec les oiseaux :

    http://www.personal.u-net.com/%7Esamye/16gyal2.htm

     » We had the particular pleasure of helping him buy and look after the birds of which he was so fond. I saw breeders amazed as their normally fearful and hard-to-catch birds went peacefully to the Karmapa. But especially we saw the birds which died stay erect for days in a peaceful glow of meditation on their perches, instead of dropping to the cage floor, as is normal. Some said these birds were reincarnations of former disciples, who through some bad karma had this lesser body but who through their devotion were born into his presence. »

    anti

  2. ramses Post author

    Ce récit est vraiment fascinant.

    Personnellement, je pense comme Pierre Perret : « Ouvrez la cage aux oiseaux »…

  3. Anna Galore Post author

    Ton allusion à cette chanson, particulièrement dans ce contexte, me fait penser à ce rituel tibétain dit de « la mort consciente », que l’on nomme Phowa. Voici comme Olé le décrit tel que je le cite dans « La femme primordiale » :

    « Il ne s’agit pas d’une abstraction ou d’un concept académique. Il s’agit d’une réalité. Phowa permet d’envoyer son esprit hors de son propre corps et d’atteindre une grande félicité et une grande joie. Il est ainsi possible de perdre toute peur de la mort. D’autres transformations mentales se produisent. Le mot Phowa signifie littéralement « un oiseau qui s’envole à travers une verrière », c’est son sens exact. Phowa est un transfert de la conscience, une transition entre la vie qui se termine et l’éveil. »

  4. kuma

    C’est magnifique. Anna tu vas avoir un tas de chose à nous raconter lors de notre prochaine visite. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.