Les lung-ta dansent avec Ibrahim Maalouf

Il y a chez nous à divers endroits des lung-ta, petits drapeaux tibétains sur lesquels sont écrits des prières ou des mantras. Samedi en fin d’après-midi, nous écoutions sur notre terrasse un super morceau trouvé par Anti d’Ibrahim Maalouf, que nous avons prévu d’aller voir à Arles dans quelques jours en concert.

Et là, la magie… Les lung-ta au-dessus de nos têtes se sont mis à danser, grâce à un petit vent intermittent, avec des mouvements parfaitement synchrones par rapport à la musique qui résonnait dans l’air pur. Le phénomène a duré une bonne vingtaine de minutes. Nous étions émerveillés.

Le mot lung-ta signifie cheval de vent.

Très belle journée à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.