Anna Galore chez les Helvètes

DSCN0611.jpgHier matin, jour de notre départ pour Lausanne, Anti s’est levée à l’aube. Enfin, à l’aube par rapport à son horaire habituel. 7h34, un samedi, non mais j’vous jure. Et attention, avec la patate, en plus.

Avant même que j’entrouvre mon œil droit, elle s’était déjà barrée à la cuisine pour lancer son premier café.

J’ai émergé peu après, disons une bonne heure plus tard. Elle courait partout. Limite si elle n’avait pas décidé de repeindre les murs du séjour. Alors que je récupérais à peu près toute ma conscience, elle se lançait dans un nettoyage à fond de ma voiture, toujours en peignoir.

Il faut dire qu’entre les divers trajets de vacances en famille depuis, ben disons, allez, deux ou trois ans et, plus récemment, nos sorties collage d’affiches avec projections de colle à divers endroits du côté passager avant, le pauvre Touran en avait besoin.

Un peu avant 13h, coup de fil de Colors. Il venait de lire sur le blog qu’on partait en Suisse et justement, il avait quelques tableaux à faire parvenir à une galerie qui expose ses œuvres tout près de Lausanne. Pourrions-nous éventuellement… ? Oui, bien sûr. Il est arrivé avec Nina un peu après 14h, on a chargé ses tableaux dans le coffre, on leur a montrés nos petites minettes, on a dit au revoir aux enfants et hop, on a pris la route.

Le trajet s’est fait sans problème, si ce n’est que la température est passée de 30° à 16° et le ciel, de bleu, à gris. Mais ça nous était bien égal, d’autant que le paysage sur ce trajet est superbe.

Le passage de la douane (tiens ? il y a encore des douanes ? ah oui, la Suisse, c’est pas en Europe) s’est réduit à une seule question du douanier : « Vous prenez la vignette ? ». On a dit oui, il n’a pas fouillé notre coffre bourré de tableaux et de grands vins, on a filé vers Lausanne et on a trouvé l’immeuble de Valentine et Hervé sans difficulté à l’arrivée.

DSCN0620b.jpg

Hervé est chef. Je ne veux pas dire qu’il dirige des tas de gens ou que c’est le maître suprême du canton. Chef, c’est son métier, depuis plus de quarante ans.

Il cuisine divinement et j’ai bu des yeux ses moindres gestes pour préparer une entrée renversante. Bon, j’ai aussi bu deux ou trois coupes de champagne. Et on a sifflé un premier Yon Figeac 98. Quel repas !

Vers minuit, on a regardé ensemble Jean-Philippe, dont nous avons apporté le DVD exprès pour l’occasion. Ensuite, on a dormi comme des masses. Excellent début et ce n’est pas fini. Tenez, par exemple, aujourd’hui, on a prévu de… mais je vous raconterai ça demain.

Très belle journée à vous

3 Replies to “Anna Galore chez les Helvètes”

  1. rauscher Post author

    Bon séjour à vous chez les amis de Lausanne qui sont comme vous, adorables.Merci pour ce beau service.

  2. rauscher Post author

    Bon séjour à vous chez les amis de Lausanne qui sont comme vous, adorables.Merci pour ce beau service.

  3. valentine Post author

    Ah ben tiens, ça par exemple: du Michel Rauscher au mur! Comme tu le vois l’ami, tu était présent, ainsi que Nina, dans nos pensées communes du week-end.

    Un grand plaisir que d’accueillir la Galorie sous notre toit. C’est tellement magique lorsque les liens virtuels se transforment en réalité et que les échanges ont lieu dans la simplicité, la convivialité et la bonne humeur. Le Yon Figeac est descendu tout seul et nous étions pliés de rire devant Jean-Philippe- Akeu coucou yeah 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.