Sous le signe de la légèreté

che arbre.jpgAnti en parlait hier sur un autre fil, elle est sortie acheter en fin d’après-midi des tas de petites douceurs dont des cacahuètes. Après l’épisode « les mites au logis » (xcusez-moi, c’est le whisky), ça faisait des semaines qu’on n’en avait pas mangé une. Alors là, forcément, on s’est fait un petit apéro pour arroser ça (d’où le whisky).

Bon, ne le répétez à personne mais, pendant qu’Anti était partie, Enzo a eu une chtite envie de grignoter et il m’a ramené le paquet de galettes de riz. Je lui en ai donné une et, bon, c’est vrai, par inadvertance, j’en ai peut-être grignoté deux ou trois, comme ça, machinalement. Et ensuite, une pomme, parce que les galettes de riz, c’est un peu sec. Bref… On s’installe donc pour l’apéro.

Le problème, avec les cacahuètes, c’est d’arrêter à temps. Ah, je sens tout votre soutien psychologique, là. Vous aussi, vous avez connu l’enfer de la poignée de cacahuètes de trop. Pourtant, quand on a commencé à boire, je lui avais bien dit, à Anti : « Juste un paquet, pas une de plus. »

T’as qu’à voir. A peine le premier paquet fini, v’là t’y pas qu’elle va chercher le deuxième et malgré mes supplications désespérées (euh… bon, peut-être que j’exagère à peine un tout petit peu), elle les verse dans le bol vide.

J’ai été brave. Je n’ai pas repris une seule goutte de whisky pour pousser les cahuètes. Par contre, j’ai continué à les bouffer par poignées, les ptindkawetdsarass. Ensuite, il a fallu passer à table. Anti avait fait un plat de poisson au four, délicieux, avec des patates douces, du poireau, des tranches d’orange et des tomates. J’ai tout mangé ma part et après, devinez quoi ? J’a-vais-trop-man-géééééééééééé. Mon ventre était lourd, j’en pouvais plus.

moine eau.jpgAlors, j’ai repensé à cette journée merveilleuse qui venait de s’écouler, entièrement ou presque sous le signe de la légèreté : les photos orange et safran de mon mot d’accueil, les pubs géniales d’Apple, la façon superbe dont Yoani Sanchez fait la nique à l’oppression passéiste de son gouvernement grâce à Internet, les échanges sereins sur la culture manga rendue lumineuse par les explications de Netsah, les joyeux informaticiens qui consacrent des années d’effort pour recréer du Bach ou faire chanter un tas de circuits imprimés, notre nouveau record d’altitude en nombre de visiteurs du blog, la redécouverte et la poursuite euphorique de l’échange sur l’interdépendance grâce au billet joyeux de Catherine sur son chemin, oui, tout nous a tirés vers le haut.

Pourtant, tout n’était pas rose. Hier, les journaux, radios et télés de multiples pays répartis sur plusieurs continents faisaient leurs gros titres sur le fait qu’en France, encore une fois, un jeune de 23 ans, vivant en banlieue, issu de l’immigration, sans expérience, sans diplômes, qui a triplé sa deuxième année de droit mais ne l’a toujours pas, n’a pas d’autre choix que de renoncer à diriger le plus grand centre d’affaires d’Europe alors que le poste lui semblait quasiment acquis. Dingue, non ? Et bien, allez savoir pourquoi, on s’est dit que c’était bien fait pour sa gueule.

Une bien agréable journée… Et ça, ce ne n’est pas une poignée de cahuètes de trop qui peut le plomber.

Très belle journée à tous

Deuxième photo : un moine bouddhiste s’entraîne à courir sur l’eau, Chine, 22/10/09 (Stringer / Reuters)

5 Replies to “Sous le signe de la légèreté”

  1. anti Post author

    Mdrrr ! Comment qu’elle raconte n’importe quoi ! En même temps, elle, elle écrit des romans, moi, j’en suis in-ca-pa-ble. Si je vous raconte un truc, ce sera la vérité, et ça deviendra chiant comme la pluie (que nous n’avons pas chez nous na na nèreuh).

    Exemple :

    « Anti en parlait hier sur un autre fil, elle est sortie acheter en fin d’après-midi des tas de petites douceurs dont des cacahuètes.  »

    Anti est allée chercher une paire de semelles devant (Mdrrr ! C’que c’est mauvais), donc une paire de semelles puisque les chats qui ont squatté ses pompes ont gniaké les anciennes qui ont été introuvables pendant plusieurs jours…

    Là, elle tombe en embuscade à Géant devant un présentoir plein de tablettes de chocolat toutes plus alléchantes les unes que les autres. Résultat, je suis ressortie avec plein de p’tites douceurs et même avec de nouvelles semelles.

    « T’as qu’à voir. A peine le premier paquet fini, v’là t’y pas qu’elle va chercher le deuxième et malgré mes supplications désespérées (euh… bon, peut-être que j’exagère à peine un tout petit peu), elle les verse dans le bol vide. »

    Mdrrrr ! Bon, ça, c’est presque la vérité. Presque…

    « J’ai été brave. Je n’ai pas repris une seule goutte de whisky pour pousser les cahuètes. Par contre, j’ai continué à les bouffer par poignées, les ptindkawetdsarass. »

    Moi aussi, j’ai été brave, je n’ai pas pris une seule cahouète pour éponger tous mes apéros 😉

     » Ensuite, il a fallu passer à table. »

    Là, j’ai flairé l’embrouille. Anna n’a repris qu’une fois du plat !  » T’es malade ? Ça ne va pas ? « … Et là, éclair de lucidité, coup d’œil noir de la femme trahie : « T’as mangé avant le repas !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! »

    http://www.youtube.com/watch?v=428vsmxT930&hl=fr

    Ah ! Elle faisait moins sa maligne la Anna !!! Et d’avouer que, peut-être, elle avait mangé une pauvre galette de riz (comprendre minimum 3) et peut-être aussi une pomme (comprendre minimum 2 fruits) et forcément… mais c’est ta faute aussi, t’as acheté des cacahouètes !

    Que je l’aime… Soupir de bonheur…

    « Alors, j’ai repensé à cette journée merveilleuse qui venait de s’écouler, entièrement ou presque sous le signe de la légèreté »

    Mdrrrr ! Et la mienne de commencer aussi dans la légèreté avec ce trait d’humour de la SNCF vu ce matin en accompagnant fillotte à la gare :

    http://img197.imageshack.us/img197/5207/pa240044.jpg

    Très belle journée à tous !

    anti, particularité : souvent à la bourre 😉

  2. Anna Galore Post author

    Eh ben justement : avec les galettes de riz et tout et tout, j’avais plus de place pour la confiance à l’intérieur de moi.

    Faut faire des choix, des fois. C’est vrai, quoi.

    Burrrrp.

    Bon, quand est-ce qu’on mange ?

  3. Netsah (Anna's son) Post author

    Trop bien le :

    particularité : à l’heure

    xD

    Et, sans déconner, quand est-ce qu’on mange ? O.O

  4. ramses Post author

    Blague à part, les cacahuètes, c’est pas très bon pour la santé…

    La SNCF fait appel à l’Armée : « Char à l’heure » !

  5. ramses Post author

    Concernant l’élection de Jean Sarkozy à la Présidence de l’Epad, ce n’est peut-être que partie remise…

    Elu pour 3 ans, en cas de réelection de son mandat d’Administrateur de l’EPAD en octobre 2012, il pourrait théoriquement en prendre la Présidence en décembre 2012… Toutefois, les Elections Présidentielles auront lieu avant…

    A noter que la mission de l’Epad prend fin le 31-12-2015…

    http://legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000868971

    Ceci dit, je pense personnellement que ce jeune homme a des qualités intellectuelles qui n’ont rien à voir avec son niveau d’instruction ou sa filiation. Je connais beaucoup d’autodidactes qui ont fait de brillantes carrières. J’en fais d’ailleurs partie !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.