Combien avons-nous de visages ?

Nous avons suivi le conseil de Miss en allant voir hier soir Good morning England, film qui nous a beaucoup plu. Avant de sortir, lorsque nous étions à table avec les enfants, nous avons parlé, entre autres, de l’acteur anglais Bill Nighy et pour qu’ils situent qui il est, je leur ai décrit les rôles qu’il a tenus dans des films qu’ils connaissent. Quand j’ai dit à Gwlad qu’il joue le chanteur ringard de Love Actually, elle s’en est parfaitement rappelé. Quand j’ai ajouté qu’il était aussi le fabricant de planètes de H2G2, film qu’elle a vu un nombre incalculable de fois, elle a eu cette réponse que, sur le coup, j’ai trouvé étonnante : « Ah bon ? Je n’aurais pas cru que c’était le même. »

1095518886.jpgBill Nighy a déjà incarné des personnages où il est plus ou moins lourdement maquillé, comme Underworld, où il joue un vampire furieux, ou les épisodes 2 et 3 de Pirates des Caraïbes, méconnaissable en fantôme à tête de pieuvre. Mais dans Love Actually et H2G2, il montre son visage normal, tel qu’il est tous les jours.

J’ai réalisé alors à quel point un acteur peut disparaître derrière son personnage, et pas seulement aux yeux d’un enfant. Puisqu’il est chanteur dans un film et ingénieur planétaire dans l’autre, c’est qu’il n’est pas la même personne. Son visage ne joue finalement qu’un rôle très limité dans le processus de reconnaissance. Tout au plus, on se dira « il me rappelle quelqu’un ». Cela nous arrive à tous, surtout pour les personnages de second plan. On sait qu’on les a déjà vus mais on ne sait plus où.

Et vous ? Et moi ? Vous avez sûrement vécu plus d’une fois la situation : reconnaître une personne dans la rue, lui dire même bonjour et échanger quelques banalités tout en vous demandant d’où vous la connaissez… puis réaliser bien après qu’il s’agissait de tel commerçant chez qui vous allez régulièrement. Là aussi, comme au cinéma, la reconnaissance est associée au rôle plus qu’aux traits du visage proprement dits. Je reconnais mon épicier sans difficulté quand je le vois dans son épicerie. Si je le croise en maillot sur la plage ou en t-shirt en train de boire un verre dans un bar le soir, je vais mettre un moment à comprendre que c’est la même personne, dont je connais pourtant très bien les traits.

Combien avons-nous de visages ? Autant que de rôles, finalement. Et seuls les vrais proches savent que tous ces visages n’en font qu’un, celui qui nous identifie en toutes circonstances, dans toutes nos facettes.

Très belle journée à tous

Les photos viennent de divers sites web. En haut, de gauche à droite, Bill Nighy dans Love Actually, H2G2, Underworld et Good Morning England. En milieu de note, Bill Nighy en fantôme à tête de pieuvre.

25 Replies to “Combien avons-nous de visages ?”

  1. boudufle Post author

    Il y a un autre comédien qui a aussi cette particularité de se transformer c’est Gary Oldman, je suis toujours époustouflée de voir comment il peut passer du visage d’un dandy à celui de fou-salopard, et le jeu qui suit…

  2. Anna Galore Post author

    Ah oui, il est renversant, lui !!! Rien que dans le Dracula de Francis Coppola, il passe de l’aspect Dracula le comte séducteur à Dracula le vampire épouvantable.

  3. Adele Riner Post author

    Gary Oldman, c’est vrai qu’il est hallucinant…

    Cette histoire de reconnaître les gens me rappelle une anecdote, il y a quelques années.
    J’étais avec des amis à la Closerie des Lilas quand un homme dont le visage m’est très familier me fait un grand sourire. Je m’avance vers lui sans façon et lui colle deux bises en lui demandant comment il va… Il a l’air très surpris… un ange passe…
    Tout à coup je deviens rouge pivoine et j’explose de rire. C’était Bernard Werber !

    Je me suis excusée et je lui ai expliqué ma soudaine familiarité : j’étais en train de lire un de ses livres et depuis plusieurs jours je m’endormais à côté de sa photo sur la quatrième de couverture… ça l’a beaucoup amusé !

  4. sapofille Post author

    .. J’ai vécu égalmeent une expérience savoureuse. Un jour, en sortant des Beaux-Arts de Paris, traversant la Seine, toute à mes pensées, je percute un homme (ou il me percute, lui aussi tout à ses pensées..) je lève les yeux, sans trop sortir de mon état pensif et murmure « oh.. Arsène Lupin… » et continue ma route .. quelques vingt mètres plus loin, réalisant enfin, je me retourne, et à ce moment précis, Georges Descrières se retourne aussi et me fait un grand sourire et un ggrrrrand salut.. MDR çà devait faire plus de vingt ans qu’il n’était plus Arsène… 😉

  5. Anna Galore Post author

    Ah oui, j’ai eu aussi ce type de rencontre : reconnaître quelqu’un dans la rue ou sur un quai de gare, lever la main pour lui faire un grand coucou et réaliser à ce moment-là que c’est José Bové ou un journaliste hyper connu de la télé. Remarque, les célébrités ont l’habitude : elles répondent la plupart du temps au coucou en faisant de même.

  6. sapofille Post author

    En cequi me concerne, ce qui m’a touchée le plus, c’est le fait que j’ai reconnu Arsène Lupin et pas Descrières.. le reste est sympa et nooooormal bien sur

  7. boudufle Post author

    Gary Oldman Acteur caméléon est aussi le dingue dans les films de Besson Léon et le 5ème élèment, aussi dans « air force one  » et il a fait un Beethoven de toute beauté … et

     » dans l’aventure « Hannibal » où personne ne le reconnaîtra avant le générique de fin dans la peau de Mason Verger la victime défigurée de Lecter. Arrive enfin le temps pour Oldman de toucher aux grosses productions intelligentes. Ainsi en l’espace de 2 films il devient un personnage emblématique d’une mythologie certaine… On le découvre donc en Sirius Black l’oncle de Potter (Daniel Radcliffe) dans « Harry Potter 3, 4 et bientôt 5 » ainsi que dans «  »Batman Begns » ainsi que sa suite en préparation dans lequel il endosse les traits du Lieutenant Gordon le comparse de Bruce Wayne alias Batman alias Christian Bale.  »

    boudufle la reine du nenette mdrr!

  8. anti Post author

    L’être et le paraître… il y a tout une réflexion là, entre ce que l’on choisit de montrer ou pas, de cacher ou pas pour telles raisons et pas telles autres… Ca tient du mensonge, et dans mensonge, il y a songe, ça tient du rêve quelque part de vouloir faire croire aux autres ce que l’on n’est pas, et du cauchemar aussi comme le montre très bien l’anecdote de Sapotille : à trop jouer un même rôle, on se retrouve enfermer dedans, les autres ne vous voient même plus tel que vous êtes.

    Cela étant dit, je suis complètement fan de Bill Nighy ! Jamais je ne l’aurais reconnu dans « Pirates des Caraïbes » !

    anti

  9. Anna Galore Post author

    Boud, je crois qu’on partage vraiment la même admiration pour Gary Oldman. Moi aussi, j’ai commencé à le suivre à partir de son rôle superbe de méchant dans Léon, trouvé trop bien dans Le 5e élément, parfait en Sirius Black, pas reconnu dans Hannibal et méga adoré dans Dracula. Pour Beethoven et Batman begins, je ne les ai pas vus et dans Air Force One, argh, m’en souviens plus !

    S’enfermer dans un rôle, c’est un aspect hyper intéressant aussi. Ca me fait repenser à ce faits-divers tragique, un mec qui faisait croire à tout le monde qu’il était médecin à l’OMS pendant 18 ans alors qu’il s’était arrêté en 2e année de médecine. Il escroquait son entourage pour avoir de l’argent et vivre confortablement. Lorsqu’il a été coincé par ses dettes, il a tué toute sa famille plutôt que de devoir leur dire la vérité et a tenté de se suicider (mais s’est loupé). Un film en a été tiré, avec Daniel Auteuil (« L’adversaire »).

  10. boudufle Post author

    Anna j’ai eu la chance de le rencontrer pendant le tournage du 5 ème élèment à la gaumont ( rue yves toudic pour les parisiens !) où je travaillais , et où Besson faisait depuis le grand bleu son montage ( aussi la musique du grand bleu ne plus m’en parler over dose la boud !!) , franchement dans les escaliers et au distrib café je n’ai pas su qui c’était …mdrr !!!…impossible, de se transfigurer autant, et de devenir autre comme lui… c’est quand il est venu offrir le tee-shirt du 5 ème élèment que j’ai su que cet homme était Gary Oldman…et depuis, je reste en admiration sur ses performance d’acteur, comme d’autres bien entendu….mais lui me touche profondement, et bien sur dans Dracula , où il est l’homme le plus sexy du cinéma….jamais vu scène plus forte d’amour que dans dracula …où érostisme et passion jusqu’à la mort …juste simple, juste beau, tout est dans son jeu…rhaaaaAAAA lovely!! boud en fluide glacial mdrrr !!

  11. Lilie Post author

    brouuuuuuu… ce film avec Daniel Auteuil, je m’en souviens. Une horreur !!! Berk ! non de non….

    Boud : dans mensonge, il y a « songe », oui, et dans Dacula, il y a… ??? eh eh… :-p

  12. Adele Riner Post author

    maintenant c’est aussi une histoire de convergence !
    Selon les goûts les avis divergent, et comme disait Desproges ça fait beaucoup pour un seul homme…

  13. anti Post author

    Purée ! J’aurais aimé la faire celle-là, mais sauras-tu nous dire d’où elle sort ? HeinG ?

    anti, p’tite lapine aux zoziaux (un indice, chez vous, sur votre écran).

  14. Netsah (Anna's son) Post author

    Alors dans le genre celui qui est le plus étonnant de tous pour moi c’est Johnny Depp. Il est d’ailleurs réputé pour ça, c’est l’homme aux mille visages. Et en plus un excellent acteur. Entre Jack Sparrow, Willy Wonka et Ichabod Crane ou Edward ou Benjamin Barker O.O Il me tarde de le voir en Chapelier Fou dans le prochain Burton !!! et aussi les prochains films de Verbinski !!!

    Netsah,

    Yo, ho, haul together,
    hoist the Colors high.
    Heave ho,
    thieves and beggars,
    never shall we die.

  15. Anna Galore Post author

    Uh-O ! Naaaaaan ! L’homme aux mille visages c’est………………… TOI !!!

    HA HA HA HA HA AHA (grand rire sardonique sa race)

  16. anti Post author

    Mdrrrr ! Ca fait très série B : La vengeance aux mille visages, ta dam !!!

    The king and his men
    stole the queen from her bed
    and bound her in her Bones !

    Yo, Netsahrace ! Contente de te lire !

    anti, témoin.

  17. ramses Post author

    Le personnage de Jean-Claude Romand, qui a inspiré le film « L’adversaire », démontre que même des proches peuvent être abusés… Beaucoup de gens se créent un personnage, voire se refont un nouveau visage, grâce à la chirurgie esthétique… S’assumer tel qu’on est est sûrement un premier pas vers la sagesse !

  18. anti Post author

    Oui Ramses, c’est fou que depuis Les philosophes grecs ou plus anciens encore on ne fait que ressortir les mêmes vérités et que l’humanité avance si lentement. Pourquoi diable faut-il que chacun de nous éprouve par lui-même pour acquérir ces axiomes ?! D’un autre côté, je comprends bien que c’est autant de sécurité pour ne pas tomber dans le bourrage de crâne mais quand même…

    anti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *